Mercredi 28 octobre 2020

Un festival de Ganesh silencieux en 2020 pour cause de virus

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 20/08/2020 à 19:59 | Mis à jour le 23/08/2020 à 14:54
Ganesh festival 2020 dieu elephant

Le festival de Ganesh en hommage au dieu éléphant est célébré dans toute l’Inde. C’est l’occasion de grands rassemblements et de festivités joyeuses et bruyantes. Mais cette année, pandémie oblige, le festival qui a lieu du 22 août au 1er septembre sera surtout une affaire familiale. Comme le note le media theprint.in, la Covid-19 va réussir à rendre muettes les célébrations de Ganesh comme du temps des Anglais. Les Etats de l’Union Indienne et les municipalités ont pour la plupart émis des directives interdisant ou limitant les processions et la taille des idoles.

 

Traditionnellement, Ganesh rend visite aux mortels pendant 10 jours : ceux-ci l’accueillent chez eux, le prient tous les jours et lui font des offrandes, avant de 

l’accompagner dans une source d’eau par laquelle il repart. Cependant, en 1893, Lokmanya Tilak, une des figures de la lutte pour l'indépendance de l’Inde, eut l'idée de rendre le festival public en utilisant l'image du dieu Ganesh pour canaliser le sentiment nationaliste et unir les Indiens de toutes origines et castes contre l'autorité anglaise. C’est ainsi que le festival est descendu dans la rue, principalement à Mumbai et dans le Maharashtra.


Des stands sont installés dans les rues pour accueillir le dieu et son départ est accompagné par une procession vers la mer au son des percussions qui peut durer plusieurs heures et rassembler des centaines de personnes. A Mumbai, les quartiers rivalisent pour avoir l’idole la plus grande ou la plus richement décorée (Les Ganesh les plus célèbres de Mumbai). La fabrication des statues alimente l'économie pendant les mois qui précèdent le festival sans compter les fleurs et autres décorations qui sont produites pour l’occasion et les sucreries qui sont vendues (Festival de Ganesh : bilan en chiffres).


 

 


Mais en 2020, la crise sanitaire va profondément assombrir et assourdir les célébrations. Depuis la mi-août, l’Inde enregistre le plus grand nombre de nouveaux cas journaliers dans le monde (plus de 60 000) et est le troisième pays le plus touché (2 901 054 cas positifs au 20 août). Or, lors du festival de Ganesh, les festivités donnent lieu à d’immenses mouvements de foule et il est complètement illusoire de maintenir la distance recommandée par le gouvernement de 2 mètres entre les personnes lors des processions vers les lieux d’immersion. C’est pourquoi la plupart des Etats les ont limitées ou interdites.
 

ganesh dieu elephant festival 2020
@Pexels

 

Immersions réglementées dans le Maharashtra

Les statuettes publiques ne peuvent pas dépasser 4 pieds soit 1,20 m et celles installées dans les maisons sont limitées à 2 pieds soit 61cm, les immersions sont réglementées et les processions pour l'arrivée et le départ du dieu sont interdites. De plus, le nombre de personnes pouvant prier à l'intérieur d’un stand a été limité à 5 et les stands doivent être désinfectés 3 fois par jour. 

A Mumbai, la mairie a mis en place un site internet pour réserver un créneau d’immersion dans un des 167 bassins artificiels créés pour l’occasion. La plupart des stands qui attirent habituellement les foules ont décidé de ne pas avoir d’idoles : le stand le plus connu, le Lalbaugcha Raja dans lequel acteurs de Bollywood et personnalités politiques se pressent habituellement, organise une collecte de sang et de plasma. D’autres ont prévu de distribuer des rations alimentaires, d’autres encore ont mis en place une retransmission des célébrations sur internet pour que les fidèles puissent prier sans sortir de chez eux comme celui de King’s Circle qui accueille chaque année une statue décorée d’or.

 

 

Stands publics interdits dans la capitale indienne, Delhi et à Hyderabad

La mairie de Delhi a interdit purement et simplement l'installation d'idoles dans la rue ainsi que l'immersion dans la rivière Yamuna.

La mairie d'Hyderabad a prévu de fournir 80 000 statuettes en argile afin d'inciter les habitants de la ville à fêter le dieu éléphant chez eux. Toute installation publique et toute immersion à l'extérieur sont interdites.

 

Stands publics permis dans le Karnataka (Bangalore)

Le gouvernement a changé d'avis et a décidé d'autoriser l'installation de stands dans les rues. Les célébrations doivent se faire de manière limitée.

 

Processions interdites dans le Tamil Nadu (Chennai)

Le gouvernement a formellement interdit les processions pour l'arrivée de Ganesh le 22 août malgré les protestations des organisations hindoues.


 

2020 sera l'année d’un festival de Ganesh privé de ses couleurs et de ses sons, mais les Indiens ne manqueront pas de célébrer le dieu éléphant, celui qui, entre autres, élimine les obstacles que l’on peut rencontrer dans la vie.

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

ARTICLE SPONSORISÉ

Résidence fiscale française et confinement lié à la Covid-19

Quel est l'impact de la durée du confinement sur l'appréciation des critères de résidence fiscale pour les personnes domiciliées hors de France qui sont empêchées de rentrer chez elles ?

Expat Mag

APPEL À TÉMOINS - Le télétravail à l'étranger

Avec la crise sanitaire, de nombreux expatriés doivent travailler depuis chez eux. Comment se déroule le télétravail à l’étranger pour vous, depuis la covid-19 ?