TEST: 2238

La Thaïlande restreint les arrivées sans visa sur son territoire

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 11/03/2020 à 23:21 | Mis à jour le 12/03/2020 à 00:02
Photo : REUTERS / Soe Zeya Tun - Un serveur sur une plage quasi déserte de Phuket habituellement bondée de touristes chinois, le 10 mars 2020
Coronavirus-Plage-Thailande

La Thaïlande a décidé de suspendre temporairement la délivrance de visas à l'arrivée aux voyageurs de 19 pays et territoires dans le cadre de la prévention contre la propagation du coronavirus, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur.

La Thaïlande a signalé jusqu’ici 59 cas de virus et déploré un seul décès, soit 0,05% du nombre total de cas répertoriés dans le monde (plus de 113.000 personnes infectées dans une centaine de pays).

"Quel que soit le pays, les gens qui souhaitent venir devront faire une demande de visa auprès de nos ambassades", a déclaré à la presse le ministre thaïlandais de l'Intérieur, Anupong Paochinda.

"Les ambassades thaïlandaises partout dans le monde veilleront à ce qu'aucune personne malade ne voyage en Thaïlande."

Le visa à l'arrivée (VoA) sera suspendu pour les ressortissants des 19 pays et territoires jusqu’ici éligibles, dont la Bulgarie, le Bhoutan, la Chine, Chypre, l'Éthiopie, les Fidji, la Géorgie, l'Inde, le Kazakhstan, Malte, le Mexique, Nauru, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Roumanie, Russie, Arabie saoudite, Taïwan, Ouzbékistan et Vanuatu, selon une liste fournie aux journalistes par le ministère des Affaires étrangères.

Seuls les détenteurs de passeports russes ne sont pas concernés par la suspension du visa à l’arrivée depuis la Russie, ils pourront toujours voyager en Thaïlande et rester pendant 30 jours en vertu d'un accord sur l'exemption de visa, a déclaré à Reuters un responsable du ministère.

Les exemptions de visa pour les courts séjours pour les voyageurs de Corée du Sud, d'Italie et de Hong Kong sont également annulées jusqu’à ce que la situation revienne à la normale, a ajouté Anupong Paojinda.

"Ces mesures vont résoudre le problème des étrangers arrivant de zones à risques", a-t-il expliqué.

Le ministre a indiqué qu'il engageait le processus immédiatement sans pour autant clairement dire à partir de quand ces mesures entreraient en vigueur.

Le directeur du Département des affaires consulaires du ministère des Affaires étrangères, Chatree Atchananant, a indiqué que les demandeurs de visa devront présenter des certificats médicaux et une assurance dans le cadre des mesures de contrôle au niveau des ambassades thaïlandaises.

La semaine dernière a été marquée par une grande confusion vis-à-vis des conditions d’accès et de circulation dans le royaume pour certains touristes et résidents ayant voyagé dans certaines zones du monde. Une confusion générée par des communications contradictoires de la part des différents ministères. Le 2 mars, le ministre de la Santé, Anutin Charnvirakul avait notamment décrété via les réseaux sociaux que les personnes arrivant de 11 pays et territoires dont la France seraient soumises à une quarantaine de 14 jours "sans exception". Une information officiellement contredite quelques heures plus tard, les autorités du Tourisme et des Affaires etrangères assurant qu’il n’y a pas de quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant de France et d'autres pays cités par le ministre .

Le 5 mars, la Thaïlande a désigné la Corée du Sud, la Chine, Macao, Hong Kong, l'Italie et l'Iran comme "zones de maladies transmissibles dangereuses", annonçant dans un premier temps que les voyageurs de ces pays et territoires devraient se mettre en quatorzaine obligatoire au risque d’encourir une forte amende, avant de revenir sur l’aspect obligatoire ainsi que sur le risque d'amende pendant quelques jours. Mais mercredi, rapporte le Bangkok Post, le Dr Suthep Petchmark, inspecteur général de la santé, a déclaré que les voyageurs venant de Corée du Sud, de Chine, d'Italie et d'Iran devaient informer les autorités du lieu de leur auto-quarantaine sous peine d'amende voire de prison en cas de récidive. 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale