Mardi 19 octobre 2021
TEST: 3548

Les enfants indiens toujours privés d'écoles

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 15/04/2021 à 01:01 | Mis à jour le 15/04/2021 à 01:01
Photo : @Nondini
ecole inde covid-19

La crise sanitaire de la Covid-19 a engendré la fermeture des écoles, collèges, lycées et des établissements d’enseignement en Inde pendant plus de 9 mois durant l'année 2020. Début 2021, plusieurs Etats avaient amorcé une réouverture progressive en commençant par les classes d’élèves les plus âgés. Mais, face à la recrudescence très rapide du nombre de nouveaux cas depuis la fin du mois de mars, de nombreux gouvernements locaux ont décidé de refermer tous les établissements d’enseignement. Un rapport de l’UNICEF publié début mars 2021 a identifié les impacts de ces fermetures sur les élèves dans le monde et plus spécifiquement en Inde et prône une réouverture calibrée et contrôlée des écoles.

 

168 millions d’enfants dans le monde privés d'école pendant un an

Le rapport de l’UNICEF intitulé La Covid-19 et la fermeture des écoles, une année de perturbations dans le secteur de l’éducation a recensé 168 millions d’enfants à travers le monde qui ne sont pas allés à l’école pendant presque un an. Il rappelle que la crise sanitaire a généré une crise unique dans le secteur de l’éducation et conclut “Alors que nous entrons dans la deuxième année de la pandémie de COVID-19, aucun effort ne doit être épargné pour garder les écoles ouvertes ou leur donner la priorité dans les plans de réouverture. Les enfants ne peuvent pas se permettre une autre année de fermeture d’écoles.

Les fermetures d’écoles ont des conséquences dévastatrices sur l’apprentissage et le bien-être des enfants. Les enfants les plus vulnérables et ceux qui n'ont pas accès à l'apprentissage à distance courent un risque accru de ne jamais retourner en classe et même d'être contraints à un mariage précoce ou de travailler. Selon les dernières données de l'UNESCO, plus de 888 millions d'enfants dans le monde continuent d'être confrontés à des perturbations dans leur éducation en raison de fermetures totales et partielles d'écoles.

La majorité des écoliers du monde entier comptent sur leurs écoles comme un lieu où ils peuvent interagir avec leurs pairs, chercher du soutien, accéder aux services de santé et de vaccination et à un repas nutritif. Plus longtemps, les écoles restent fermées, plus les enfants sont coupés de ces éléments critiques de l'enfance.

 

 

Pour attirer l'attention sur l'urgence éducative et sensibiliser le public à la nécessité pour les gouvernements de garder les écoles ouvertes ou de leur donner la priorité dans les plans de réouverture, l'UNICEF a dévoilé en mars 2021 le projet “Pandemic Classroom”, une classe modèle composée de 168 bureaux vides, chaque bureau représentant le million d’enfants vivant dans des pays où les écoles ont été presque entièrement fermées - un rappel solennel des salles de classe qui restent vides.
 

Chaque jour qui passe, les enfants qui ne peuvent plus aller à l'école prennent de plus en plus de retard et les plus vulnérables paieront le prix le plus lourd. Les gouvernements doivent rouvrir les écoles et veiller à ce que chaque enfant puisse y retourner. Les premières consequences des fermetures d'écoles se voient déjà dans l’augmentation des mariages précoces et des violences sexuelles dans certains pays, tandis que d'autres signalent une implication accrue des enfants dans les tâches ménagères (Asanov, 2020 ; Reuters, 2020)."


Le rapport rappelle aussi : “Malgré des preuves accablantes de l'impact des fermetures d'écoles sur les enfants, et malgré des preuves de plus en plus nombreuses que les écoles ne sont pas les moteurs de la pandémie, trop de pays ont choisi de garder les écoles fermées, certains pendant près d'un an.


247 millions d'écoliers indiens privés de salles de classe en 2020

En Inde, la fermeture de 1,5 million d'écoles en raison de la pandémie et des confinements en 2020 a eu un impact sur 247 millions d'enfants inscrits dans les écoles élémentaires et secondaires. En outre, plus de 6 millions de filles et de garçons n'étaient déjà pas scolarisés avant le début de la crise de la Covid-19.

Entre la fin 2020 et le début 2021 sur les 39 États et Territoires que compte l’Inde, seulement 8 avaient ouvert toutes les classes du primaire jusqu'au lycée, 11 les classes de collégiens et lycéens et 15 les classes de lycéens. De plus, 3 États avaient rouvert des centres anganwadi (ndlr : des centres publics d'accueil pour les plus jeunes). 

 

inde ecole covid-19 coronavirus
Des écoliers dans le Mizoram - @Byronkhiangte

 

Cela fait près d'un an que la pandémie a entraîné la fermeture d'écoles et a perturbé la routine normale des enfants dans toute l'Inde. Nous savons que plus les enfants restent longtemps en dehors de l’école, plus ils deviennent vulnérables et sont susceptibles de ne plus retourner à l’école. Toute décision de rouvrir les écoles est prise en gardant à l'esprit l'intérêt supérieur des enfants et, à mesure que les écoles rouvrent de manière échelonnée avec le retour des enfants dans leurs salles de classe, nous devons nous efforcer de les aider à rattraper les apprentissages qu'ils ont manqués. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui n'ont pas pu accéder aux opportunités d'apprentissage numérique ou à distance. De plus, la santé mentale et le bien-être des enfants sont une préoccupation cruciale. Le soutien psychosocial des enseignants, des parents et des soignants est une priorité”, a déclaré le Dr Yasmin Ali Haque, représentant de l'UNICEF en Inde.

 

Malheureusement, confronté à une recrudescence du nombre de cas positifs, la plupart des Etats ont choisi de refermer les écoles : c’est le cas dans le Maharashtra, par exemple, depuis la fin mars 2021. A mi-avril 2021, les écoles sont entièrement ou partiellement fermées dans 11 États de l’Inde.


L'éducation en ligne n'est pas une option pour tous

L'éducation en ligne n'est pas une option pour tous dans le pays, car seul un enfant sur quatre a accès aux appareils numériques et à la connectivité Internet. Avant la Covid-19, seulement un quart des ménages (24 %) en Inde avait accès à Internet et il existe une grande fracture entre les villes et les campagnes et entre les sexes. 

 

inde ecole covid-19 coronavirus
Extrait des témoignages des enseignants et des élèves de l'ONG Reality Gives

 

Un rapport sur les indicateurs clés de la consommation sociale des ménages sur l'éducation en Inde, basé sur l'enquête nationale par sondage de 2017-2018 révèle la fracture environnement urbain/environnement rural en matière d'équipement en ordinateur et d'accès à internet :

  • Foyers en environnement rural disposant d’un ordinateur : 4,4 %
  • Foyers en environnement urbain disposant d’un ordinateur :  23,4 %
  • Foyers en environnement rural disposant d’un accès à internet : 14,9 %
  • Foyers en environnement urbain disposant d’un accès à internet : 42 %

(Chiffres issus d’un rapport public : Key Indicators of Household Social Consumption on Education in India, basés sur le National Sample Survey de 2017-18)

 

Les gouvernements, les ONG et d'autres organisations public-privé tentent de remédier à cette grave lacune.

A Mumbai, par exemple, l’ONG Reality Gives a lancé une campagne en 2020 pour équiper les élèves de l'école qu’elle soutient avec des smartphones et un accès à internet : Reality Gives, une éducation de qualité pour les enfants de Dharavi. Dans le Jharkhand, la fondation YouthInvest a formé les enseignants à l'enseignement en ligne : YouthInvest Foundation : prolonger la scolarisation des jeunes filles.

 

inde ecole covid-19 coronavirus
Les jeunes filles dans le centre scolaire Sambhavana à Badri, Jharkhand Badri, Jharkhand

 

Un report ou une annulation des examens de fin de cycle

Début avril 2021, le ministre de l'Éducation du Maharashtra, Varsha Gaikwad, a annoncé que les élèves des classes 1 à 8 (élèves âgés de 6 à 14 ans) du Maharashtra seraient promus dans la classe suivante sans aucun examen, comme cela a été le cas en 2020. Le gouvernement local a aussi reporté sine die les examens de fin de cycle des classes 10 (élèves de 15 ans) et 12 (élèves de 17 ans) qui devaient avoir lieu à la fin du mois d’avril. 

Le 14 avril 2021, le gouvernement national a généralisé cette mesure pour tout le pays comme en 2020. Les examens des classes 10 sont annulés et ceux de classe 12 reportés, la décision sur une date d’examen sera prise en juin.

L’UNICEF s'inquiète de ces annulations d’examen car cela peut biaiser les évaluations selon l’agence : celles-ci dépendent alors uniquement de la perception de l’élève par l’enseignant qui peut être affectée par des stéréotypes.



La fermeture des écoles a aussi entraîné la suppression des mécanismes de soutien

Dans de nombreux pays en voie de développement, les écoles fournissent également des mécanismes de soutien dont bénéficient de nombreux élèves défavorisés. C’est le cas en Inde où dans la plupart des écoles publiques des zones rurales, les élèves bénéficient d’un repas complet le midi. En avril 2020, l’Etat du Kerala avait décidé de continuer à fournir ces repas aux écoliers malgré la fermeture des salles de classe et avait organisé un système de livraison à domicile.

 

inde ecole covid-19 coronavirus
Un repas à l'école primaire dans le Gujarat - @SuSanA Secretariat

 

D’autre part, les ressources destinées aux élèves aveugles et sourds ne sont souvent pas disponibles en dehors des écoles. C’est le cas par exemple des élèves malvoyants accueillis dans un internat de Mumbai, Happy Home & School for the Blind qui, lors du confinement de 2020 ont du rentrer dans leurs familles soit dans les quartiers défavorisés de la ville soit dans les campagnes alentour et ont eu leur scolarité complètement interrompue pendant plus de neuf mois.

Enfin, les enfants ayant des troubles d'apprentissage ou ceux qui sont autistes ne sont souvent pas capables de travailler de manière indépendante devant un ordinateur ou sans les routines quotidiennes de l'école, souligne le rapport de l’UNICEF.

 

inde ecole covid-19 coronavirus
Un Anganwadi à Velhe dans le district de Pune en 2019 @कल्याणी कोतकर

 

De plus, en Inde, les enfants les plus jeunes des zones rurales bénéficient du soutien des anganwandis qui sont des structures d’accueil pour les jeunes enfants et les mères. Ils ont été créés par le gouvernement national en 1975 dans le cadre du programme Integrated Child Development Services (ICDS) pour lutter contre la faim et la malnutrition chez les enfants de moins de six ans (ndlr : anganwadi signifie "abri" dans plusieurs langues indiennes). Les anganwadis permettent la mise en œuvre de toutes les initiatives de santé, de nutrition et d'apprentissage précoce dans le cadre de l'ICDS. Selon les données du gouvernement, l’Inde compte plus d’un million de ces centres.

Malheureusement, durant la première vague de la pandémie, les anganwandis ont été plus ou moins fermés et les employés réquisitionnés pour la prévention de la propagation du coronavirus.

 

Selon l'UNICEF, la réouverture des écoles est primordiale

Dans le cadre de la réouverture des écoles, l'enquête UNESCO-UNICEF-Banque mondiale a souligné la nécessité non seulement de surveiller et d'atténuer les pertes d'apprentissage des élèves, mais aussi de reconnaître la nécessité de fournir aux enseignants la formation et le soutien dont ils ont besoin pour faire la transition vers de nouvelles modalités d’enseignement.

L'UNICEF, l'UNESCO, le Haut Commissariat aux Réfugiés, la Banque mondiale et le Programme Alimentaire Mondial ont élaboré un cadre mondial pour la réouverture des écoles qui a été adapté au contexte indien.

Le ministère de l'Éducation indien a finalisé des directives, rédigées par le Conseil national de la recherche et de la formation pédagogiques (NCERT), pour la réouverture des écoles en toute sécurité, en mettant l'accent sur la promotion du lavage régulier des mains et des pratiques d'hygiène sûres des élèves, des enseignants et des autres membres du personnel scolaire et sur la désinfection des écoles avec des fournitures et des installations adéquates ainsi que des stratégies de distanciation physique.

Malheureusement, la recrudescence soudaine des cas de Covid-19 dans le pays a stoppé net la mise en place de ces directives et la réouverture des écoles.



 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Bombay ?

Chennai Appercu
DÉCOUVERTE

A la découverte du fleuve KAVERI dans le sud de l’Inde

Fleuve sacré, la Kaveri est un enjeu économique majeur pour l’Inde du sud, le partage de ses eaux est une source de conflit depuis des décennies principalement entre le Karnataka et le Tamil Nadu.