TEST: 2238

Plus de 500 cas positifs en Thaïlande, la plupart asymptomatiques

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 20/12/2020 à 04:37 | Mis à jour le 21/12/2020 à 00:14
Photo : REUTERS / Athit Perawongmetha - Des tests ont été effectués sur plus d’un millier de travailleurs d’un marché de fruits de mer de la province de Samut Sakhon le 19 décembre 2020
Decouverte d'un foyer epidemique dans la province de Samut Sakhon

La Thaïlande a signalé samedi plus de 500 cas de coronavirus parmi des travailleurs migrants du secteur des produits de la mer, la très grande majorité asymptomatiques. Il s’agit du plus grand nombre de cas signalés de contamination en un jour dans un pays qui avait jusque-là plutôt bien maîtrisé l'épidémie.

Le foyer épidémique est apparu dans la province de Samut Sakhon, au sud-ouest de Bangkok, où quatre infections avaient été signalées vendredi sur un marché aux crevettes. Le premier cas confirmé était une femme de 67 ans, vendeuse au marché.

Le directeur général du Département de la lutte contre les maladies, Opas Karnkawinpong, a déclaré lors d'une conférence de presse que 516 nouveaux cas avaient été découverts après des tests effectués sur 1.192 travailleurs migrants. Plus de 90% étaient asymptomatiques, a-t-il précisé.

Au total, plus de 550 nouveaux cas ont été signalés samedi, portant le total depuis janvier à plus de 4.800 cas et 60 décès pour ce pays de 70 millions d’habitants. La Thaïlande compte moins de cas que n'importe quel autre pays ayant une telle population, à l'exception du Vietnam.

La majorité des travailleurs migrants à Samut Sakhon vient de la Birmanie voisine, qui fait face à une épidémie de coronavirus bien pire que la Thaïlande. 

"Bien que la probabilité soit plus grande de trouver plus d'infections dans les communautés étrangères surpeuplées autour du marché de la crevette, il s'agit de groupes à faible risque parce qu'ils sont dans la force de l’âge et en bonne santé", a déclaré Opas Karnkawinpong.

La province a été bouclée jusqu'au 3 janvier et placée sous couvre-feu de 10 h à 17 h.

Le gouverneur de Samut Sakhon, Wirasak Wichitsaengsi, a déclaré que le nombre d'infections était plus élevé que prévu "rendant nécessaire un renforcement des mesures de contrôle pour arrêter rapidement la propagation de l'épidémie".

La Thaïlande fait partie des 10 plus grands exportateurs de crevettes au monde. Près de 1,9 million de travailleurs birmans se trouvaient officiellement en Thaïlande en 2019.

La Thailande s’était déjà faite une frayeur début décembre lorsqu’une dizaine de femmes thaïlandaises travaillant dans la ville birmane de Tachilek ont traversé illégalement la frontière réputée poreuse pour retourner dans leur province d'origine. Les autorités thaïlandaises ont depuis assuré que la situation était sous contrôle. La Birmanie a enregistré plus de 115.000 cas de coronavirus et 2.424 décès.

D'autres pays d'Asie du Sud-Est, dont Singapour et la Malaisie, ont également signalé plusieurs milliers de cas parmi les travailleurs migrants.

Ces nouveaux cas en Thaïlande surviennent au moment où le royaume cherche désespérément à relancer son secteur touristique dévasté par des mesures sanitaires qui ont empêché pendant des mois la plupart des étrangers d’entrer dans le pays et qui imposent toujours aujourd’hui une quatorzaine obligatoire à leurs frais aux visiteurs non-thaïlandais. Jeudi, la Thaïlande a toutefois assoupli les restrictions en autorisant l’entrée sans visa pour les ressortissants de 56 pays.

La Thaïlande, qui a été plébiscitée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour sa gestion de l'épidémie de Covid-19, a imposé dès le début de la crise le port du masque et intégré dans son protocole médical la chloroquine, associée avec des antiviraux pour traiter les personnes atteintes du Covid-19 à certains stades de la maladie.

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

vVDB lun 21/12/2020 - 12:46

Quand on plie soigneusement sont masque pour le mettre dans sa poche ou son sac à main. Pour le remettre plus tard... C'est une ineptie. On contamine ses mains, sa poche, son sac à main et l'environnement. Mettre un masque et ne plus y toucher sauf pour le jeter. Et il faut se désinfecter les mains ! J'ai vu en avril les thailandais utiliser incorrectement ce masque, de retour en France j'ai été sidéré de ne pas voir de campagne d'éducation sur le masque comme demandé le 14 avril par l'OMS. Les français, les européens ne font pas mieux que les thailandais...

Répondre
À lire sur votre édition locale