Jeudi 2 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Benoît Siat, un Alsacien heureux dans le Tamil Nadu

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 04/02/2020 à 00:55 | Mis à jour le 04/02/2020 à 00:55
LA Maison Nilgiris Inde

Benoît Siat découvre l’Inde lors d’un voyage en 1974 pendant lequel il parcourt le sud du pays, sac à dos. En 1991, il renoue les liens avec le sous-continent pour prendre en charge le partenariat de l’entreprise familiale avec une société indienne : 4 usines en résultent. 

Fort de cette expérience et voulant changer d’orientation, en 2003, il devient consultant pour accompagner les entreprises alsaciennes, françaises et européennes dans leur découverte du potentiel du marché indien et leur projet d’implantation. 

Après 16 années de voyages entre la France et l’Inde pour le compte de son entreprise et de ses clients, il décide de prendre sa retraite dans ce pays dont il connaît bien les contraintes et les charmes.

La boucle est bouclée ! 

 

Ce sont les Indiens qui m’ont ramené et gardé en Inde, en m’étonnant tous les jours, pour mon grand bonheur ! 



La retraite en Inde. Pourquoi ? Où ? Comment ?

Le premier atout de l’Inde, pour Benoît, est que l’on peut trouver des lieux où il peut assouvir sa passion pour le jardinage toute l’année.

Le deuxième est qu’il est plutôt aisé de trouver des gens pour être assisté dans les fonctions de la vie courante.

Mais le pays-continent est vaste, les environnements et les climats si variés. Sur les conseils de son ami, Achille Forler, Alsacien lui aussi, Benoît s’est mis en quête d’un endroit dans les collines, là où le climat est plus clément. La liste des régions potentielles est rapidement réduite à deux, la première autour de Shimla, dans l’Himachal Pradesh au nord et la deuxième dans les collines bleues des Nilgiris, dans le Tamil Nadu au sud, à proximité du Kerala et du Karnataka.

 

 

LA Maison Nilgiris Inde Siat
Les Nilgiris

 

Benoît se décide pour le sud car il y trouve les gens plus authentiques, quelquefois un peu naïfs mais toujours souriants et très touchants. De plus, il avait toujours en mémoire la jolie petite ville d’Ooty visitée en 1974…

Dans les Nilgiris, la recherche d’un lieu fut longue et rocambolesque : après une rencontre infructueuse avec un missionnaire alsacien des missions africaines (qui travaille en Inde parce qu’il préfère ce pays à l’Afrique !), il apprend que des sœurs franciscaines souhaitent vendre un de leurs terrains, mais sans succès. Finalement, plusieurs rebondissements, rencontres et visites plus tard, il finit par dénicher et acheter un "heritage bungalow" à Kotagiri, près de Ooty. Cette maison coloniale a été construite par une famille écossaise en 1881 sur une colline à 1700 mètres d’altitude, près de 3 cascades. 

La maison étant en assez mauvaise état, mais très spacieuse, il la rénove entièrement pendant 20 mois et en fait une maison d'hôtes "with a French touch and an incredible view".

 

LA Maison Nilgiris Inde Siat
LA Maison

 

"LA Maison" ouvre ses portes en décembre 2009. Aujourd’hui, l'établissement propose 5 chambres et est très souvent plein.

 

La vie de retraité en Inde

Selon Benoît, les Nilgiris offrent l’un des meilleurs climats au monde (températures modérées (14-32C en extrême), hygrométrie idéale pour la nature et l’homme. Située en hauteur, la propriété bénéficie d’une brise journalière rafraîchissante.

Zéro pollution chimique, zéro pollution sonore, zéro pollution visuelle : vue sur la plaine jusqu’à 70 Km et sur les étoiles à 180 degrés...

Le climat est si clément que l’on peut planter n’importe quoi, n’importe quand ; tout pousse !

Initialement le terrain de 4,5 hectares qui entoure la maison était une plantation de thé, comme il y en partout dans cette région. Mais la législation indienne interdit à un étranger de travailler la terre comme agriculteur ! Le gouvernement local a donc obligé Benoît à arracher ses plants. "Il faut savoir que le théier est un bonsaï, auquel on coupe régulièrement les rameaux supérieurs chargés de feuilles de thé. Et même si les branches sont limitées en hauteur, les racines sont celles d’un arbre de dix mètres de haut. Ce fut un calvaire physique et psychologique que de tout arracher !” avoue Benoît.

Maintenant la propriété est un jardin de fleurs, d’arbustes et d’arbres plus nombreux et divers, que même le jardin botanique d’Ooty…

 

LA Maison Nilgiris Inde Siat
Les fleurs de Benoît et "Puffy", l'âne de LA Maison

 

Par ailleurs, l’entier district des Nilgiris est classé "biosphère" et on y rencontre panthères, léopards, sangliers, ours à collier... mais pas de serpents ! On y croise aussi de petits troupeaux de vaches sauvages "bovis bovis" qui sont les plus grosses au monde, et que les Indiens appellent "gaur" ou bison.

 

LA Maison Nilgiris Inde Siat
Les gaurs, dans une plantation de thé

 

LA Maison" n’est qu'à quelques minutes de Kotagiri et même si l’endroit peut paraître isolé, Benoît reçoit des hôtes du monde entier. Depuis 2009, il s’est fait de nombreux amis qui l’invitent quasi systématiquement à leur rendre visite en retour.

Après avoir travaillé toute sa vie dans l’industrie, il apprécie d'évoluer dans le monde de l'hospitalité. “Je conseille à tous ceux qui envisagent de partir à la retraite de réfléchir au projet d’une maison d'hôtes. On rencontre des gens étonnants si on sait être disponible et les revenus générés permettent d’entretenir la propriété.”
 

LA Maison Nilgiris Inde Siat
Traversée de la rivière et baignade dans une cascade


Et Benoît ne manque pas de projets

  • Créer une chèvrerie : les chèvres seront utilisées pour nettoyer le jardin des mauvaises herbes et pour faire du fromage avec leur lait.
  • Ouvrir une résidence d’artistes, principalement des peintres et des potiers, Kotagiri étant la colline de la tribu des Kotas, des potiers ancestraux.
  • Aménager sa nouvelle maison bretonne en bord de mer, avec un grand terrain à jardiner éventuellement. "Il faut assurer ses arrières quand on vit en Incredible India".

 

Une forte attache à l’Alsace

Même s’il a choisi de prendre sa retraite en dehors d’Alsace, Benoît y reste très attaché et y retourne souvent. 

En Inde, il joue les médiateurs entre sa région natale et sa région d’adoption : il a été désigné par le président de l’Union Internationale des Alsaciens comme le représentant de l’Association des Alsaciens et des Amis de l’Alsace dans le sud du pays.

Alors, si vous êtes alsacien ou “fan” de l’Alsace et que vous résidez dans le sud de l’Inde (en gros de Mumbai à Kanyakumari), contactez Benoît pour rejoindre la jeune association et pouvoir parler un peu du pays autour d’un bon repas. 

 

Benoît Siat : +91 95 85 85 77 32, Email : benoitsiat@lamaison.in

LA Maison : Hadathorai bungalow, Nihung p.o., Kotagiri, 643217, Nilgiris, Tamilnadu, India.

Aussi sur Facebook, Instagram, TripAdvisor.



 


Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook.


 

Nous vous recommandons

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Madrid Appercu
Coronavirus

#ProtègeTonSoignant: "Les Français de l'étranger sont aussi concernés"

L'initiative, lancée par un collectif regroupant des professionnels du monde médical et du monde de l'entreprise, mobilise depuis le début de la crise du Coronavirus en France une équipe de bénévoles