Jeudi 26 novembre 2020

Un village du Rajasthan protège ses filles et son environnement

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 19/10/2020 à 06:57 | Mis à jour le 19/10/2020 à 20:49
Photo : @piplantri_rajsamand_offical
filles arbres piplantri inde rajasthan

Le village de Piplantri, dans le district de Rajsamand au Rajasthan, a ouvert la voie en matière de protection de l'environnement et de protection des bébés filles. 111 arbres sont plantés à la naissance de chaque fille dans le village. Une initiative lancée il y a 15 ans par le sarpanch (l'équivalent du maire) du village et qui a depuis essaimé dans la région et a inspiré le gouvernement du Rajasthan dans sa tentative de limiter les foeticides de filles.

 

piplantri rajasthan filles arbres sex ratio


 

Fêter la naissance d’une fille et honorer la terre des ancêtres

J'ai lancé cette initiative dans mon gram panchayat il y a 15 ans et elle continue aujourd’hui”, a déclaré Shyam Sundar Paliwal. “Ainsi, j’ai fait d’une pierre deux coups : montrer de la joie à la naissance d’une petite fille et honorer la terre où mes ancêtres ont vécu et sont morts”, affirme-t-il.

En quinze ans, le village a enregistré environ 810 naissances de fillettes et a planté 89 910 arbres. Lors du festival de Raksha Bandhan qui célèbre la fraternité et l'amitié dans la religion hindoue, un fil est lié autour des troncs des arbres qui sont nourris et traités comme une partie de la famille.

 

piplantri rajasthan filles arbres sex ratio
@thebetterindia

 

De plus, des dons sont collectés à chaque naissance d’une fille afin de pouvoir réunir une somme d’argent qui sera reversée à la famille lorsque la jeune fille aura atteint la majorité. Les fonds sont placés et correspondent à une dot potentielle. “Cela donne à la famille une sécurité financière. En retour, ils s'engagent à s'occuper des arbres, à scolariser leur fille et à ne pas la marier avant l'âge légal de 18 ans”, explique Paliwal.

 

A l'entrée de Piplantri, une grande palissade porte les noms de toutes les filles nées au cours de l'année écoulée. Pour Kamla Devi qui a quatre filles et pas de fils, cela symbolise la façon dont Piplantri a changé. Il y a quelques années, elle aurait fait l'objet de pitié dans le village, maintenant, elle est heureuse avec sa famille. “Mon mari est encore plus heureux que moi avec nos filles”, dit-elle au journaliste du Guardian en souriant. "Tant que nous les éduquons, il n'y a rien qu'un garçon puisse faire qu'elles ne puissent pas faire."

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sister of the tree 👭👭#piplantri #piplantrivillage #piplantri_village #piplantrirajamandoffiacal

A post shared by piplantri. com (@piplantri_rajsamand_offical) on


 

Le Rajasthan, un etat conservateur dans lequel une fille n’est pas bienvenue

Le gouvernement du Rajasthan tente de lutter contre le foeticide féminin depuis la publication des statistiques du recensement de 2011 qui révélaient un déficit important de filles dans l’Etat : 883 naissances de filles pour 1000 naissances de garçons en 2011 (Annual Health Survey 2011-12). 

L’initiative du sarpanch de Piplantri a inspiré le gouvernement de l’Etat et de nombreux hommes politiques se sont rendus dans le village pour se documenter. Les visiteurs ont été tellement nombreux que le village a construit deux chambres climatisées pour les accueillir.

Selon le Dr Pankaj Gaur, médecin-chef du district, Piplantri est devenu un modèle pour une politique gouvernementale de 2016 consistant à offrir aux familles des versements d'espèces échelonnés tout au long de la vie d'une fille et soumis à sa scolarisation jusqu'au dernier niveau (l'équivalent de la terminale en France). “Ces avantages permettent à la famille de ne pas considérer la naissance d’une fille comme un fardeau”, dit Gaur.

 

Depuis, le district de Rajsamand dans lequel se situe le village de Piplantri a vu son ratio filles/garçons augmenter considérablement : 965 naissances de filles pour 1000 naissances de garçons en 2018 contre 830 en 2011. Dans le Rajasthan, le ratio filles/garçons s’est aussi amélioré, même si le déficit de filles est encore présent : 948 naissances de filles pour 1000 naissances de garçons en 2018 contre 861 naissances de filles pour 1000 naissances de garçons en 2013-2015 (source Niti Aayog).

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#piplantri

A post shared by piplantri. com (@piplantri_rajsamand_offical) on


 

Mais aussi une terre sujette aux sécheresses

Piplantri, qui est construit sur une colline, se trouve sur les terres semi-arides du district de Rajsamand. Pourtant, le village surplombe un paysage vallonné couvert d’un tapis de verdure. Mais, cela n’a pas toujours été le cas. 

Le district de Rajsamand a subi une déforestation importante après l’indépendance de l’Inde suite au développement des activités d’extraction du marbre blanc de la région. Cela a aussi généré une crise de l’eau potable et des sécheresses de plus en plus sévères. “En 2005, la sécheresse était si grave que le gouvernement a dû nous envoyer des trains-citernes remplis d’eau”, se souvient Paliwal.

 

Le programme mis en place à Piplantri a ainsi eu un impact important sur l'écosystème local et plusieurs autres gram panchayats ont suivi les traces de Shyam Sundar Paliwal en adoptant la même idée. Cela a permis à la région d'être reconnue comme un endroit respectueux de l'environnement, mais aussi d’obtenir une certaine célébrité dans les médias et les milieux écologistes.


 

 


 


soutien contribution lecteurs lepetitjournal

Rejoignez le Club des lecteurs contributeurs

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste) ou nous suivre sur Facebook


 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir