Mercredi 16 janvier 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’ONU enquête sur l’intervention violente de la gendarmerie le 10 août

Par Grégory Rateau | Publié le 10/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 10/01/2019 à 00:00
Photo : Photo credits: Arhire Alexandru/Shutterstock.com
Bucharest protests 2018 shutterstock

L'ONU a ouvert une enquête sur l'intervention de la gendarmerie roumaine lors de la manifestation de la diaspora organisée à Bucarest le 10 août 2018 dernier, a annoncé l'ONG locale Declic. La manifestation, durant laquelle ont également participé de nombreux Roumains vivant à l'étranger, s'est terminée violemment après une intervention brutale de la police anti-émeute et des gendarmes. Des manifestants pacifiques, des journalistes et même des touristes ont été blessés.

 



Declic a ajouté que l'ONU aurait également demandé au gouvernement roumain d'expliquer pourquoi la gendarmerie avait utilisé la force contre des manifestants pacifiques.



"L’ONU prend ainsi en considération la requête de Declic, à travers laquelle plus de 80 000 personnes ont demandé aux Nations Unies d’enquêter et de sanctionner les abus de la gendarmerie roumaine lors de la manifestation de la diaspora roumaine", a déclaré Declic.



«La personne en contact avec l'ONU nous a informés de la correspondance avec le ministère roumain des Affaires étrangères sur les violations des droits de l'homme lors de la manifestation de la diaspora. Dans une lettre qu'il a reçu, le ministre Teodor Melescanu a été informé du fait que l'ONU a reçu des informations faisant état de graves violations des droits de l'homme lors de la manifestation du 10 août », a déclaré Antoniu Bumb, membre de la campagne de Declic.



Selon une ONG locale, le rapport des Nations Unies devrait être achevé et rendu public en mars au Conseil des droits de l'homme.



À la suite de l'intervention violente des gendarmes lors de la manifestation du 10 août, Declic a lancé une pétition, qui a rassemblé  80 000 signatures, et invité les Nations Unies à analyser les preuves et à évaluer les allégations de violations des droits de l'homme. Antoniu Bumb a confié à Digi24 qu'il était difficile de porter cette pétition à l'attention de l'ONU, mais qu'ils ont tout de même trouvé un moyen: ils ont acheté un espace publicitaire à l'aéroport de Genève pour diffuser les vidéos des incidents violents survenus à Bucarest le 10 août.



«[…] Deux jours après l'achat de l'espace publicitaire, nos amis de la communauté #Rezist de Zurich ont été contactés et informés que des représentants de l'ONU souhaitaient les rencontrer pour parler de notre pétition», a déclaré Bumb à Digi24.



A la demande de l’ONU, Declic a également envoyé un rapport présentant le point de vue de la société civile sur l’intervention violente de la gendarmerie lors de la manifestation du 10 août, a ajouté l’ONG.



Les gendarmes ont utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour dégager la place lors de la plus grande manifestation de l'été dernier. Plus de 400 personnes ont été blessées et des centaines ont déposé des plaintes contre la gendarmerie après ces incidents violents. Ainsi, les procureurs ont ouvert une enquête. Cependant, Liviu Dragnea, le chef du Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir et le ministre de l’Intérieur, Carman Dan, ont affirmé que l’intervention des gendarmes était légale et la gendarmerie a déclaré aux procureurs que la manifestation du 10 août était en réalité une tentative de coup d’État.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : https://www.romania-insider.com/un-investigates-gendarmerie-protest-bucharest/

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
0 Commentaire (s)Réagir