TEST: 3548

Call of the Valley : une parfumerie alliant tradition et exception à Mumbai

Par Elise Tenace | Publié le 17/02/2022 à 01:05 | Mis à jour le 18/02/2022 à 10:53
Parfumerie Call of the Valley à Mumbai

Jean-Christophe a installé sa boutique de parfums, eaux florales et huiles de beauté au numéro 36 de la Chapel Road, dans le quartier de Bandra à Mumbai. Passionné et autodidacte, Jean-Christophe a recherché minutieusement les meilleures origines pour ses produits, très peu transformés. Bienvenue à Call of the Valley, Rare Perfumery and Natural Care.

 

Parmi les maisonnettes multicolores et les fresques de street art, la devanture de la parfumerie Call of the Valley se démarque par sa sobriété. La façade, les murs et les pots des plantes en devanture sont peints en blanc. Le mobilier est minimaliste, à l’image des emballages des produits, imaginés par Jean-Christophe et sa sœur, designer graphique. L’élégante enseigne est peinte à la main, comme celles des échoppes voisines.

 

La rédaction a rencontré Jean-Christophe dans sa parfumerie à Chapel Road.

 

lepetitjournal.com : D’où est venue ton envie de faire des parfums ?

Jean-Christophe : C’est une passion qui date d’il y a longtemps. Adolescent déjà, j’aimais sentir les parfums. Et quand je me suis installé à Bombay il y a 5 - 6 ans, je voulais commencer une activité, à côté de la musique, et c’est ce qui m’est venu naturellement (ndlr : Jean-Christophe joue de la flûte classique indienne avec une légende en la matière, Hariprasad Chaurasia, et il a un groupe de musique folk en Europe, Merope).

 

Nous avons passé beaucoup de temps à chercher la meilleure source pour nos produits, et ils viennent d’un peu partout dans le monde. Leur spécificité, c’est qu’ils sont 100 % naturels, et très peu transformés. Nous avons neuf parfums, cinq huiles de beauté pour le visage, le corps et les cheveux, et trois eaux florales.

 

Parmi tes parfums, j’en vois un « Argile ». Comment fabrique-t-on un parfum à l’argile ?

Nous proposons des huiles parfumées, obtenues par co-distillation avec du bois de santal et fabriquées en Inde. Le processus de fabrication de l’huile parfumée « Argile » est incroyable. Il date de plusieurs milliers d’années, il n’est utilisé qu’ici et il n’a jamais changé. Au-dessus d’un four à bois en briques, un alambic contient de l’argile et de l’eau. La vapeur d’eau, imprégnée du parfum de l’argile, remonte dans un chaume de bambou entouré d’un morceau de jute. Condensée, elle s’écoule ensuite, toujours dans le bambou, dans un petit récipient plongé dans l’eau froide et rempli d’huile de bois de santal. Dans cette série fabriquée en Inde, nous avons Argile, Bois de Santal, Fleur de Frangipanier, Henné et Lys de Gingembre Blanc.

 

huile d'argile de Call of the Valley

 

 

Est-ce qu’on peut tout faire avec ce procédé ? 

Non, comme avec toute distillation. Il y a des fleurs qui ne se distillent pas, comme le muguet. On ne peut pas capturer son parfum. Si vous trouvez un parfum muguet, ce sont toujours des molécules synthétiques qui sont utilisées.

 

processus de distillerie d'un parfum

 

 

Est-ce que toutes tes huiles parfumées sont co-distillées avec du bois de santal ?

Non, nous avons une autre ligne de quatre senteurs florales, qui ne contiennent pas de bois de santal cette fois : Ylang Ylang des Comores, Vétiver de Haïti, Jasmin Royal et Jasmin Sambac, tous les deux récoltés en Inde. J’adore le jasmin, là nous avons deux univers différents : le jasmin traditionnel, celui de Grasse, très discret, et le Sambac indien, le vrai jasmin, beaucoup plus puissant.

 

Huiles parfumees de Call of the Valley

 

 

Qu’est-ce qui fait de tes parfums des « rare perfumes » ?

Ce que je veux faire avec la marque, c’est faire sentir les odeurs auxquelles nous n’avons généralement pas accès. Les grands parfumeurs ont accès à ces matières premières, et créent les mélanges qu’on trouve en boutique, des compositions très compliquées.

 

Il manquait de cette simplicité dans le monde de la parfumerie. Ici, on sent juste l’odeur du frangipanier, de l’argile...

 

On travaille avec un parfumeur, mais la composition des parfums est d’une grande simplicité : huile de graines de coton biologique, et huile co-distillée avec le bois de santal, et c’est tout. 

 

Ils ne contiennent donc pas d’alcool ?

Dans la parfumerie, on utilise l’alcool pour conserver, mais aussi pour diffuser l’odeur autour de celui ou celle qui porte le parfum.

 

Notre idée du parfum est plus intimiste. Nos huiles parfumées s’harmonisent avec l’odeur personnelle, et évoluent dès les cinq premières minutes où on les porte. 

 

Vous ne faites pas que des huiles parfumées. Peux-tu me parler des huiles de beauté ?

Lorsque je me suis intéressé aux formulations des produits de beauté, je me suis rendu compte que le principe actif est toujours l’huile. Elle est mélangée à de l’eau, et des émulsifiants sont ajoutés pour homogénéiser le tout. La durée de vie du produit est drastiquement diminuée quand l’huile est mélangée à l’eau, alors qu’une bonne huile peut être utilisée pendant 4 ou 5 ans.

Pour proposer des huiles excellentes, j’ai recherché pendant trois ans la meilleure source pour chacune d’elles. Ça a pris du temps car je travaille directement avec les fermes qui produisent, je ne passe pas par un grossiste.

 

Huile de coco de Call of the Valley

 

Chaque huile a une histoire. L’huile d’argan est produite par une coopérative de 70 femmes au Maroc. L’huile d’avocat provient d’une petite ferme située en Grèce. Celle de moringa vient du Tamil Nadu, et l’huile de lait de coco est faite au Kerala. 

 

Donc les huiles remplacent les crèmes cosmétiques ?

Oui, l’idée c’est de ne plus utiliser les crèmes avec émulsifiants synthétiques, conservateurs et parfums, mais de faire sa propre crème instantanée. Dans le creux de la main, on dépose un peu d’huile d’avocat, et on ajoute de l’eau florale, par exemple, de l’eau de fleur d’oranger de Tunisie. On mélange et on obtient une sorte de gel, la crème hydratante la plus fraîche qui soit ! On peut s’hydrater le visage, les mains, les cheveux, et après deux ou trois minutes, la peau a tout absorbé. La peau est nourrie, mais pas grasse. Voilà un secret de beauté d’une grande simplicité ! Et une petite quantité de produit suffit.

 

L’huile fonctionne pour tout : le visage, le corps, les cheveux... Certaines ont des propriétés spécifiques, comme l’huile d’avocat qui est très bonne pour la peau très fine en-dessous des yeux. »

 

Effectivement, en Inde l’huile de coco est utilisée sur tout le corps...

Oui. D’ailleurs, notre histoire a commencé avec ce produit. Notre huile a la particularité d’être faite à partir du lait frais de coco. J’ai visité plein de coopératives pour trouver le meilleur producteur, et je me suis rendu compte que toutes les huiles de coco qu’on trouve en Inde sont fabriquées par des procédés que j’ai trouvés assez « violents » !

À l’intérieur de la noix de coco se trouve la chair appelée malai. Elle est séchée au soleil, puis pressée, et on en extrait l’huile. Plus on la fait sécher, plus la quantité extraite est importante. Donc la malai est séchée parfois avec des espèces de gros sèche-cheveux, ou laissée pendant des heures au soleil, à la merci des mouches... Ensuite, elle est pressée trois fois de suite. Ce type d’huile de coco a une odeur très forte.

La petite ferme qui produit notre huile fait différemment. On prend la malai fraîche, on la broie, et on en tire un lait. On laisse ensuite reposer ce lait pendant 48 heures à une température de 18 °C environ, puis on récupère, à la cuillère, l’huile remontée à la surface. C’est une technique très peu utilisée, car, pour une huile de coco classique il faut deux ou trois noix pour faire un litre, alors qu’avec ce procédé il en faut vingt !

 

Mais notre huile de coco est très riche en acide laurique, un puissant antibactérien qu’on ne retrouve dans ces proportions que dans le lait maternel. Et son parfum est très subtil. 

 

Quelles sont vos eaux florales ?

Là aussi, nous avons choisi les meilleures origines pour nos eaux distillées. Fleur d’oranger de Tunisie, lavande de France et rose de Bulgarie ! Ce sont des petites productions, et nous recevons des livraisons de quelques litres, que nous mettons en flacon dans notre atelier.

 

Eaux florales de Call of the Valley

 

 

Votre marque n’est présente qu’en Inde ?

On développe la marque en parallèle ici et en Europe. Nous avons aussi un atelier dans le Sud de la France. Pas de boutique, mais c’est en projet. Quand on sent un parfum ici, et quand on le sent l’hiver à Paris, ça ne donne pas du tout la même chose. Mais à Paris comme à Bombay, notre désir est de reconnecter les citadins aux forces de la nature, et faire qu’ils entendent cet « appel de la vallée », de la nature, d’où notre nom.

 

Les parfums, eaux florales et huiles de beauté de Call of the Valley sont aussi disponibles en ligne.

 

La parfumerie Call of the valley à Mumbai

 

 

Sur le même sujet
Elise Tenace

Elise Tenace

Diplômée d’anglais et rédactrice-traductrice de métier, Élise a trouvé en Inde de quoi alimenter ses centres d’intérêt : les langues, le yoga, l'art, les sites naturels...
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale