La fermeture des marchés alimentaires divise les politiciens roumains

Par Grégory Rateau | Publié le 10/11/2020 à 00:00 | Mis à jour le 10/11/2020 à 09:48
Photo : Wikimedia Commons
fermeture marchés roumanie pandémie

La fermeture des marchés alimentaires (organisés en espaces fermés), l'une des mesures annoncées par le président Klaus Iohannis le 5 novembre dernier pour enrayer la propagation du coronavirus, a suscité de vives réactions de la part de tous les partis d'opposition, qui ont contraint l'exécutif à rechercher des solutions alternatives.

Dacian Ciolos, ancien commissaire européen à l'agriculture, soutenu par le bloc réformiste USR-PLUS pour le siège de Premier ministre, a déclaré qu'il avait contacté le Premier ministre Ludovic Orban et "partagé certaines de ses idées" qu'il espérait voir mises en œuvre au plus tôt.

"Je considère que la fermeture complète des marchés est une erreur qui aura des effets négatifs assez coûteux. Bien sûr, la mesure la plus simple serait de nous isoler complètement, mais il est utopique de promouvoir de telles solutions extrêmes", a déclaré Ciolos, cité par Hotnews.ro.

Il a profité de l'occasion pour souligner qu'il défend les producteurs locaux - dans le contexte des propos populistes des sociaux-démocrates sur le fait que le gouvernement se range du côté des groupes de vente au détail étrangers.

Le ministre de l'Agriculture Adrian Oros a assuré sous peu que les producteurs locaux auraient la possibilité de vendre leurs produits.

Les administrations locales identifieront les solutions spécifiques, a déclaré le ministre Oros.

source

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef et directeur du média LePetitJournal.com/Bucarest, ancien chroniqueur à RRI et écrivain
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale