TEST: 2245

Bucarest introduit une taxe spéciale pour les voitures polluantes

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 28/10/2019 à 00:00 | Mis à jour le 28/10/2019 à 00:00
Photo : Imagine de <a href="https://pixabay.com/ro/users/al-grishin-7086105/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=4522805">Alexander Grishin</a> de la <a href="https://pixabay.com/ro/?utm_source=link-attributi
traffic-jam-4522805_640

Le Conseil général de Bucarest a voté jeudi 23 octobre le projet de la maire Gabriela Firea d’instaurer une taxe spéciale sur les voitures non conformes aux normes de pollution Euro 5 qui traversent la ville. La taxe spéciale est appelée vignette Oxygen.

 

La décision de la municipalité interdit aux voitures de niveau Euro 2 ou inférieur d'entrer dans la zone d'action pour la qualité de l'air (ZACA) du centre-ville de Bucarest à compter du 1er janvier 2020. Ces voitures (non-Euro, Euro 1 et Euro 2) seront autorisées, cependant, dans le reste de Bucarest, si elles paient la vignette Oxygen, de 15 RON (3,2 EUR) par jour.

 

Les voitures Euro 3 et Euro 4 devront également payer une taxe de 5 RON (1,06 EUR) par jour, mais elles seront tout de même autorisées dans le centre de Bucarest. La taxe pour les voitures Euro 3 s'appliquera à partir du 1er janvier 2020 et pour les voitures Euro 4 à partir de janvier 2021.

 

Les propriétaires de voitures ont également la possibilité de payer des vignettes mensuelles ou annuelles, dont les valeurs diffèrent en fonction de la norme de pollution (de 80 à 300 RON par mois et de 500 à 1 900 RON par an).

L’amende pour les conducteurs qui ne se conforment pas aux nouvelles dispositions sera d'un montant entre 1 500 et 2 000 RON.

 

Le Conseil général a également voté un amendement au projet de loi interdisant complètement les voitures non Euro, Euro 1 et Euro 2 dans tout Bucarest à partir de 2022 et les voitures Euro 3 à partir de 2024.

 

«Je suis heureuse de constater qu'aujourd'hui, avec la majorité du Conseil général ayant voté ce projet, nous avons fait un grand pas en avant pour la santé des habitants de Bucarest et que nous nous alignons sur les villes européennes qui prennent des mesures claires pour réduire la pollution», a déclaré la maire Gabriela Firea dans un post de Facebook.

Bucarest est sixième au classement des villes les plus polluées d'Europe et quatrième parmi les villes les plus polluées de Roumanie (après Iasi, Cluj-Napoca et Brasov), c'est pourquoi des mesures concrètes sont nécessaires pour améliorer la qualité de l'air ", a-t-elle ajouté.

 

Firea a également expliqué que la modernisation du trafic ne résoudra pas à elle seule le problème si le trafic est bloqué. Plus de 1,62 million de véhicules sont immatriculés à Bucarest et dans le département voisin, Ilfov, dont plus d'un tiers (600 000) sont très polluants (3 euros ou moins), selon les données officielles. En plus, des milliers de voitures immatriculées ailleurs transitent par la ville.

 

«Nulle part dans le monde civilisé, les voitures autres que Euro, Euro 1 et Euro 2 ne circulent sans être taxées, et dans de nombreuses villes, elles sont interdites», a déclaré la maire Firea.

 

L'argent provenant de cette taxe sera utilisé pour la mise en œuvre d'autres mesures de protection de l'environnement, telles que l'achat de véhicules de transport en commun modernes et non polluants.

 

 

 

Source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Alain CESLSE lun 28/10/2019 - 10:36

«Nulle part dans le monde civilisé, les voitures autres que Euro, Euro 1 et Euro 2 ne circulent sans être taxées, et dans de nombreuses villes, elles sont interdites», a déclaré la maire Firea. Certes, mais elle ne fera croire à personne que BUCAREST est une ville "civilisée" !

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale