Le bref : 3 des voisins de l'Inde confrontés à une crise économique importante

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 22/08/2022 à 00:30 | Mis à jour le 22/08/2022 à 00:30
Sheikh Hasina du Bangladesh et Narendra Modi

Les trois voisins de l'Inde, Bangladesh, Pakistan et Sri Lanka ont fait appel au Fonds Monétaire International pour les aider à faire face à une crise économique qui s'amplifie.

 

Bangladesh

Le Bangladesh a demandé au FMI un prêt de 4,5 milliards de dollars, pour faire face à la crise induite par la guerre en Ukraine et la pandémie de Covid-19.

Selon les médias indiens, les prix des carburants au Bangladesh ont été augmentés de 50 % pour réduire la charge des subventions, mais cela a fait grimper l'inflation à plus de 7 % en juillet. Le pays est également confronté à une pénurie d'électricité, avec des coupures programmées et les réserves de change ont fortement diminué, il ne resterait seulement assez que pour payer les importations pendant cinq mois. 

 

Pakistan

Lors d’un discours devant une délégation d’étudiants d’Harvard la semaine dernière, le Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, a déclaré que le Pakistan souhaitait une "paix permanente" avec l'Inde par le biais du dialogue, car la guerre n'est une option pour aucun des deux pays pour résoudre la question du Cachemire.

Il a aussi souligné qu'Islamabad et New Delhi devraient se faire concurrence dans les domaines du commerce, de l'économie et de l'amélioration des conditions de vie de leurs populations.

En réponse à une question sur l'économie du Pakistan et le programme du Fonds monétaire international (FMI), le premier ministre a déclaré que la crise économique du pays était due à des problèmes structurels et à l'instabilité politique de ces dernières décennies.

Le Pakistan, qui manque de liquidités, est confronté à des difficultés économiques croissantes, avec une inflation élevée, des réserves de change en baisse, un déficit courant croissant et une dépréciation de sa monnaie.

 

Sri Lanka

Dans la presse, le bruit court que le parti au pouvoir, qui est le parti de l’ancien président Gotabaya Rajapaksa, a demandé à l’actuel président Ranil Wickremesinghe d'assurer la sécurité de son prédécesseur afin qu'il puisse retourner dans le pays. La Constitution du Sri Lanka accorde des privilèges aux anciens présidents, notamment une sécurité personnelle et un bureau avec du personnel.

Certains médias ont aussi suggéré que Gotabaya Rajapkasa a commencé une procédure pour obtenir la carte verte américaine, sa femme étant citoyenne des Etats-unis, il est éligible. 

De son côté, le Fonds Monétaire International a annoncé qu’une délégation se rendrait au Sri Lanka entre le 24 et le 31 août pour discuter de la finalisation d'un accord avec le gouvernement à "court terme”. Le FMI a ajouté qu'un plan de sauvetage nécessiterait des "garanties adéquates" de la part des créanciers quant au rétablissement de la viabilité de la dette.

Dans un contexte d'inflation galopante, la banque centrale du Sri Lanka a averti le 18 août que l'économie pourrait subir une contraction record de plus de 8 % cette année, avec une inflation atteignant 65 %.

 

La suite dans le bref...

Le bref du 22 août 2022

Toutes les autres nouvelles de la veille et du jour à écouter en podcast :

Réécouter tous les brefs sur SoundCloud ici.

 


Ce podcast est aussi accessible en message vocal WhatsApp sur votre téléphone le matin en suivant la procédure ci-dessous pour vous inscrire :

Ajoutez à vos contacts Whatsapp le Bref avec le numéro de téléphone suivant: +91 8291097571

Laissez nous un message tel que "Bonjour le bref"

Vous serez ajouté d’ici 24 heures à la liste de diffusion "Le Bref".

 


Informations concernant vos données personnelles :

Votre inscription au Bref implique que lepetitjournal.com Bombay dispose et conserve votre numéro de téléphone pour vous donner accès à ce podcast quotidien ou répondre à une discussion que vous seriez susceptible d'initier. Vos données ne sont pas transmises à des tiers. Elles sont conservées jusqu'à votre désinscription du service, que vous pouvez demander à tout moment en envoyant le message "STOP". Toutes vos données seront alors automatiquement effacées.


 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale