TEST: 2245

BUCAREST DE POCHE - 3 exemples d'anciens sites industriels reconvertis

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 26/02/2020 à 00:00 | Mis à jour le 26/02/2020 à 06:57
Photo : nodmakerspace.ro
nod-makerspace-lanseaza-mater-biblioteca-de-materiale-15055

En Roumanie beaucoup d'usines sont laissées à l'abandon. Plutôt que de les détruire, certains ont décidé de remonter leurs manches pour en faire des hauts lieux de la création.

 

 

NODMakerspace // L'Usine de Coton

Un bel exemple de reconversion d’un espace industriel se trouve sur les rives de la Dambovita, où l’ancienne Usine de Coton de Bucarest, un bâtiment construit dans les années 70 et abandonné depuis 10 ans, a été transformé en un espace de création de 1000m2, le NOD Makerspace. L’endroit a retrouvé un nouveau souffle grâce à une équipe de volontaires qui ont travaillé dur pour achever les travaux en seulement 6 mois. Le lieu a pour objectif de devenir une plaque tournante de l’industrie créative, un incubateur et un accélérateur de business mais aussi une communauté d'open-source. Il propose des ateliers de travail et de création dans le domaine du design et un accès à une large gamme d’équipements et d’instruments pour la fabrication digitale et le prototypage (imprimante 3D, scanner 3D, laser pour couper ou graver, soudure,…). L'endroit accueille aussi des espaces de co-working, des studios privés, des espaces pour des événements mais aussi Mater, la seule bibliothèque de matériaux d'Europe du Sud-Est.
 
nod-makerspace-bucarest-usines-rehabilitees
nodmakerspace.ro
 
nod-makerspace-bucarest-usine-rehabilitee
nodmakerspace.ro

 

nod-makerspace-bucarest-usine-rehabilitee
nodmakerspace.ro


Adresse: Spaliul Unirii 160
 

 

ALLLIVE // Les usines Malaxa


A l’est de Bucarest, vers le lac Pantelimon, se trouvent de gigantesques usines s’étendant sur 90 hectares, devenues des fleurons de l’industrie nationale durant la période de l’entre-deux guerres mais aussi pendant l’ère communiste. C’est l’industriel roumain d’origine grecque, Nicolae Malaxa, qui, en 1921, fait construire à cet emplacement des ateliers de réparation de locomotives. Les ateliers se développent rapidement et deviennent « les usines Malaxa » où on produit, en 1928, la première locomotive « Malaxa ». Dans les années qui suivent, on y construira encore une centaine de locomotives. Vers 1940, l’industriel quitte la Roumanie pour les Etats-Unis et, plus tard, ce seront les communistes qui reprennent les usines et les développent à un rythme effréné. On les renomme « Les usines 23 août », on y ajoute de nouveaux bâtiments et ses capacités de productions sont multipliées pour devenir la fierté du régime communiste. D'ailleurs, c'est ici qu'on avait fabriqué les premiers tanks 100% roumains. Avant la chute du régime communiste, les usines employaient environ 20 000 personnes. Rebaptisées usines « Faur » après la Révolution, aujourd’hui elles sont devenues un repère de l’architecture industrielle de la capitale, et comprennent des laboratoires, des halles, des salles de service et des logements, dont une partie encore fonctionnelle. C’est ici, au rez-de-chaussée, qu’a ouvert en 2016 la plateforme Alllive, soutenue par le chanteur Smiley, où ont lieu régulièrement des concerts, des spectacles d’art et des improvisations théâtrales.

 
alllive-usine-rehabilitee-bucarest
Facebook / Alllive

 

alllive-bucarest-usines-reconverties
Facebook / Alllive

 

alllive-bucarest-usine-reconvertie
feeder.ro

 

Adresse: Bd Basarabia 256

 

 

Halele Carol // Les usines Hesper

Pas loin du parc Carol, se trouvent les usines Hesper, installées depuis 1869 près de l'ancienne gare Filaret. A l’époque, ces usines s’appelaient s'appelaient « E.Wolff » et opéraient dans le domaine de l’industrie mécanique et métallurgique. Durant le régime communiste, elles ont été renommées « l’Etoile Rouge » et leur production se concentrait sur les équipements lourds pour l’industrie de la construction et les équipements hydrauliques. Aujourd’hui encore, l’usine Hesper produit des pompes et des moteurs hydrauliques, malgré une forte réduction de ses effectifs et une grande dégradation des lieux. Malgré cela, le propriétaire de l'usine a préféré refuser de vendre les usines pour les réhabiliter, misant sur l’importance historique des lieux. C’est ainsi, qu’en 2014, est né le projet « Halele Carol » initié avec Zeppelin et Eurodite, qui a transformé les usines en un espace multifonctionnel accueillant divers événements comme des concerts, des expos d’art urbain ou des projections et devenant un véritable hotspot culturel de la capitale. Mais, en 2015, suite à l’incendie de la boîte de nuit Colectiv, et à un manque de financements, beaucoup d'endroits ont fermé dont celui-ci. Aujourd'hui, on y trouve le club Expirat qui s'est installé dans la Salle des Compresseurs, une salle de concert, bar et boîte de nuit.

expirat-halele-carol-usines-reconverties
expirat.org

 

expirat-halele-carol-usine-reconverties
expirat.org

 

Adresse: Strada Doctor Constantin Istrati 1

 

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale