TEST: 2245

500 000 euros investis pour cartographier les tunnels de Botoşani

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 12/02/2020 à 00:00 | Mis à jour le 12/02/2020 à 00:00
tunnel Botoşani roumanie fond européen
La mairie de Botoşani, une ville du nord-est de la Roumanie, prévoit de dépenser 500 000 euros pour cartographier les tunnels souterrains qui s'étendent sous la ville, a rapporté le quotidien Adevarul.
 
 


Les autorités locales ont demandé un examen professionnel pour évaluer la surface des tunnels.


Le projet sera financé par des fonds européens et la mairie de Botoşani s'est associée à la ville d'Ivano Frankivsk, en Ukraine, pour finaliser ce projet.


Une partie du financement servira à évaluer comment les tunnels pourraient être transformés en une attraction touristique. La somme servira également à couvrir la création d'un musée multimédia de la diversité ethnique de Botoşani.


«Pour la première fois, avec des moyens modernes, nous balayerons les tunnels du centre-ville. Nous n'avons jamais su ce qui leur est arrivé, combien ils sont, où ils se trouvent. Plus tard, nous les utiliserons et dans tous nos projets futurs, nous saurons comment procéder lorsque nous voudrons faire des investissements importants, en particulier dans le centre-ville », a déclaré le maire Cătălin Flutur, cité par Adevarul.


Les tunnels couvriraient des dizaines de kilomètres et relieraient divers quartiers de la ville au monastère de Popăuţi, établi par le souverain Ştefan le Grand (Ştefan cel Mare) à la fin du XVe siècle. Selon certains, les tunnels remonteraient au 13ème siècle, lorsque les habitants les avaient creusés pour se protéger des invasions tatares. D'autres estiment que ces tunnels auraient été construits au XVIIe siècle.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale