Guide Vert Michelin - 3 monastères impressionnants à découvrir

Par Escapades en Roumanie | Publié le 06/11/2020 à 00:00 | Mis à jour le 06/11/2020 à 17:17
Photo : pxhere.com
Guide Vert Michelin - 3 monastères impressionnants à découvrir

Pour profiter des couleurs de l’automne et profiter des paysages bucoliques, le Guide Vert Michelin vous propose ce mois-ci une escapade à la découverte de trois monastères impressionnants aux alentours de la ville de Râmnicu Vâlcea.

 

 

Le Monastère de Govora

Situé au pied de la colline Coșul Mare, à 6 km de la station balnéaire Băile Govora, dans le département (județ) de Vâlcea, le monastère de Govora - monument architectural médiéval parmi les plus anciens de Valachie – a été érigé au 14e siècle par le voïvode de Valachie Vlad Dracul.

govora-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

Plusieurs siècles après, le voïvode Matei Basarab y réalisa d'importants travaux de restauration (entre 1640 et 1645). On y installa même une imprimerie offerte par le métropolite Petru Movilă de Kiev, grâce à laquelle le monastère a contribué considérablement à la promotion de la culture roumaine, devenant à l’époque l’un de plus importants centres culturels de la Valachie.

govora-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

Entre 1710 et 1711, le monastère de Govora a été agrandi et restauré à nouveau par le voïvode de Valachie Constantin Brâncoveanu. Dans le catholicon du monastère, dédié à l'Assomption de la Vierge, on peut admirer une belle iconostase sculptée en bois de tilleul doré, dans le très connu style brâncovenesc. Les fresques de l'église ont été réalisées suivant le même style artistique, par les peintres de l’école de Horezu, entre 1711 et 1712. A l'extérieur on trouve un beau porche ouvert, soutenu par huit colonnes en pierre sculptée.

govora-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

Le monastère abrite aussi une importante collection d’objets d’art ecclésiastique.

 

 

Le Monastère de Bistrița

Situé dans le village de Bistrița, commune de Costești, dans le département de Vâlcea, le monastère de Bistrița a été érigé par la famille de boyards Craiovești, vers la fin du 15e siècle ; sa première attestation documentaire datant de 1494 à partir d’un document rédigé par le voïvode de Valachie Vlad Călugărul.

bistrita-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

En 1497 le monastère de Bistrița devient un lieu de pèlerinage pour les chrétiens orthodoxes, quand Barbu Craiovescu rapporta de Constantinople les reliques de Saint Grégoire le Décapolite (780-842).

L'édifice fut complétement détruit par le voïvode Mihnea Vodă, en 1509, lors d’un conflit avec les boyards, mais quelques années plus tard, les Craiovești ont refait le monastère de zéro.

Au début du 16e siècle, dans ce complexe monastique a été installé la première imprimerie de la Valachie, sous la direction de l’hiéromonaque Macarie, ainsi qu'une reliure de livres d'église.

Dans la première moitié du 19e siècle, après plusieurs tremblements de terre, le monastère fut gravement affecté. Il a été reconstruit dans le style néogothique entre 1846 et 1855, sous les règnes des Gheorghe Bibescu et Barbu Știrbei et sous la direction de l'architecte Carol Benesch. Les impressionnantes peintures qui ornent les murs intérieurs de l’église ont été réalisées par le très célèbre Gheorghe Tattarescu.

bistrita-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

Le monastère a connu au fil de l’histoire plusieurs fonctions, étant un hôpital militaire pendant la Guerre d'Indépendance, entre 1877 et 1878, et une école militaire entre 1883 et 1898. Le régime communiste a fermé les portes de l’ensemble monastique pour quelques années, entre 1959 et 1984.

Depuis 2003, le monastère de Bistrița abrite aussi un musée de l'imprimerie et des livres d'église.

 

 

 Le Monastère de Cozia 

Situé dans le département de Vâlcea, à 22 kilomètres de la ville de Râmnicu Vâlcea, sur la rive droite de la rivière Olt, le monastère de Cozia fut érigé dans le 14e siècle, par le voïvode de Valachie Mircea cel Bătrân, dont le tombeau se trouve en son sein.

cozia-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

Pendant les règnes des voïvodes valaques Neagoe Basarab (16e siècle) et Constantin Brâncoveanu (17e-18e siècles) d’importants travaux de restauration et d’agrandissements ont été accomplis, qui ont transformé le monastère en un véritable centre culturel et d’enseignement de la région.

cozia-roumanie-tourisme-guide-michelin

 

L’église principale du monastère, qui a été construite par des maîtres serbes, domine l’ensemble monastique par la richesse des ornements en pierre sculptée, ainsi que par l’alternance de briques rouges et la beauté des encadrements. L’imposante tour en forme de décagone garde encore la croix d’origine. On peut admirer l’impressionnante peinture en fresque des murs intérieurs dont une partie a été préservée dans sa forme originaire dans le narthex.

Le monastère abrite également un intéressant musée d’objets ecclésiastiques, monnaies et livres anciens.

 

 

Pour découvrir plusieurs destinations remarquables, consultez le Guide Vert Michelin Roumanie et les sites Internet : https://voyages.michelin.fr/ et https://www.viamichelin.fr/.

 

Equipe d’Edition et Photos :

Andra-Florentina Ostafi;

Ecaterina-Paula Perju;

Theodor Cepraga.

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale