TEST: 2238

FRONTIÈRE – Terrain miné entre la Thaïlande et le Cambodge

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 10/03/2013 à 00:00 | Mis à jour le 11/08/2019 à 07:52

Trois soldats thaïlandais ont été blessés, dont un gravement, jeudi 7 mars, après l'explosion d'une mine antipersonnel située dans la province de Surin à la frontière avec le Cambodge.

L'armée thaïlandaise a aussitôt accusé son homologue cambodgienne d'avoir posé onze engins explosifs sur le sol thaïlandais. Des accusations rejetées en bloc par Phnom Penh. Selon le Bangkok Post (8 mars), un porte-parole de l'armée thaïlandaise a expliqué dans un communiqué que le type des mines retrouvées, “un mètre“ sur le territoire thaïlandais, “est de type TMN1, communément utilisé par le Cambodge”. Dans le même temps, le général en chef de l'armée de terre, Prayuth Chan-Ochoa a nié que ces explosifs aient pu être posés par ses hommes. La Thaïlande accuse donc son voisin cambodgien de ne pas respecter la convention d'Ottawa, un accord international, signé par les deux pays, portant sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel, et sur leur destruction. La délimitation frontalière entre les deux pays fait l'objet d'un contentieux historique entre le Cambodge et la Thaïlande. Les deux voisins y ont donc stationné des milliers de soldats qui se font face quotidiennement de part et d'autre de la frontière.

LB lundi 11 mars 2013

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale