Mercredi 2 décembre 2020

Unlock 4.0 : Vers un déconfinement presque complet de l'Inde

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 30/08/2020 à 21:50 | Mis à jour le 30/08/2020 à 21:57
Photo : @simonfrederic57
inde epidemie virus covid-19

Les mesures Unlock 4.0 qui succèdent à Unlock 3.0 entrent en vigueur le 1er septembre et seront valables jusqu’au 30 septembre. Les directives émises par le gouvernement national autorisent un relâchement presque complet du confinement afin de permettre un redémarrage de l'économie fortement affectée par la crise sanitaire. Cependant, ce déconfinement presque complet intervient alors que le pays enregistre de plus en plus de nouveaux cas et a battu le record mondial de personnes testées positives en un jour (Covid-19 : record mondial pour l’Inde pour le nombre de cas en un jour).

 

Pratiquement toutes les restrictions instaurées pendant le confinement du pays sont levées sauf pour :

 

  • les écoles et tous les établissements d’enseignement et de formation qui restent fermés jusqu’au 30 septembre avec cependant quelques autorisations pour les enseignants pour préparer et enregistrer les cours et pour les élèves plus âgés pour des entretiens avec les professeurs. Selon le gouvernement national, cette décision a été prise à la demande de la plupart des Etats.
  • les cinémas, les théâtres, les piscines, les parcs d’attraction ne peuvent pas non plus ouvrir, à l’exception des théâtres en plein air qui pourront fonctionner à partir du 21 septembre.
  • le transport aérien international de passagers est toujours limité aux vols de la mission de rapatriement Vande Bharat et aux corridors aériens bilatéraux instaurés par le ministère de l’Aviation Civile.
  • le transport ferroviaire de passagers est toujours réglementé.

 

Les villes équipées d’un métro sont désormais autorisées à le faire fonctionner à partir du 7 septembre selon les procédures qui vont être émises par le gouvernement dans les prochains jours.

Un maximum de 100 personnes pourront se réunir pour n’importe quel motif à partir du 21 septembre. Jusqu'à cette date, seulement 50 personnes peuvent participer à un mariage et 20 pour des funérailles comme prévu depuis Unlock 2.0.

Les déplacements de personnes et le transport des biens à l'intérieur des Etats et entre les Etats sont libres. Désormais, aucune autorisation est nécessaire.

Les restrictions de déplacement et d'activités sont dorénavant limitées aux zones de confinement strict. Les Etats n’ont plus le droit d’imposer un confinement d’un district ou d’une ville sans autorisation préalable du gouvernement national. Depuis le premier plan de relâchement, Unlock 1.0, plusieurs Etats, dont le Maharashtra et le Tamil Nadu, ont confiné une ville entière pour une période donnée : la ville de Thane au nord de Mumbai a été confinée à plusieurs reprises depuis le début de la crise sanitaire et la capitale du Tamil Nadu, Chennai, était confinée tous les dimanches du mois d'août.

 

Les mesures de prévention de la Covid-19 restent en place :

  • port du masque,
  • respect de la distance de 2 mètres entre chaque individu,
  • interdiction de cracher.

Il est toujours recommandé aux personnes de plus de 65 ans, aux enfants de moins de 10 ans, aux personnes souffrant de maladies chroniques ou longue durée et aux femmes enceintes de limiter leurs déplacements.

L’utilisation de l’application de traçage Aarogya Setu est fortement conseillée (“Aarogya Setu”, l’application de traçage du COVID-19 en Inde).


 

Alors que certains Etats ont déjà annoncé les aménagements du plan Unlock 4.0 pour leur territoire, comme le Tamil Nadu, le gouvernement du Maharashtra n’a encore émis aucune directive le 30 août au soir. 

"Allons-nous enfin pouvoir aller manger au restaurant à Mumbai ?"

 


La “vie normale” devrait commencer à reprendre dans tous les Etats indiens, mais on peut s’interroger sur le choix du gouvernement national de ne pas rouvrir les écoles au moins dans les zones dans lesquelles le virus n’est pas très actif. Selon l’Unicef, en Inde, 286 millions d’enfants seraient actuellement sortis du système scolaire car ils ne sont pas équipés pour suivre les cours dispensés en ligne ou via la télévision. Ils sont souvent réquisitionnés par leurs parents pour effectuer des tâches domestiques voire travailler suite à la détérioration de la situation économique de la famille.

 

 


soutien contribution lecteurs lepetitjournal

Rejoignez le Club des lecteurs contributeurs

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook


 

0 Commentaire (s)Réagir