Lundi 20 septembre 2021

Marc Delorme : “Ma vie est ici dans le Kerala”

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 27/11/2020 à 13:30 | Mis à jour le 07/12/2020 à 13:54
Photo : @ladamerouge
marc delorme dame rouge kerala

Marc Delorme, venu dans le Kerala pour le théâtre il y a plus de vingt ans, est tombé amoureux de cette région et ne l’a plus quittée. Aujourd’hui, il habite et travaille dans les îles Vypin près de Kochi dans une ancienne maison chrétienne où il accueille les visiteurs à la recherche d'authenticité. 

 

Marc nous a raconté son parcours, sa passion pour le Kerala et sa guest house, la dame rouge.

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

Arrivé dans le Kerala pour le théâtre

Marc Delorme quitte l'école très tôt pour entrer aux Arts Déco de Strasbourg et en 1977, il découvre l’Inde lors d’un voyage avec ses parents et ses neuf frères et sœurs. Il entre dans la vie professionnelle comme bijoutier et travaille alors avec des artisans de Jaïpur et se rend de nombreuses fois en Inde pour son métier. 

Puis, changement de direction, à 33 ans il décide de se lancer dans le théâtre et se rend dans le Kerala pour une formation au kathakali (ndlr : Le kathakali, de katha histoire et kali, jeu, en malayalam, est une forme de théâtre dansé originaire du Kerala). Cependant, il abandonne assez rapidement le kathakali, mais décide de rester dans le Kerala.

 

Je m’y suis senti immédiatement chez moi, grâce aux sourires et à la gentillesse des habitants. 

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

Il ouvre un restaurant français et apprend le malayalam

Marc saisit alors l'opportunité de monter un restaurant français à Kochi. Il forme les chefs, met en place le menu et décore l'espace à la française, ce qui lui attire une attention immédiate. Parallèlement, il ouvre deux chambres à domicile pour les visiteurs, étant peut-être un pionnier du tourisme à domicile qui s’est développé plus tard.

A son arrivée dans le Kerala, Marc ne parlait pas anglais ni le malayalam, la langue locale bien sûr. Aujourd’hui, il est capable de se faire comprendre et même de faire des discours en malayalam même si son accent n’est pas parfait. 

Les langues, ce n’est pas facile à apprendre, mais à force d’y être plongé, l’oreille s’adapte et on apprend.

Un jour, alors qu’il se promenait à moto dans les îles Vypin à côté de Kochi, il découvre une bâtisse traditionnelle vide qui le séduit tout de suite. Malgré le premier refus du propriétaire, il parvient à le convaincre de la lui louer et s’y installe.

La maison, qui était fermée depuis 18 ans, était en bon état. J'ai juste repeint les murs et amené les meubles.

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

Il fonde une guest house familiale dans les îles Vypin 

Installé dans la maison, Marc Delorme la transforme en une guest house familiale et conviviale, “La dame rouge”, dont le nom provient du malayalam (ndlr : la langue du Kerala) et désigne les Européennes qui rougissent au soleil. Il y accueille les touristes à la recherche d’une immersion dans la vie du Kerala.

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

La dame rouge” est une belle maison bleue (!) bâtie il y a plus de 150 ans et typique du Kerala. “C’est une maison construite en grande partie en bois et elle me rappelle les maisons alsaciennes”, lance Marc. Il a tenu à préserver le caractère originel du lieu et n’a pas souhaité installer de climatiseurs.

La maison est construite pour profiter au maximum de l’ombre et des courants d’air.

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

Marc y cohabite et y travaille avec une famille tamoule installée dans le village depuis plus de vingt ans. Chacun a sa fonction dans la maison animée par les rires des deux enfants de la famille. Marc a aussi conservé l'aménagement traditionnel de la cuisine et les plats sont cuits au feu de bois. Il donne des cours de cuisine aux chefs locaux et leur apprend à préparer des plats français et indo-français avec ce mode de cuisson.

Séjourner à la dame rouge, c’est entrer dans notre famille ! Les gens doivent s'y sentir bien.

Lecteur assidu, Marc a rassemblé au fil des ans une impressionnante collection de plus de 1 000 livres en français qui sont rapportés par ses amis, sa famille et lui-même. Mais, les fourmis qui habitent aussi “La dame rouge” donnent du fil à retordre à Marc : “Elles dévorent le papier et je me bats constamment avec elles pour préserver mes livres !

 

La dame rouge et la crise du coronavirus

L'année 2020 a été une année difficile pour la dame rouge et Marc. La maison n’accueille plus de visiteurs depuis le mois de mars et il s’y est retrouvé seul avec le fils aîné de la famille avec laquelle il cohabite. Les parents ont choisi de retourner dans leur village d’origine au Tamil Nadu pendant le confinement et y sont restés bloqués plusieurs mois.

 

marc delorme kerala dame rouge
@ladamerouge

 

Marc espère que les mesures de restriction concernant les hôtels seront levées bientôt dans le Kerala et qu'il pourra accueillir à nouveau des visiteurs, non pas arrivant d’Europe puisque les frontières sont encore fermées pour les touristes, mais des étrangers vivant en Inde.

 

Aujourd'hui, Marc est en cours de procédure pour obtenir la nationalité indienne car il pense que cela lui simplifiera la vie pour rester définitivement en Inde.

 

La dame rouge : 

Kizakke Veedu, Manapilly Ayyampally PO, Vypin, Kerala 682 501 South India
Tel +91 484 248 10 62
www.ladamerouge.com

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Chiang Mai Appercu
TOURISME

La-iad Bungsrithong: “La sandbox de Chiang Mai va avoir du mal à démarrer”

Alors que Chiang Mai se préparer à rouvrir, La-iad Bungsrithong, présidente de l’association des Hôtels pour le Nord de la Thaïlande reste sceptique et n’envisage pas un retour rapide des touristes