Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Eléonore Gaspa : "en Inde, il faut jongler entre souplesse et fermeté"

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 13/03/2020 à 01:05 | Mis à jour le 13/03/2020 à 11:31
Eleonore Gaspa voyage Inde

Eléonore Gaspa, Française installée à Jaipur dans le Rajasthan, a créé deux sociétés de tourisme : Cyclin’Jaipur, en duo avec une autre Française, Ophélie Teyssandier, une structure qui propose des tours à vélo dans la ville de Jaipur et Carnet de voyages, en solo, une agence qui organise des circuits en Inde. Lepetitjournal.com Bombay a rencontré Eléonore lors d’un voyage à Jaipur et vous livre son parcours ainsi que ses coups de coeur en Inde.

 

Eléonore a décidé d’entreprendre en Inde suite à un voyage dans le pays avec son amie Ophélie. Leur périple leur ayant inspiré de nombreuses idées autour du tourisme, elles se lancent à deux dans l’aventure et fondent, en 2014, Cyclin’Jaipur pour faire découvrir la ville autrement. “Nous avons voulu montrer la vie quotidienne, le fonctionnement et les coulisses de la ville que les agences de voyage avaient tendance à ne pas trop dévoiler.” déclare Eléonore. “Les gens n’osent pas souvent aller dans certains quartiers, entrer dans des cours, notre idée c’est d’ouvrir ces portes.”, ajoute-t-elle. A l'époque, ce genre de visites n’existait pas à Jaipur.

 

cycling jaipur Eleonore Gaspa
Eléonore et Ophélie

 

Cyclin’Jaipur : les coulisses d’une ville

Grâce aux conseils et au soutien de plusieurs expatriés français, Eléonore et Ophélie ont pu mettre en oeuvre leur concept. “C’est difficile de démarrer une société dans un pays qu’on ne connaît pas.” lance Eléonore. “D’autant plus que ni Ophélie ni moi n’avions une expérience dans le secteur du tourisme !” renchérit-elle. 

 

Créer une société en Inde n’est pas facile d’autant plus si on n’est pas du métier, mais c’est, selon la Française, tout à fait faisable, il est cependant plus simple d’avoir un partenaire indien. 

 

Eléonore affirme qu’elle n’a pas ressenti de blocages particuliers du fait qu’elle soit une femme même si son équipe est entièrement masculine. “Etre guide n’est pas un métier pour une femme dans la société conservatrice du Rajasthan” affirme-t-elle. “Pour se faire respecter, il faut être ferme !”

Les guides locaux ont été recrutés par l'intermédiaire de contacts qu'Ophélie et Eléonore avaient noués à Jaipur : “Nous avons gardé la même équipe depuis le début. On travaille avec le fils, les frères, la mère… Nous sommes une entreprise familiale.” déclare Eléonore. 

Après la réussite des tours à vélo, les deux jeunes femmes complètent leur offre avec des activités qu’elles créent en collaboration avec des locaux : cours de cuisine, promenades à pied dans Amber et Jaipur... “Nous avons essayé de rassembler l’ensemble de ce que l’on peut faire pour mieux appréhender la vie à Jaipur.” affirme Eléonore. 

Cyclin’Jaipur a vite connu le succès, la société est recommandée dans le Guide du Routard presque tout de suite et dès la deuxième année d'activité, elle est répertoriée dans le guide Lonely Planet. Le passage d’Eléonore dans une émission de télévision a favorisé la diffusion de l’information. Aujourd’hui, les tours à vélo sont toujours très prisés même si de nouvelles offres concurrentes sont apparues. En 2019, la société a enregistré une faible baisse d'activité, mais, selon Eléonore, c’est tout le secteur du tourisme en Inde qui l’a subi. “L’Inde attire un peu moins !” confie-t-elle.

 

Eleonore Gaspa Cycling jaipur
Photo : bestjobersblog.com

 

Carnet de voyages : voyager différemment

Déterminée à rester en Inde à Jaipur, Eléonore reprend, quelques années plus tard, le concept de Cyclin’Jaipur à l'échelle d’une agence de voyages : “pouvoir offrir un peu partout en Inde des expériences différentes : voir les coulisses d’un endroit, rencontrer des locaux, s’immerger dans la vie locale…” dit-elle. En 2018, elle fonde Carnet de voyages qui propose des visites en Inde alliant le côté sportif comme le kayak dans les backwaters du Kérala ou la randonnée en Uttarakhand, l'expérience culturelle et les découvertes liées à l’artisanat ainsi qu'un panachage pour l'hébergement entre des endroits charmants et plus chics et le séjour dans une famille. “Les gens aiment beaucoup le concept de maisons d'hôtes (homestay).” avoue Eléonore. Carnet de voyages organise des tours principalement dans le Rajasthan, le Tamil Nadu, le Kerala et plus récemment dans le Madhya Pradesh, le dernier coup de coeur d’Eléonore. 

 

“Le Madhya Pradesh dispose d’atouts touristiques fabuleux, une architecture et des monuments superbes avec des palais qui datent de l’empire Moghol, des temples raffinés, des vestiges jaïns et bouddhistes, mais aussi une nature incroyable et de nombreux parcs animaliers. Le Rajasthan est moins préservé même si cela reste un incontournable... Si on veut voir une Inde encore peu arpentée, il faut aller dans le Madhya Pradesh.” affirme Eléonore.

 

Elle effectue l’essentiel de la promotion de son agence de voyage en ligne en particulier par le biais de blogueurs, mais Carnet de voyages est aussi répertoriée dans le Guide du Routard. Aujourd'hui, la société est financièrement viable et s’est bien développée. Elle organise en moyenne 20 voyages par mois : la moitié dans le Kerala et le Tamil Nadu et l’autre moitié dans le Rajasthan. 80% des clients viennent de blogs, le reste de l'émission de télévision à laquelle Eléonore a participé il y a un an et du Guide du Routard. La clientèle est essentiellement belge, française et suisse. 

4 personnes travaillent pour Carnet de voyages, ce sont des Indiens francophones et une Française. “Praveen, qui s’occupe de la partie opérationnelle pour Carnet de voyages et est aussi guide pour Cyclin’Jaipur, a étudié le français à Pondichéry.” confie Eléonore.

L’agence a un carnet d’adresses de guides français un peu partout en Inde qui sont triés sur le volet afin d'apporter un réel complément d’informations aux clients. “Mais, je ne propose pas des guides sur toutes les destinations, dans certaines villes ce n’est pas nécessaire comme à Jodhpur où les audio guides sont parfaits.” avoue-t-elle.

 

Eleonore carnet voyage inde
Le logo de Carnet de voyages

 

Echappées belles si on réside en Inde

Eléonore a partagé ses coups de coeur pour s'échapper de la vie quotidienne et découvrir d’autres aspects d’Incredible India :

  • pour un week-end : Landour aux contreforts de l’Himalaya dans une maison d'hôtes chaleureuse et reposante avec de belles balades à faire au coeur de forêts de pins ou la découverte de la ville d’Orccha durant le festival de musique et de danse qui vient d’avoir sa première édition début Mars. 
  • pour quelques jours : le parc naturel de Kanha dans le Madhya Pradesh ou la région du Chettinad et ses mystérieux temples Ayyanar dans le Tamil Nadu 

 

Il y a toujours un moment où l’on sature en Inde, il faut régulièrement voyager et sortir des grandes villes, il y a de tout, c’est un émerveillement permanent !


 

Pour en savoir plus sur Cyclin’Jaipur, visiter le site, la page Facebook et Instagram et sur Carnet de voyages, le site, la page Facebook et Instagram.


 

cycling Jaipur voyage Inde
Photo bestjobersblog.com

 

 

 


Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook.


 

 

Nous vous recommandons

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

LITTERATURE

Club de lecture 4 : cinq ouvrages pour découvrir l’Inde

La rédaction présente la quatrième édition du Club de lecture. Tous les quinze jours, nous publions une liste de cinq ouvrages traduits en français sur l’Inde et de style varié : romans indiens, nouve

Expat Mag

Les 10 apprentissages de la crise pour les expatriés

Si la crise est loin d’être finie, quels sont ses enseignements ? Entre prise de conscience et changements radicaux, lepetitjournal.com fait le point sur ce que la Covid-19 nous a appris