ESCAPADES – 5 raisons de visiter Oradea

Par Escapades en Roumanie | Publié le 04/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 04/03/2019 à 06:55
Photo : Pixabay
Oradea-Pixabay

Considérée comme étant la ville la plus verte du pays, la plus sûre et une des plus « intelligentes », Oradea n’en finit pas d’éblouir ses visiteurs. Pour ceux qui s’aventurent dans la partie nord-ouest de la Roumanie, la ville d’Oradea les accueillera avec ses rues pittoresques à son architecture sublime qui a traversé des siècles d’histoire.

 

 

Son patrimoine Art Nouveau et ses nombreux monuments historiques

 

Le patrimoine architectural de la ville d’Oradea dont beaucoup de bâtiments ont été rénovés récemment, est impressionnant et lui a permis de faire partie du réseau européen European Art Nouveau Network, aux côtés de villes comme Budapest, Barcelone ou Vienne.

 

Nombre de ces édifices sont des palais construits vers 1900 par des architectes diplômés de l’École Polytechnique de Budapest. Ils affichent diverses influences, depuis le style romantique de l'architecte hongrois Odön Lechner jusqu’à la Sécession viennoise, en passant par le mouvement «Coup de fouet» de l'école française.

 

Le Palais de l’Aigle Noir est un bijou architectural réalisé dans le style Sécession viennoise, qui a été conçu pour accueillir un théâtre, des salles de bal, un casino, des bureaux et plus encore. Aujourd’hui, c’est l’un des principaux lieux de rassemblement de la ville où se trouvent de nombreux cafés et restaurants.

palais-aigle-noir-oradea
Palais de l'Aigle Noir - Pixabay

 

 

 

En outre, le Palais de l'Hôtel de ville, le Palais de Justice, le Palais Apollo, le Palais Stern et le Palais Moskovits sont d'autres bâtiments importants de la ville. La villa Darvas-La Roche, ornée de nombreux éléments viennois, est actuellement en cours de rénovation et devrait accueillir le musée Art Nouveau d’Oradea.

 

La forteresse d'Oradea est l'un des sites emblématiques d'Oradea et, tout au long de son histoire vieille de près de 1000 ans, elle a joué un rôle militaire et culturel important. Entre 1092 à 1557 c'était la résidence du diocèse catholique romain d'Oradea, alors que du XVIe au XIXe siècle c’était une forteresse militaire régie par diverses administrations successives: hongroises / transylvaines (1092 - 1660), ottomanes (1660-1692) et Habsbourgeoises (1692 - 1918).

 

Pour avoir un beau panorama sur la ville, vous pouvez monter jusqu’à la Tour de l'Hôtel de ville. La tour a quatre niveaux principaux, dont trois offrent une vue imprenable sur la ville. Le premier niveau abrite une horloge qui joue la «Marche de Iancu» toutes les heures – un des symboles importants de la ville.

 

Un héritage multiculturel

 

Oradea a été une ville multiculturelle depuis le Moyen Âge, peuplée de Hongrois, Italiens, Allemands, Juifs, Tsiganes ou Slovaques, laissant chacun à son tour son empreinte sur la ville. Pour en savoir plus sur l'histoire de la région, vous pouvez vous arrêter au musée Tara Crișurilor ou à une des nombreuses maisons commémoratives de la ville, telles que celles de Aurel Lazar, qui avait participé à l'Union de 1918, de Iosif Vulcan, fondateur du magazine Familia, qui a publié les premiers poèmes du poète roumain Mihai Eminescu ou le musée consacré au poète hongrois Ady Endre.

 

Une autre façon d’appréhender la diversité de la ville est à travers sa riche architecture ecclésiastique. Le Couvent des Ursulines, l’Eglise et le Monastère des Capucins, la Cathédrale Romano-Catholique, l'Eglise Evangélique Luthérienne, l'Eglise Réformée Calviniste et l'Eglise de la Lune, avec son mécanisme indiquant les phases de la lune, sont quelques-uns des nombreux sites religieux de Oradea. De plus, la Synagogue Néologue Sion et la Synagogue Orthodoxe, récemment inaugurée, indiquent l’important de la population juive de la ville, au tournant du XXe siècle.

 

Les parcs et les places publiques

 

En 2011, Oradea disposait de 25 m² d’espaces verts pour chaque résident, l’une des raisons pour lesquelles elle a été nommée capitale verte de la Roumanie.

 

Les premiers parcs publics de la ville, à savoir le jardin Rhedey et le parc Petöfi, ont été créés au XIXe siècle. Aujourd'hui, Oradea en a presque 20. Parmi eux, le parc du Palais Baroque, qui comprend une grande variété d'espèces comme les Séquoias géants âgés de plus de 100 ans. Les rives de la rivière Crișul Repede, qui traverse la ville, offrent également de nombreux espaces verts.

 

Deux des places de la ville peuvent également servir de points de départ pour explorer la ville. La place de l'Union regroupe la Mairie et le Palais des évêques grecs-catholiques. Le place Ferdinand, quant à elle, accueille le Théâtre National Regina Maria, construit en 1900 mais aussi le Palais de Levay et le Palais de Poynar.

place-ferdinand-oradea
Facebook / Oradea Heritage  - La place Ferdinand

 

 

 

Événements et expositions toute l'année

 

Le Musée de la ville d’Oradea, situé dans la forteresse d’Oradea, accueille plusieurs expositions permanentes couvrant l’histoire du site, mais aussi l’histoire de l’Église Réformée et de l’Episcopat Gréco-Catholique à Oradea, l’histoire de la photographie d’Oradea, le mémorial de la «Résistance et Répression à Bihor», et un présentant la boulangerie de la forteresse. Certaines des expositions temporaires ouvertes cet automne présentent des objets, documents daces et romains et des souvenirs liés à l’Union de 1918. Les expositions sont énumérées ici.

cité-oradea-forteresse
Facebook / Cetatea Oradea

 

 

 

La section Art du Musée Țara Crișurilor abrite dans sa collection des œuvres des artistes roumains Theodor Pallady, Gheorghe Petraşcu, Iosif Iser, Jean Alexandru Steriadi, Nicolae Tonitza et Victor Brauner, ainsi que des artistes des écoles flamandes, allemandes, autrichiennes et italiennes enre le XVe et le XIXe siècles. Les expositions actuelles sont listées ici. Le musée comprend également une section Archéologie présentant les découvertes locales mais aussi des objets égyptiens anciens et une collection de pots peints datant la Grèce antique, une section Histoire, comprenant une collection de cartes historiques et des sections Sciences de la nature et Ethnographie.

 

Un événement de longue date dans la ville s'appelle Toamna Orădeană (L’automne d'Oradea), prévu en général pour le début d’octobre. Il existe depuis 1991 et couvre, entre autres, de nombreux concerts, représentations théâtrales et événements pour enfants. Le carnaval des fleurs de Debrecen s'arrête à Oradea, où le Festival International du Film de Transilvania (TIFF) organise également une édition locale. Un nouvel événement a été récemment ajouté à l’agenda de la ville, c’est le festival de jazz ORA, qui se déroule du 14 au 16 septembre et qui est coorganisé par la même équipe chargée du festival de jazz Gărâna et du festival de jazz de Timișoara.

 

Les sources minérales à proximité

 

Oradea se trouve à moins de 10 km des stations thermales de Băile Felix et 1 Mai, connues dans tout le pays pour leurs sources minérales. Baile Felix a été reconnue en tant que station balnéaire depuis la seconde partie du XIXe siècle. Aujourd'hui, suite à divers investissements, vous pouvez y profiter de traitements thermaux, mais aussi de soins de bien-être et de spa.

 

Comment s’y rendre :

 

Oradea, située dans le nord-ouest de la Roumanie, se trouve près de la frontière avec la Hongrie, à 543 km de Bucarest en prenant la DN76 / E79 et à 155 km de Cluj-Napoca via la DN1 / E60. En train, le trajet Bucarest-Oradea peut prendre jusqu'à 13 heures. Le voyage en avion reste donc l'option la plus rapide si vous venez du sud du pays. Tarom et Blue Air relient actuellement la capitale à la ville d’Oradea.

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale