Les 50 ans de la boutique “Mohanjeet” à Paris

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 27/01/2022 à 01:01 | Mis à jour le 27/01/2022 à 22:25
Mohanjeet avec l'ambassadeur indien à Paris

Fin septembre 2021, Mohanjeet Grewal a fêté les 50 ans de sa boutique éponyme “Mohanjeet”, 21 rue St Sulpice dans le VIème arrondissement de Paris, ainsi que ses 91 ans. Pour célébrer cet événement, une soirée préparée par Véronique Polès, amie de longue date de Mohanjeet, en collaboration avec les services de l’Ambassade de l’Inde à Paris, s’est déroulée le 3 décembre 2021, dans le cadre de la résidence de l’Ambassadeur de l’Inde à Paris.

 

Véronique Polès, Consultante luxe, mode et lifestyle, basée à Bombay, a œuvré pour que l’Inde et la France rendent hommage à Mohanjeet pour son parcours et sa contribution dans le secteur du textile indien et de la mode indienne en France. Elle partage avec vous quelques moments de cette soirée et vous fait découvrir cette figure unique de l’Inde à Paris.

 

créations de Mohanjeet dans la résidence de l'ambassadeur de l'Inde à Paris

 

 

Mohanjeet en France : 50 ans de plénitude

En septembre 2021, à quelques jours de la date anniversaire de la boutique St Sulpice, Mohanjeet, humble et sensible, qui n’a jamais perdu de sa verve journalistique, écrivait en ces termes : 

Moi, je me retrouve face à quelque chose d’inconcevable...

Le 30 septembre 2021, cela fera 50 ans que je suis là, rue St Sulpice, à l’adresse d’une ancienne laverie achetée juste avant les douze coups de minuit, à une femme, la déportée N°52. 

Dans cette rue, qui à l’époque était vouée à la 2ème plus grande église de Paris, raison pour laquelle les activités principales étaient dédiées aux images du Christ et de Marie-Madeleine, ainsi qu’à la confection des tenues pour les religieuses du quartier, Moi, une femme étrangère, presque pieds nus, j’ai ainsi mis la pagaille dans l’ordre de cette rue sereine, quasi sacrée, en installant une boutique où on venait acheter des articles “exotiques”, tout en buvant du Darjeeling, assis sur des gros coussins à même le sol !

Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni furent parmi les premiers à venir, après leur première visite, devinrent des habitués, suivis par d’autres célébrités du secteur du cinéma, et celles d’autres secteurs du monde entier.

La rue a alors explosé, avec l’arrivée de grandes marques qui se sont installées, puis disparues… plus de 10 fois ces installations/disparitions se sont succédées dans cette rue… mais « Mohanjeet » est toujours là ancrée…

Une petite mais forte résistance Rive Gauche !

“Mohanjeet” est à la rue St Sulpice, ce qu’est Hermès est au Faubourg St Honoré.” 

 

Mohanjeet Grewal

 

 

Mohanjeet, une influenceuse avant l’heure

Quelques silhouettes signées “Mohanjeet” accueillaient les invités à leur arrivée, de l’escalier jusqu’au majestueux salon de réception.

Raconter l’histoire de Mohanjeet, c’est raconter un parcours hors du commun, aux mille anecdotes pour cette femme indienne, libre, émancipée, déterminée et courageuse, qui a vécu sa vie selon ses termes, n’hésitant pas à laisser tomber ce qui aurait pu être sa carrière (le journalisme) pour être « boutiquière », comme la surnommait son ami, Jean-Raoul Clémentin, grand journaliste au Canard Enchainé.

A sa naissance son prénom la destinait déjà à ce destin unique et incroyable : Mohanjeet, "celle qui conquiert l’amour".

Son énergie et sa grandeur de cœur, auxquelles personne ne pouvait résister ajoutées à sa passion pour l’art et la culture, l’ont naturellement conduite à vivre dans un tourbillon incessant de rencontres exceptionnelles avec les plus grands de ce monde parmi les journalistes, romanciers, cinéastes, acteurs, peintres, photographes, musiciens, couturiers, hommes politiques… dont elle s’entourait pour des projets ou pour des soirées qu’elle avait l’art d’organiser régulièrement chez elle…  

Ainsi, la soirée de célébration du 3 décembre avait gardé ce même esprit : préparée en réunissant autour de Mohanjeet (et dans les limites des protocoles sanitaires) des personnes qui de longue date ont font partie de son univers: des amis proches, des clientes à jamais conquises par le style “Mohanjeet”, des galeristes, des amis de la presse économique et politique…

Et quelques invités surprise sont venues émailler d’émotion la soirée. Parmi ceux-ci, Jean-Yves Lecoq, maire du VIème arrondissement, depuis 27 ans.

Avait également répondu présente à cet évènement, la chroniqueuse de mode TV et radio, Sophie Brafman, résolument sous le charme de la créatrice indienne qu’elle découvrait lors de cette soirée.

 

Mohanjeet Grewal à l'ambassade de l'inde à Paris

 

 

Nathalie Garçon et Agnès b., témoins de l’influence de Mohanjeet

La célèbre créatrice Nathalie Garçon, qui a fondé sa marque en 1989 et qui est très connue dans le milieu de la mode pour son engagement dans la slow fashion et pour son parti pris à ne jamais avoir cédé aux diktats des magazines de mode, avait tenu par sa présence à être le porte parole de créateurs français, ainsi que de marques françaises.

Nathalie Garçon a souligné la grande influence de Mohanjeet dans l’histoire de la mode : grande visionnaire, Mohanjeet a lancé dans les années 60/70 le style “bohème chic”, qui a habillé le who’s who français et international, de Brigitte Bardot à Jane Fonda ou encore Caroline de Monaco. Ce style a immédiatement connu un grand succès et a été une source d’inspiration pour de nombreux créateurs.

Nathalie Garçon, grande admiratrice du travail de Mohanjeet, a fait référence à toutes les explorations textiles de la créatrice, qui ont contribué à mettre en avant de nombreuses combinaisons de tissus et techniques de l’Inde, et à sa démarche précurseuse de créer des collections éco-responsables.

C’est Mohanjeet aussi, qui dans une approche artistique globale, a choisi à plusieurs reprises, de bousculer les codes traditionnels, en associant pour les  présentations de ses collections, des artistes peintres indiens, qu’elle fut d’ailleurs une des premières à faire connaître en France, mais également des musiciens indiens.

 

Nathalie Garçon à la célébration de Mohanjeet Grewal
Nathalie Garçon et Raïssa Bregeat, fille du peintre indien Akbar Padamsee

 

Et enfin la talentueuse créatrice Agnès b., qui a fondé sa marque en 1975 et dont l'univers créatif et artistique vaste a conquis le marché français tout en se déployant à l’international, avait tenu à venir féliciter avec une grande connivence la créatrice indienne.

  

Mohanjeet, Agnes b. et Sophie Brafman
Mohanjeet, Agnes b. et Sophie Brafman

 

Christian Lacroix, s’était excusé pour son absence, en raison de nombreux projets en cours, par ces quelques lignes : « Je ne pourrai être des vôtres pour fêter Madame Mohanjeet Grewal dont je connais bien le travail et le lieu ; je crois même que ma femme était en “Mohanjeet” lorsque nous nous sommes rencontrés en novembre, il y a 48 ans… »

 

Mohanjeet, un pont entre l’Inde et la France depuis 50 ans

L’Ambassadeur de l’Inde en France, Jawed Ashraf, a rappelé dans son discours, comment Mohanjeet a introduit les couleurs, les motifs et la beauté des tissus indiens à Paris à une époque où les relations entre l’Inde et la France n’étaient pas aussi approfondies qu'aujourd'hui. 

 

Mohanjeet a établi un pont entre l’Inde et la France depuis plus de 6 décennies  apportant en France le meilleur de l’Inde et le déclinant de la plus belle manière parisienne. Elle est le symbole de la célébration de la vie, thème cher aux Indiens et aux Français.

Jawed Ashraf, Ambassadeur de l’Inde en France

 

 

Le maire du VIème arrondissement, Jean-Yves Lecoq, a salué le succès et la longévité de la créatrice et lui a remis une médaille gravée à son attention et frappée par la Monnaie de Paris (ndlr : petit clin d’oeil du maire, la monnaie de Paris est le seul établissement industriel de la capitale situé dans le VIème). 

 

50 ans dans une rue St Sulpice qui a vu ses boutiques changer considérablement, c’est une réussite. La boutique Mohanjeet et de celle de son voisin, vendeur de gravures, y constitue un pôle de stabilité !

Jean-Yves Lecoq, maire du VIe arrondissement

 

 

Mohanjeet avec le maire de paris et l'ambassadeur de l'Inde
L'ambassadeur de l'Inde en France et le maire du VIème à Paris avec Mohanjeet

 

 Mohanjeet a réussi à promouvoir en France le travail des tisserands indiens. Nombre d’entre vous présents ce soir portent les vêtements créés par Mohanjeet et tissés dans les villages de l’Inde. Elle a su voir la beauté des tissus fabriqués par les artisans indiens et l’introduire dans le monde de la mode en France !

Jawed Ashraf, Ambassadeur de l’Inde en France 

 

Un cadeau aux invités pour marquer les 75 ans de l’amitié franco-indienne

Mohanjeet avait tenu à remercier les invités par un cadeau de circonstance, dont le concept était à l’image de son incomparable agilité créative.

C’est ainsi qu’elle avait conçu et développé, en souvenir de cette soirée et en hommage à son amour pour les textiles indiens et plus spécialement, le ‘Khadi’, des pochettes réalisées dans ce tissu tissé à la main, reprenant les couleurs du drapeau indien : tissage orange et blanc avec un ruban de satin vert.

Attachée à chaque pochette, une étiquette rappelant les célébrations en cours : 50 ans, pour la célébration de sa boutique et 75 ans pour les célébrations de l’amitié franco-indienne et de l’indépendance de l’Inde !

La touche finale et attentionnée, signée ‘Mohanjeet’ était à l’intérieur de la pochette : un joli foulard en soie rouge pour les fêtes de fin d’année.

 

pochette des 50 ans de la boutique mohanjeet

 

 

 

Retrouvez dans notre article Mohanjeet, la créatrice indienne qui a influencé la mode parisienne, à travers un document composé par Mohanjeet avec l’aide de Julien Nénault (qui est également l’auteur des nombreuses photos récentes prises à Delhi en 2019), des mots et de belles images pour voyager à la rencontre de Mohanjeet.

 

Creations de Mohanjeet filmees à Delhi
@Julien Nénault

 

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale