Jeudi 2 juillet 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

BEBES BULLE – Une grande bouffée d'air pur

Par | Publié le 27/07/2010 à 00:00 | Mis à jour le 28/12/2017 à 12:20


La thérapie génique a permis de crever la bulle de sept enfants atteints de graves déficiences du système immunitaire. Cette réussite d'une équipe médicale française n'a pas été sans embûches mais sera remise à l'épreuve lors d'un nouvel essai clinique dans les prochains mois


Il y a onze ans, en mars 1999, des chercheurs français,  Alain Fischer, Marina Cavazzana-Calvo et Salima Hacein-Bey-Abina (hôpital Necker-Enfants malades-APHP, Paris/université Paris Descartes), menaient un premier essai de thérapie génique sur neuf "bébés bulle". Sept d'entre eux vivent aujourd'hui normalement, entourés des leurs. The New England Journal of Medicine présente dans son dernier numéro les résultats d'une décennie de recherche.

Des nourrissons coupés du monde
Etre coupé de ses parents et du reste du monde par une bulle de plastique, tel est le quotidien de ceux que l'on surnomme les "bébés bulle" (AFP). Atteints de la maladie génétique du déficit immunitaire combiné sévère lié au chromosome X (DICS-X), ces nourrissons sont dépourvus de système immunitaire. Comme ils ne peuvent lutter contre les infections, ils sont placés dans un univers stérile en attendant une greffe de moelle osseuse. Problème : il n'est pas toujours facile de trouver un donneur complètement voire partiellement compatible avec le malade et la greffe présente dans tous les cas des risques de rejet.

Un enfant décède

Des équipes françaises ont donc l'idée de faire appel à la thérapie génique. Les bébés bulle ne pouvant pas produire de lymphocytes T, le gène manquant est altéré et inséré dans l'organisme des enfants malades via un vecteur viral. Le gène médicament vient alors corriger le génome déficient. Les médecins tombent cependant sur un os : quatre enfants développent une leucémie. Trois en guériront mais un patient décède. Une coopération internationale permettra alors de découvrir la raison de cet échec. "On parle beaucoup de compétition scientifique, mais là toute la communauté internationale spécialisée dans ces questions s'est levée pour nous aider à comprendre la cause de cette complication. Nous avons réussi à créer un réseau collaboratif très efficace. Et fini par comprendre que le virus vecteur contenait une séquence génétique puissante capable de déréguler le gène situé près du site d'intégration du gène thérapeutique.", explique le professeur Marina Cavazzana.

Un espoir naît
Au bout de onze ans de recherche et de modifications apportées à la thérapie génique, le résultat est plus que satisfaisant. Sept enfants âgés de neuf à douze ans mènent aujourd'hui une vie normale, sans se soucier des risques d'infections à répétition. "A ce jour leurs taux de lymphocytes T sont vraiment très bons", souligne le Pr Hacein-Bey-Abina. Pour couronner ce succès, un nouvel essai de traitement génique a été autorisé par les autorités sanitaires françaises. Il devrait concerner cinq enfants et débuter en France à l'automne. Deux autres équipes, une américaine et une britannique, feront subir la même thérapie à dix autres patients. "L'objectif est de confronter nos résultats à ceux d'autres équipes pour définir si cette thérapie génique doit sortir du cadre expérimental pour devenir le traitement de référence pour ces enfants lorsqu'il n'existe pas de greffe compatible possible", précise le professeur Cavazzana interrogée par le Figaro.

Au-delà des bébés bulle, cette réussite a ouvert une nouvelle voie pour la médecine moderne. "C'était la première fois au monde que l'on démontrait l'efficacité d'une thérapie génique dans une maladie", rappelle fièrement le Pr Fisher. La thérapie génique a depuis permis de guérir des maladies aussi sévères que l'adénosine désaminase (ADA) (déficit immunitaire due à une déficience enzymatique), l'amaurose congénitale de Leber (cécité d'origine génétique) et apporte des résultats prometteurs pour des patients atteints de la maladie de Parkinson.
Damien Bouhours (www.lepetitjournal.com) mardi 27 juillet 2010

En savoir plus

Article du Figaro, Des bébés-bulles guéris par thérapie génique en France

0 Commentaire (s)Réagir