Dimanche 18 février 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tout ce qu’il faut savoir sur la chanson libanaise

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 06/01/2018 à 13:15 | Mis à jour le 06/01/2018 à 14:12
Photo : Dabké, Fayrouz, Haïfa Wehbé
dabké fayruz haifa

Une anthologie de l’histoire de la chanson au Liban comporterait trois chapitres : le folklore traditionnel, les divas iconiques et la musique actuelle commerciale.

Marqueur de l’identité du pays, la chanson libanaise est l’une des nombreuses illustrations des confluences entre cultures orientale et occidentale.

 

 I - Folklore traditionnel

- La dabké
Répandue dans les pays arabes, cette danse folklorique festive, dont le nom signifie ‘coup de pied’ en arabe, est une farandole où les danseurs se tiennent les mains et frappent le sol avec les pieds.

Cet équivalent de la zorba grecque se danse sur une musique rythmique aux tonalités traditionnelles, jouée avec des instruments de percussion (la tabla ou la derbakké) et à vent (la zurna, une flûte orientale).  

La dabké le plus souvent dansée dans les mariages, les fêtes et les rassemblements joyeux

 

 

- Le zajal
Plus ancrée dans les montagnes libanaises, le zajal est un art de la poésie déclamée ou chantée.

La création du zajal remonte à l’époque de l’Andalousie musulmane, entre le 8ème et le 15ème siècle.

Retrouvez de nombreuses vidéos ici sur la chaîne YouTube Lebanese Zajal : https://www.youtube.com/channel/UCvW7I3xTS7jqKa-yt-nk8XA

 

II – Les icônes

- Fayrouz

Au panthéon de la chanson libanaise, la diva est unanimement considérée comme sa plus grande star. Dans le monde arabe, elle est l’égale de l’égyptienne Oum Kalthoum.

Avec les frères compositeurs Assi et Mansour Rahbani, elle crée à partir des années 50 une nouvelle musique libanaise, avec des compositions originales et des chansons traditionnelles arabes remis au goût du jour. 

Avec ses incursions dans la comédie musicale, le théâtre et le cinéma, Fayrouz truste le devant de la scène libanaise et arabe jusqu’au déclenchement de la guerre civile en 1975 où elle quitte le Liban. Elle continuera à sortir des disques et de nouvelles chansons les trois décennies suivantes, sous la férule de Ziad Rahbani, le fils qu’elle a eu avec Assi Rahbani.

De son vrai nom Nouhad Haddad, Fayrouz (‘turquoise’ en arabe) a aujourd’hui 82 ans. 

 

 

- Sabah

L’autre icône féminine de la chanson libanaise. Jeannette Gergès, de son vrai nom, a souvent été opposée à Fayrouz. Décédée en 2014 à 87 ans, Sabah (‘matin’ en arabe) a, elle aussi, été chanteuse, comédienne et actrice. Mais elle tranche en raison sa vie privée dissolue – mariée sept fois – et son train de vie dépensier, qui fait d’elle une artiste particulière, talentueuse et exubérante. Elle est, sans conteste, la pionnière d’artistes libanaises de la nouvelle génération.

 

 

- Wadih el-Safi

Mort en 2013 à l’âge de 92 ans, Wadih el-Safi , qui a contribué comme Fayrouz et Sabah à l’âge d’or de la chanson libanaise, était considéré plus grand interprète libanais de son vivant. Surnommé "la voix du Liban », ce pilier de la chanson populaire doit beaucoup à sa voix particulière, à ses collaborations avec les plus grands compositeurs et artistes arabes de l’époque, notamment les égyptiens Farid Atrache et Mohammad Abdel Wahab, et à la mise en musique de poèmes libanais et arabes.

 

 

III – Nouvelle génération

Les stars actuelles de la chanson libanaise sont largement influencées par les standards occidentaux de la chanson commerciale.

 

Femmes

Ces artistes, au physique avantageux, composent des chansons aux tonalités orientales mixées avec des rythmes pop électroniques comme Elissa, Haïfa Wehbé ou Myriam Farès. D’autres chantent des chansons aux textes et aux tonalités plus traditionnelles comme Majida el-Roumi ou Carole Samaha.  Certaines naviguent entre les deux styles comme Nancy Ajram, Najwa Karam ou Nawal Zoghbi.

 

Hommes

Chez les hommes, on peut citer, en vrac, Ragheb Alama, Waël Kfoury, Assi Hellani, Farès Karam, Rami Ayach, qui sont des interprètes au physique agréable qui chantent des chansons originales principalement autour du thème de l’amour. Ces chanteurs, qui effectuent de nombreux galas, n’hésitent pas à faire des incursions dans la chanson traditionnelle.

  

Nous vous recommandons

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 CommentairesRéagir

Communauté

ART

LAURE D’HAUTEVILLE - Pour que « Beyrouth reprenne sa place de capitale culturelle dans le monde arabe »

Laure d'Hauteville fondatrice et directrice du BEIRUT ART FAIR fait partie des finalistes des Trophées des Français de l’étranger, dans la catégorie « culture/art de vivre ».

Que faire à Beyrouth ?

IDÉE SORTIE

WEEK-END – Skier au Liban

Skier au Liban, c’est l’expérience incontournable lors de votre passage ( plus ou moins long) d’expatrié au pays du cèdre. Une façon de battre en brèche les préjugés de nos concitoyens