TEST: 2238

TOURISME – Faux guides et pickpockets dans le collimateur

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 12/05/2013 à 22:00 | Mis à jour le 28/11/2019 à 05:28
chatuchak

Les autorités thaïlandaises entendent lutter contre les auteurs de larcins dans le marché de Chatuchak, l'un des plus grands et plus populaires du royaume. Elles veulent aussi mieux réguler la profession des guides touristiques. Vaste programme.

La statistique est éloquente. Selon Wiroj Sitprasertnant, président honoraire de l'Association des guides touristiques professionnels, les faux guides représentent près de 50% des effectifs recensés dans le pays. Un problème d'autant plus difficile à résoudre que les guides non qualifiés prolifèrent à cause de la hausse significative du nombre de touristes dans le pays.

Le ministère du Tourisme va même plus loin. D'après ses propres informations, seuls 10.000 des 53.000 des guides enregistrés par ses services, exercent réellement. Le ministère a demandé à la police de l'aider à faire la chasse aux imposteurs. D'après le site TTR Weekly, visiteurs Chinois, Sud-Coréens, et Russes seraient les plus touchés par ces prestations en toc. Cela nuit forcément à l'image du royaume. Une solution serait d'augmenter le nombre de guides qualifiés et de sanctionner les agences qui ont recours aux services de faux, estiment des professionnels du secteur.

Dans le même ordre d'idée de la protection des touristes, les autorités annoncent dans le Bangkok Post (13 mai), un renforcement des mesures de sécurité à Chatuchak, le grand marché du week-end de Bangkok. Chaque semaine, 150.000 visiteurs se pressent devant les étals de quelque 17.000 vendeurs, le tout sur une surface s'étendant sur plus de 10 hectares. Une telle concentration de population attire également toute une faune peu recommandable, du gang de pickpockets en passant par les revendeurs de drogue, et voleurs de marchandises. Tous les week-end, 300 agents de sécurité veillent au grain. Un nombre toutefois jugé insuffisant pour couvrir avec efficacité cet immense territoire.

Gérante du marché Chatuchak, la compagnie nationale des chemins de fer thaïlandais a eu l'idée de faire appel à des policiers à la retraite pour augmenter les effectifs de sécurité. 37 ex-policiers sont arrivés en renfort. Le nombre de caméras de surveillance va également être doublé pour passer de 72 à 152. Les autorités doivent faire face à un dernier et épineux problème : quelle réponse judiciaire apporter face à ces menus larcins ? Un voleur pris sur le fait n'encourt qu'une peine minime. De fait, il est vite relâché et peut donc s'en retourner, quasiment en toute quiétude, à ses frauduleuses activités.

LB  mardi 14 mai 2013

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale