Dimanche 7 mars 2021

Un étudiant thaïlandais arrêté pour dégradation de portraits du roi

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 15/01/2021 à 00:00 | Mis à jour le 15/01/2021 à 02:23
Photo : REUTERS / Jorge Silva / archive - Des manifestants passent devant une photo du roi Maha Vajiralongkorn lors d'un rassemblement près du monument de la démocratie à Bangkok, 16 août 2020
Arrestation d'un etudiant pour lese-majeste en Thailande

Un militant étudiant thaïlandais a été arrêté et inculpé en vertu de la sévère loi de lèse-majesté après avoir été accusé d'avoir dégradé des portraits du roi Maha Vajiralongkorn, ont annoncé jeudi son avocat et la police.

Sirichai Nathuang, 21 ans, étudiant à l'Université Thammasat de Bangkok, a rejoint une longue liste d’une quarantaine de personnes qui ont été accusées de lèse-majesté depuis novembre dans le contexte des manifestations demandant la démission de l'ancien chef de la junte, le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha et des réformes constitutionnelles dont certaines concernent la monarchie.

Le mouvement, dirigé principalement par des étudiants, a brisé un vieux tabou sur la remise en question du statut de la monarchie en exigeant des réformes visant à limiter les pouvoirs du roi, ce qui a amené les autorités à relancer l’usage de l’article 112 qui punit le crime de lèse-majesté de peines allant jusqu'à 15 ans de prison, qui n'avait pas été invoquée depuis 2018.

Les portraits du roi sont omniprésents dans les rues des villes de Thaïlande, ainsi que dans la plupart des écoles et des entreprises.

Sirichai a été accusé d'avoir peint des messages sur certains de ces portraits au début de la semaine et a été arrêté mercredi soir, a déclaré Noraset Nanongtoom du groupe Thai Lawyers for Human Rights.

"Sirichai a nié toutes les accusations et se défendra dans cette affaire", a déclaré Noraset Nanongtoom à Reuters, ajoutant que son client avait été libéré sous caution.

Les dégradations de portraits royaux étaient choses très rares sous le règne du roi Bhumibol, père du roi actuel, décédé en 2016 après 70 ans sur le trône.

Maître Noraset Nanongtoom a déclaré que Sirichai était accusé par la police d'avoir écrit des messages appelant à l'abolition de la loi sur la lèse-majesté.

Il a déclaré que son client était le premier des manifestants à être arrêté en vertu de la loi, tandis qu'une quarantaine d'autres personnes ont été accusées mais pas arrêtées.

Le porte-parole adjoint de la police thaïlandaise, Kissana Phathanacharoen, a déclaré que la police avait agi conformément à la loi. "Il n'y a pas deux poids deux mesures", a-t-il dit.

Un porte-parole du gouvernement a affirmé la semaine dernière que l'utilisation de la loi contre certains des manifestants était justifiée.

Le parti d'opposition Move Forward a déclaré jeudi qu'il s’attacherait à modifier la loi sur la lèse-majesté lorsque le Parlement se réunira à nouveau.

"L'utilisation de l'article 112 dans la situation actuelle ne fera qu'empirer les relations entre le roi et le peuple dans une société démocratique", a déclaré le secrétaire général du parti Chaithawat Tulathon dans un communiqué.
 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ROBERT sam 16/01/2021 - 08:23

Faux Monsieur de la police . il y a bien deux poids et deux mesures en Thailande avec une justice aux ordres de la junte ou tout depend de la couleur de votre chemise . Et quant au commentaire du "porte parole du gvt" bien sur toute poursuite contre le mouvement étudiant est justifiée. La chasse aux sorcières s'intensifie .

Répondre