TEST: 2238

MYRTILLE TIBAYRENC: LaToot Yung 2.0, une maison des artistes à Bangkok

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 25/02/2014 à 23:00 | Mis à jour le 21/11/2018 à 10:28
Photo : Laura BUDULIG - Myrtille Tibayrenc dans la cour de la Toot Yung Gallery située au soi 2 d'Ekkamai
MYRTILLE TIBAYRENC

Myrtille Tibayrenc est directrice et créatrice de la Toot Yung Gallery située au soi 2 d'Ekkamai. Cette Française, installée depuis 2006 à Bangkok, aime découvrir des artistes locaux et se charge de les promouvoir à l'étranger. Tawan Wattuya, Tada Hengsapkul, Piyarat Piyapongwiwat, peintre ou photographe, la liste est longue. Le lancement de sa nouvelle galerie s'inscrit dans cette continuité et de nombreux projets sont au rendez-vous

Myrtille Tibayrenc est arrivée à Bangkok en 2006 un peu par hasard, mais elle n’a pas tardé à trouver son rythme dans la cité des anges. Diplômée des Beaux arts, elle a d’abord travaillé pour l’Alliance française à l’organisation d’événements culturels en tous genres. Puis, au fil de ses rencontres et collaborations avec des artistes thaïlandais et étrangers, la jeune française a développé, pierre à pierre, un projet de maison des artistes avec des expériences plus ou moins fructueuses, et dont les enseignements et les succès ont abouti à l’ouverture en août 2013 de la deuxième version de la Toot Yung Gallery sur le soi Ekkamai. L’endroit, qui regroupe un espace de vie et de travail et un espace d’exposition, mélange l’ambiance paisible et authentique des ateliers d’artistes et celle plus sophistiquée des galeries d’art. A l’occasion de l’exposition de l’artiste mexicain, Fernando Aceves Humana, LePetitJournal.com a rencontré la galeriste

Quel est votre parcours en Thaïlande?

Je suis arrivée ici en 2006 et j'ai bossé trois ans pour l'Alliance Française au département culturel ce qui m'a permis de rencontrer pas mal d'artistes thaïs. J'ai remarqué qu'ils avaient toujours besoin de quelqu'un pour monter leurs expos, une personne pour rédiger les textes de leurs catalogues, le besoin d'une aide extérieure. Je me suis rendue compte qu'ils n'avaient pas de commissaires d'expo et je me suis mise, petit a petit, à faire l'intermédiaire entre eux et la galerie, écrire le texte, choisir les œuvres avec eux. De fil en aiguille j'ai commencé à travailler pour des galeries de Bangkok. J'étais très peu rémunérée pour mon travail, voire pas du tout, du coup j'ai eu l'idée de monter ma petite galerie à moi vu que j'étais de plus en plus proche des artistes. J'ai monté la première galerie Toot Yung en 2010, au dessus d'un petit bar français vers "Democracy Monument". J'y suis restée deux ans et elle a commencé à être connue grâce aux artistes un peu tabous, érotiques. On parlait pas mal de moi du fait d'avoir amené pas mal d'artistes en France, et l'ambassade a sponsorisé quelques-unes de mes activités et j'ai quitté l'Alliance Française à ce moment là.

Pourquoi vouloir s'agrandir avec cette nouvelle galerie?  

Le mécène de cette nouvelle galerie est venu me rencontrer et m'a proposé de faire ce que je faisais avant mais en plus grand. De là est parti le projet de cette nouvelle galerie Toot Yung. En 2012, j'ai fermé la petite galerie et j'ai commencé les travaux ici et elle a finalement ouvert en août 2013.
Dans ma petite galerie, avant, je connaissais beaucoup d'artistes étrangers, du monde entier. Mon rêve était vraiment d'avoir une résidence, un atelier pour qu'ils puissent être logés, travailler et exposer en même temps. Avant je les invitais et c'était pas vraiment commode. Du coup, maintenant on a tout sur place, une résidence, un atelier et on va bientôt ouvrir un atelier de gravure. C'est notre prochain projet. De plus, ça marche plutôt bien. Je reçois des dossiers presque tous les jours de gens qui veulent exposer.

La manière de travailler avec les artistes thaïlandais est-elle différente de celle avec les autres artistes internationaux?

Les artistes internationaux sont dans un cursus plus carré donc souvent ils me demandent s'il y a un contrat, ils sont très à l’affût du pourcentage. Les artistes thaïs, au contraire, sont plus souples, plus élastiques, malléables. C'est assez récent pour eux de travailler de manière professionnelle avec des galeries. Tout le réseau de galerie est assez récent à Bangkok. Quand je suis arrivée, il y avait trois, quatre galeries de professionnels internationaux. Aujourd'hui ça commence à beaucoup se développer. Du coup il commence à y avoir plus d'exigence, ce qui n'était pas le cas quand je me suis installée. De plus, ici, il y a cette difficulté de sortir de son réseau classique, son réseau  "Beaux-Arts ". Les artistes thaïlandais restent très traditionnels et ont du mal à faire le pas et aller vers quelque chose de plus contemporain. En France, inversement, ils ont du mal à se positionner autrement que ce qu'on leur a appris à l'école. D'une manière ou d'une autre c'est toujours difficile de se trouver et de sortir des sentiers battus.

Pourquoi ce choix de venir vous installer en Thaïlande?

Initialement, ce n'était pas un choix de ma part. Mon père est venu travailler ici, je venais d'obtenir mon diplôme des Beaux Arts et pour me féliciter il m'a offert un voyage en Thaïlande. Comme je n'avais pas grand chose à faire en France et que tout me semblait un peu difficile à mettre en place là-bas, je me suis dit qu'il y aurait davantage d'opportunités ici.  J'ai donc décidé de rester. Et ça fait 7 ans !

Quels sont les futurs événements prévus à la galerie?

On va commencer à organiser pas mal de soirées avec des DJ. On veut aussi développer des soirées cinéma, à thème. On voudrait accentuer sur un coté volontariat en créant plusieurs pôles où les gens peuvent participer, faire partie du lieu en proposant leur savoir. J'ai déjà une petite équipe qui va proposer des soirées ciné à caractère social. On aimerait aussi sous-titrer les films en Thaï afin d'attirer et d’intéresser les Thaïlandais. On va organiser des soirées conférences également.
La prochaine expo mettra en scène les gravures que l'on va faire ici à l'atelier. On va inviter cinq artistes Thaïlandais et leurs gravures seront le thème de l'expo. J'aime beaucoup travailler avec des artistes locaux.
Et puis on va bientôt lancer des cours réguliers. Un cours de peinture à l'huile traditionnel, et un cours de modèle vivant et par la suite un cours de gravure. Ce sera ouvert à tous et ils auront lieu chaque semaine. Ces cours réguliers commenceront courant du mois de mars. Et puis à chaque fois que j'invite un artiste, ce dernier propose un workshop exceptionnel. Les ateliers ont déjà commencé.

Informations
Toot Yung Galery
12 Ekkamai 2, Phra Khanong Nuae Watthana,Bangkok
Du mardi au dimanche de 11H00 à 20H00 (vendredi et samedi nocturnes, avec la présence de DJ's, jusqu'à 00H)
Site Internet: http://www.tootyunggallery.com/

Propos recueillis par Laura BUDULIG mercredi 26 février 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale