Dimanche 25 octobre 2020

La Thaïlande porte plainte contre Facebook et Twitter

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 25/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 25/09/2020 à 04:55
Photo : Reuters
Puttipong-Punnakanta-Minsitre-numerique-Thailande_0

La Thaïlande a lancé jeudi une action en justice contre les géants du numérique Facebook et Twitter pour avoir ignoré les demandes de suppression de contenu, une première pour ce pays grand consommateur de réseaux sociaux.

Le ministère de l'Économie et de la Société numériques a porté plainte auprès de la police de la cybercriminalité, après expiration des délais impartis aux deux sociétés pour se conformer pleinement aux ordonnances émises par le tribunal, a déclaré le ministre, Puttipong Punnakanta.

Aucune action n'a finalement été intentée contre Google contrairement à ce qui avait été annoncé la veille, car sa plate-forme vidéo YouTube a supprimé le contenu conformément à ce qui était demandé mercredi soir, a déclaré le ministre.

"À moins que les entreprises n'envoient leurs représentants pour négocier, la police peut intenter des poursuites pénales contre elles", a ajouté Puttipong Punnakanta aux journalistes.

"Mais s'ils le font, et reconnaissent les fautes, cela pourrait se régler par des amendes."

Il n'a pas donné de détails sur les contenus incriminés ni indiqué quelles lois avaient été violées. Les plaintes concernent les sociétés mères américaines et non leurs filiales thaïlandaises, a cependant précisé le ministre du numérique.

Lors d'une conférence de presse, la police de la cybercriminalité a déclaré qu'elle devrait examiner les lois existantes pour déterminer si elle était compétente pour intenter des poursuites contre des entreprises basées en dehors de la Thaïlande.

Emilie Pradichit, directrice de la Fondation Manushya, organisme de défense de la liberté numérique, estime que les plaintes sont "une tactique pour effrayer ces entreprises".

Le ministère va déposer davantage de demandes auprès de Facebook, Twitter et Google pour supprimer plus de 3.000 éléments, parmi lesquels figurent des critiques de la monarchie, a déclaré Puttipong Puttipong.

Twitter et Facebook ont refusé de commenter. Google n'a pas répondu à une demande de réaction.

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ROBERT ven 25/09/2020 - 06:08

Le ministère de la Société numériques a porté plainte . parce que le ministére de l'économie est inexistant compte tenu des résultats obtenus depuis 6 ans et de trois ou quatre ministres . Il est vrai que ne s'occupant que des petits vilains qui poste des messages sur le net, comment se consacrer à l'économie . Le pays est exsangue mais ils continuent dans leur délire pananoîaque .

Répondre