TEST: 2245

Les mineurs de charbon roumains continuent leur grève

Par Grégory Rateau | Publié le 16/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 16/01/2019 à 09:01
Photo : Pixabay / CD
Mineur-Roumanie-Grève

La grève au sein de l'entreprise de production de charbon et de production d'électricité roumaine CE Oltenia (CEO) s'est étendue à la plupart de ses mines le 14 janvier, les mineurs réclamant des salaires et des avantages plus élevés.

 



Ils demandent une hausse de salaire de 45%, soit le double de la prime versée pour travailler le week-end et des chèques-vacances, a rapporté le journal local Economica.net.


La société a enregistré des pertes au cours de ces dernières années ainsi qu'en 2018. La direction a expliqué qu'elle était toujours dans le rouge en 2018 en raison du prix élevé payé pour les certificats d'émission de carbone qu'elle est obligée d'acheter. À partir d’un prix de 8 EUR par certificat initialement estimé par la Commission européenne, le prix a atteint 22 EUR l’année dernière avec un impact négatif sur le résultat net de la société, a expliqué le directeur général du CEO, Sorin Boza.


Le CEO représente environ 20% de la production d’électricité du pays et se classe comme étant le plus grand producteur d’électricité après Hidroelectrica.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
2 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Jean sam 19/01/2019 - 15:22

On reste un peu sur sa faim, on a envie d'en savoir davantage sur ces gens: leurs conditions de travail, de vie. Quelle tranche d'âge pour les ouvriers? Quelles sont les méthodes d'extraction? Peut-on visiter le site? Où en est la production ? A qui profite-t-elle?

Répondre
Commentaire avatar

fabrice mer 16/01/2019 - 08:04

Privatisation des profits, socialisation des pertes...Solidarité avec les travailleurs en lutte!

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale