TEST: 2245

Le vaccin COVID-19 ne devrait pas être obligatoire en Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 16/11/2020 à 00:00 | Mis à jour le 16/11/2020 à 00:00
Photo : Nataliya Vaitkevich from Pexels
vaccin COVID-19 pas obligatoire Roumanie pandémie

Le vaccin contre le coronavirus ne sera pas obligatoire, car la confiance dans un vaccin doit être construite, pas imposée, a déclaré Alexandru Rafila, représentant de la Roumanie à l'Organisation mondiale de la santé et candidat du Parti social-démocrate (PSD) aux prochaines élections générales.



"Ce vaccin ne sera certainement pas obligatoire. Ou disons ces vaccins parce que nous parlons de plus d'un vaccin", a déclaré Rafila à la chaîne d'information locale Antena 3 et rapporté par News.ro.

"Ce vaccin ne sera sûrement pas obligatoire pour les enfants, les adultes ou qui que ce soit d'autre, et évidemment la confiance dans le vaccin devrait être construite et non imposée, donc je suis convaincu que cette discussion sur le fait de le rendre obligatoire n'est pas à prendre en compte, du moins si nous parlons de ces nouveaux vaccins », a-t-il ajouté.

Alexandru Rafila a également déclaré que, selon certains sondages d'opinion, le taux d'acceptabilité d'un tel vaccin se situe autour de 50%.

«Il est important qu'en vaccinant les médecins et les personnes des catégories à haut risque, d'augmenter la confiance dans le vaccin, mais cela est lié à une très bonne campagne d'information du grand public qui doit être sincère, transparente et professionnelle; et ensuite sûrement si les gens voient que ceux qui ont reçu le vaccin n'ont pas développé d'effets secondaires, ils sont protégés de la maladie, ils auront certainement la confiance nécessaire pour se faire vacciner », a expliqué Rafila.

Selon une enquête citée par Agerpres, plus de 38% des Roumains ne se vaccineraient pas contre le COVID-19 si un tel traitement était mis à disposition dans la période suivante. 30% ont déclaré qu'ils attendraient un peu et ne se feraient vacciner que s'ils ne constatent aucun effet secondaire chez d'autres personnes, 21,8% ont déclaré qu'ils recevraient le vaccin et 8% n'accepteraient que si on leur en disait plus sur le traitement.

La même enquête, menée par le Centre Larics de recherche sociologique (CCSL) en partenariat avec l'Association roumaine des fabricants internationaux de médicaments (ARPIM) et avec l'Institut de science politique et des relations internationales (ISPRI), sous les auspices du Département de médecine Sciences de l'Académie roumaine, a déclaré que plus de 44% des Roumains estiment que la vaccination devrait être discutée pour chaque individu. Pendant ce temps, 26,6% des répondants considèrent que les risques de la vaccination sont plus importants que les avantages, tandis que 25,5% considèrent les avantages de la vaccination comme beaucoup plus importants que les risques.

Parmi les répondants, 55,24% ont déclaré qu'ils étaient généralement d'accord avec les vaccins et la vaccination. 35,46% ont déclaré que la vaccination n'était appropriée que dans certains cas, et 8,49% ont déclaré ne pas être d'accord avec un tel traitement.

Le président Klaus Iohannis a déclaré plus tôt ce mois-ci que les autorités roumaines s'attendaient à ce que le premier lot de vaccins COVID-19 arrive en Roumanie au premier trimestre de 2021. Selon lui, la Roumanie devrait recevoir plus de 10 millions de doses de vaccin attribuées par la Commission européenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI, poète et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale