TEST: 2238

MANIF – La police pousse les "Jaunes" d'une partie de l'avenue Phitsanulok

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 06/03/2019 à 05:59

La police a dégagé lundi les "Jaunes" de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) d'une partie de l'avenue Phitsanulok, près du pont Chamai Maruchet. Peu après 5h, deux compagnies de policiers ont enlevé les tentes et les barricades, provoquant quelques confrontations avec les manifestants rassemblés sous les fenêtres du bureau du Premier ministre depuis le 25 janvier pour protester contre la gestion du gouvernement dans le conflit transfrontalier avec le Cambodge. L'un des leaders du PAD, Chamlong Srimuang, a minimisé l'événement, promettant à ses troupes de reprendre le terrain perdu. Le commandant de police Wichai Sangprapai a déclaré vouloir négocier avec les "Jaunes" afin de libérer la totalité de l'avenue Phitsanulok pour laisser la place à la grande foire annuelle de la Croix-Rouge, qui doit avoir lieu tout près à Suan Amporn du 30 mars au 7 avril. Dans un autre développement, Veera Somkwamkid, le leader du Réseau des Patriotes Thaï incarcéré pour huit ans de prison au Cambodge pour espionnage, souffrirait d'une sérieuse infection à la bouche, selon son frère, cité lundi par la presse thaïlandaise. L'activiste détenu à la prison Prey Sar de Phnom Penh avec sa secrétaire Ratree Pipatanapaiboon condamnée, elle, à six ans, mangerait de la nourriture malsaine et vivrait dans de "très mauvaises conditions". Les deux prisonniers espèrent pouvoir solliciter le pardon royal, mais le Premier ministre cambodgien Hun Sen a affirmé qu'ils devaient d'abord effectuer les deux tiers de leur peine avant de pouvoir produire une telle demande.
P.B. (https://www.lepetitjournal.com/bangkok) mardi 8 mars 2011

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale