TEST: 2238

THAÏLANDE - La population entre satisfaction et inquiétude après le coup d'Etat

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 21/09/2006 à 00:02 | Mis à jour le 17/11/2018 à 05:44
putchistes thailandais

Thaksin n'est plus Premier ministre. Les militaires au pouvoir depuis mardi soir ont éténommés hier par le roi pour assurer le gouvernement provisoire. Ils se sont engagés àconstituer un gouvernement civil dans deux semaines et àorganiser des élections générales d'ici un an. En attendant, si parmi les habitants de Bangkok on se dit globalement satisfait d'être débarrassés de Thaksin, beaucoup n'en restent pas moins inquiets pour l'avenir

Hier soir le roi a signéun décret transférant le pouvoir provisoire au Conseil pour la Réforme Politique, avec le général Sonthi Boonyaratkalin àsa tête. Plus tôt, dans la matinée, ce dernier s'était engagédans une allocution télévisée àrendre le pouvoir au peuple le plus vite possible, affirmant que le Conseil de la Réforme Politique n'avait aucune intention de diriger le pays lui-même.

En début d'après-midi (heure locale), les militaires recevaient les diplomates étrangers dans leur Quartier Général de l'Avenue Ratchadamnoen. Après avoir exposéles raisons de leur prise de pouvoir, les militaires ont assuréqu'un gouvernement civil provisoire serait constituédans les deux semaines àvenir et que des élections générales pourraient avoir lieu en octobre l'année prochaine. 
Sonthi a tenu àpréciser qu'en attendant la Thaïlande reste une démocratie et que les touristes peuvent continuer de visiter le pays en toute tranquillité.

Toutefois, le chef des militaires a fait savoir que, pour l'heure, les medias locaux seraient soumis àun contrôle strict des informations diffusées et que les rassemblements de plus de 5 personnes étaient interdits.

Satisfaits et inquiets

D'ailleurs, dans la journée un groupe de militants pour la démocratie parmi lesquels des journalistes, étaient arrêtés pour avoir organiséun rassemblement de plus de cinq personnes, qui plus est politique.

Au lendemain du coup d'état orchestrépar les militaires pour renverser le gouvernement du premier ministre Thaksin Shinawatra "et rétablir l'ordre", le climat global semblait hier toujours calme. Néanmoins les habitants de Bangkok ont l'air quelque peu abasourdis. Et même si beaucoup se disent satisfaits d'être enfin débarrassés de Thaksin, certains ne cachent pas leur incertitude quant àce qui peut bien encore se passer d'ici un an.

"Il est difficile de continuer comme si de rien n'était car on ne sait pas s'ils vont rendre le pouvoir dans deux semaines, ni si les élections auront bien lieu dans un an, comme ils l'ont dit", nous confie une employée de bureau qui ne cache pas son aversion pour l'ex Premier ministre. Un sentiment qui résumait assez bien l'ambiance générale à Bangkok hier.
Pierre Queffelec
Jeudi 21 septembre 2006

Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale