Les numéros de téléphone “chanceux” n’auraient-ils plus la cote?

Par Catherine Vanesse | Publié le 28/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 02/02/2021 à 11:34

La vente aux enchères de numéros de téléphone considérés comme “porte-bonheur” a rapporté 57,9 millions de bahts (1,5 millions d'euros) à la Commission nationale de diffusion et de télécommunication (NBTC).

La Commission nationale de diffusion et de télécommunication (NBTC) a organisé pour la première fois ce dimanche 27 novembre une vente aux enchères des numéros de téléphone les plus chanceux. La vente a rapporté 57,9 millions de bahts (1,5 millions d'euros), une somme coquette mais néanmoins loin des 100 millions espérés par la NBTC.

Sur les seize numéros de téléphone mis aux enchères, quatorze seulement on trouvé un acquéreur. Le numéro de téléphone le plus cher est le 09-8888-8888 qui est parti pour un montant de 8,1 millions de bahts (210.000 euros); pour le 06-5555-5555, les enchères sont montées jusqu'à 6,9 millions de bahts (185.000 euros) et le 06-5555-5555 est parti pour 6,07 millions de bahts (158.000 euros). Les cinq numéros de téléphone suivant 09-0000-0000, 09-1111-1111, 09-4444-4444, 09-6666-6666 et 06-1111-1111 se sont envolés à 6 millions de bahts chacun.

Par contre, aucun des deux numéros “premium”, le 09-9999-9999 et le 08-8888-8888, dont la mise de départ commençait à 20 millions de bahts, n'a pas trouvé d'enchérisseur.

En 2011, un acheteur anonyme avait déboursé 6,75 millions de bahts, soit près de 156.000 euros à l'époque, pour acheter la plaque d'immatriculation la plus chère du pays comprenant quatre 9 (lire notre article).

Lire aussi "Quand la folie du neuf s'empare de la Thaïlande"

C.V. mardi 29 novembre 2016

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine s’est expatriée en Thaïlande de 2013 à 2022, collaborant avec des médias locaux ainsi que Lepetitjournal.com pour qui elle a notamment co-dirigé la rédaction de Chiang Mai de 2020 à 2022
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale