Jeudi 2 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Avec Karim Sokhn, le vélo au Liban a de l’avenir

Par Rémi Nassiri | Publié le 18/12/2018 à 09:13 | Mis à jour le 18/12/2018 à 13:27
Photo : prise de la page Facebook de CyclingCircle
cyclingcircle(1)

Passionné de cyclisme, ce jeune entrepreneur de 29 ans souhaite promouvoir les nombreux avantages pratiques et écologiques du vélo pour le pays du Cèdre.

 

Karim Sokhn découvre à vélo la beauté de Beyrouth la nuit. Avec d’autres fanatiques de la bicyclette, il organise des événements et des rencontres entre cyclistes. En 2012, suite à l’engouement rencontré par les tours de nuit, naît l’idée de créer une société, CyclingCircle. « Cette entreprise organisait des tours en vélo afin de promouvoir le vélo comme mode de transport, développer le cyclotourisme et la protection de l’environnement », explique-t-il.  

 

En 2014 Karim Sokhn crée DeghriMessengers, une entreprise de livraisons en vélo qui cessera son activité trois ans plus tard. En 2015, la fondation Diane, qui finance des start-ups éco-durables au Liban, parie sur le jeune entrepreneur libanais et injecte de l’argent. Les activités de tours organisés et de livraisons sont dorénavant regroupées dans une seule compagnie. CyclingCircle « se concentre sur trois activités : le cyclotourisme, la vente de vélo et l’éducation », explique M. Sokhn.

 

Le jeune homme diversifie ses activités. En 2016, il ouvre un magasin de vélo, The Bike Kitchen Beirut, qui a déménagé cette année  à l’ABC d’Achrafieh. En 2017, 6 stations de location de vélos ont été créées en partenariat avec des réserves ou des hôtels privés dans des régions touristiques du Liban. Karim Sokhn souhaite que « ces stations continuent de se développer, attirent de plus en plus de touristes et créer quelques emplois dans ces régions rurales. ».

 

cyclingcircle
Karim Sokhn

 

En avril 2018, un parc cycliste pour enfant a été créé sur le toit de l’ABC, ouvert le samedi et dimanche. Cela a permis à l’entrepreneur « de promouvoir le vélo auprès de plus de 150 enfants qui ont pu apprendre son utilisation en tout sécurité et qualité ». Karim Sokhn a également noué un partenariat avec une école et compte multiplier ces partenariats. Le fondateur de CyclingCircle estime que « l’éducation des enfants, dès le plus jeune âge, au vélo est une chance de faire changer les mentalités ».

 

Mais le Liban doit développer les infrastructures adaptées à la pratique du vélo. Karim Sokhn explique que les municipalités « doivent travailler sur la législation, l’aménagement et le partage de la route, en traçant des pistes cyclables afin de protéger les cyclistes ».

 

cyclingcircle

 

La ville de Beyrouth a très timidement amorcé ce virage avec la création de quelques pistes cyclables et la mise en libre service de vélos. Mais certaines pistes cyclables ont été créées sur la voie de gauche, où les voitures circulent le plus vite. L’équivalent du vélib’ à Beyrouth ne fonctionne pas, « faute de prévention, de publicité » auprès des utilisateurs,  mais aussi en raison des emplacements des stations et l’entretien des vélos. « Les mentalités, la géographie et les infrastructures de la ville ne sont actuellement pas adéquates au services proposé. C’était surement trop tôt pour installer ce service au Liban », juge Karim Sokhn.

Karim Sokhn souhaite faire avancer les mentalités à échelle locale et de manière directe, en évitant les cercles politiques. Il participe à des conférences et répond à de nombreuses sollicitations afin de « promouvoir le vélo à Beyrouth et dans tout le Liban ». Pour Karim Sokhn, le vélo est une des solutions « inévitables et éco-durables pour résoudre les problèmes environnementaux de pollution et de mobilité » au Liban.

 

Aammiq, Béqaa, Lebanon bike rental station
Aammiq, Békaa,

 

Nous vous recommandons

Rémi Nassiri

Rémi Nassiri

Etudiant en sciences politiques, passionné de géométrie diplomatique, je souhaite au Liban maîtriser le prisme orienta
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Beyrouth ?

TOP 17 des choses qu’on peut enfin faire durant le confinement

lepetitjournal.com vous a concocté une liste de tout ce qu’on veut faire et qu’on ne fait jamais par manque de temps, motivation, ou par une maladie qui nous touche tous : « la flemme-ingite ».

Expat Mag

Madrid Appercu
Coronavirus

#ProtègeTonSoignant: "Les Français de l'étranger sont aussi concernés"

L'initiative, lancée par un collectif regroupant des professionnels du monde médical et du monde de l'entreprise, mobilise depuis le début de la crise du Coronavirus en France une équipe de bénévoles