Mercredi 19 septembre 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tripoli, l'une des dernières villes orientales au Liban

Par Anna Monnereau | Publié le 16/08/2018 à 21:25 | Mis à jour le 17/08/2018 à 11:36
Photo : une rue des souks de Tripoli.
Tripoli voyage

La capitale du Liban-Nord, qui a pâti ces dernières années des tensions importées par la guerre en Syrie, a tous les atours de la ville arabe tel qu'on l'imagine.

 

Situé à 85 kilomètres au nord de Beyrouth, Tripoli est la deuxième ville la plus peuplée du Liban, avec 850 000 habitants. Pour y accéder à partir de la capitale, des bus partent de la station de Dora.  Arrivés à destination, les passagers descendent au pied de la Tour de l'horloge, construite en briques blanches à l'époque de l'empire Ottoman.

 

La citadelle, ou le 'Château Saint-Gilles' qui surplombe la ville est le site le plus emblématique de Tripoli. Fondé vers 1100, le château fut la résidence de Raymond IV de St Gilles, comte de Toulouse qui assiège la ville au moment des premières croisades. Aujourd'hui deux musées occupent les lieux.

 

tripoli

 

La mosquée Taynal, similaire aux autres mosquées de la ville, a été construite en 1336 au milieu de jardins d'orangers. Elle recouvre les vestiges d'une église des carmélites qui l'ont eux-mêmes construite sur les ruines d’un temple romain dédié à Zeus. Les chambres qui entourent le patio en marbre étaient utilisées pour le conseil des magistrats de Tripoli aux temps des Mamelouks. Elle est actuellement entourée de routes au centre de Tripoli.

 

Les hammams de la ville ont étés construits au 14è siècle alors que la population fréquentait davantage les bains turcs. À l'abandon, les dômes et fontaines sont encore visibles mais l'entrée par le souk est difficile à localiser.

 

Tripoli est une agglomération qui bouillonne. Les habitants semblent vivre au rythme de l'activité commerciale. Le marché d'étoffe et de cuivre ouvragé, les pâtisseries renommées ainsi que les fabriques de savon familiales, attirent les visiteurs.  Les artisans et vendeurs de breloques se partagent les arches du souk, où le tailleur personnel du président Bush junior aurait appris la couture.

 

Tripoli

 

Le port de Tripoli, ou El Mina constitue le principal atout économique de la ville.  Jusqu'à ce que Beyrouth devienne le premier port du Liban, les flux monétaires entre les grandes familles de la région du Levant s'effectuaient à Tripoli. Depuis la fin de la guerre civile libanaise, les infrastructures de la capitale administrative du Liban-Nord sont réhabilitées et améliorées afin de conserver cet atout.

 

Tripoli tiendrait son nom du regroupement entre trois quartiers créés par des commerçants venus de Tyr, Sidon et Aradis. Les Mamelouks y construisent des monuments religieux encore présents, reconnaissables par leurs couleurs blanches et noires. Des vieilles maisons ou anciens palais, mal entretenus, passent inaperçus.

 

Tripoli a souffert ces dernières années. La ville a été le théâtre de vives tensions importées par la guerre en Syrie entre sunnites et alaouites, comme en témoigne la présence massive de tanks et de militaires dans les rues.

 

Nous vous recommandons

37656124_10210101456086600_3787037982469390336_n

Anna Monnereau

Je me suis intéressée au Liban par la diversité qui le traverse. J'aimerais partager cela !
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Communauté

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER

Amal Lakrafi lance la 1ère "élection de députés juniors"

Amal Lakrafi, députée de la 10ème circonscription des Français établis hors de France, lance le concours ‘’Election de députés juniors’’ destiné aux jeunes Français de 13 à 17 ans.

Vivre à Beyrouth

RÉTROSPECTIVE

Du 16 au 18 septembre 1982, les massacres de Sabra et Chatila

Le 6 juin 1982, Israël envahit le Liban, c’est l'opération "Paix en Galilée" déclenchée officiellement en représailles de la tentative d'assassinat visant l’Ambassadeur israélien à