Mercredi 24 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Dernières joutes politiques en Thaïlande avant les législatives 

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 23/03/2019 à 06:13 | Mis à jour le 23/03/2019 à 06:27
Photo : YE AUNG THU / AFP - Piyabutr Saengkanokkul, secrétaire général du Future Forward Party, lors du dernier grand rassemblement du parti à Bangkok, le 22 mars 2019
Piyabutr-Election-Thailande

Les partis d'opposition et pro-junte qui s'affronteront dimanche lors de législatives très attendues en Thaïlande se sont défiés vendredi soir lors d'ultimes grands meetings électoraux.

Le télégénique milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit, 40 ans, étoile montante de l'opposition avec son parti nouvellement créé, Future Forward ("En avant l'avenir"), a réuni des milliers de ses partisans dans le centre de Bangkok.

Il s'est posé en alternative au chef de la junte sortante, le général Prayuth Chan-O-Cha, en se présentant comme le porte-voix d'une jeune génération avide de renouer avec le succès économique et la réduction des inégalités sociales.

La nouvelle génération "a le droit de faire entendre sa voix dans cette élection", a-t-il martelé devant la presse avant de monter sur scène devant ses partisans vêtus d'orange, la couleur de son parti.

"Tout ce qui compte, c'est de gagner la bataille des idées", a-t-il insisté.

"Les gens de mon âge ne veulent pas de la vieille politique... Nous sommes inquiets de ce qui va arriver à l'économie si ce gouvernement (militaire) reste en place", explique dans la foule Phastararin Sittsart, étudiant en comptabilité de 24 ans.

Les étudiants sont nombreux parmi les sept millions de primo-électeurs, sur un total de 51 millions appelés aux urnes dimanche.

Nombre d'entre eux soutiennent le nouveau parti Future Forward, lassés de la division de la société entre deux grandes forces politiques ennemies: celle de l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra et celle du chef de la junte Prayuth Chan-O-Cha.

Le premier reste la figure de proue, malgré son exil, des "rouges", réformateurs considérés comme de dangereux anti-monarchistes par les "jaunes", au premier rang desquels les généraux comme Prayuth, conservateurs jurant de protéger la royauté à tout prix.

Mais malgré la montée de Future Forward, surtout auprès des jeunes Bangkokiens, le parti d'opposition classique Puea Thai, de Thaksin, garde le vent en poupe et a lui aussi rassemblé des milliers de supporters vendredi soir.

Ils disent eux aussi leur frustration, après cinq ans de pouvoir de la junte dirigée par le général Prayuth Chan-O-Cha.

"Cela fait déjà cinq ans et les gens se retiennent. Mais s'il devient Premier ministre, cela risque d'exploser", a expliqué à l'AFP un partisan du Puea Thai, Bordin Watchalobon, spécialiste en marketing de 51 ans.

Mariage et scrutin

Tandis que ses partisans bombaient le torse à Bangkok, le milliardaire Thaksin Shinawatra a réuni vendredi soir son clan au grand complet à Hong Kong pour le mariage de sa fille.

Etait présente la princesse Ubolratana, soeur du roi de Thaïlande et éphémère candidate au poste de Premier ministre d'un parti pro-Thaksin (dissous pour avoir osé vouloir faire entrer un membre de la famille royale en politique).

Lors des dernières législatives en 2011, Thaksin l'avait remporté haut la main, comme toujours depuis qu'il est entré en politique il y a près de vingt ans.

Mais cette fois-ci, les militaires ont pris le temps de préparer le terrain, contrairement au coup d'Etat de 2006, après lequel ils avaient rapidement permis des élections, là encore largement remportées par Thaksin.

Cette fois-ci, ils ont changé la Constitution de façon à s'assurer que, même en cas de victoire du parti de Thaksin aux législatives de dimanche, sa majorité parlementaire soit contrôlée par un Sénat nommé par les militaires.

Ils ont aussi modifié le système électoral pour empêcher de grands partis comme le Puea Thai d'avoir une majorité parlementaire.

Cela, ajouté au contrôle de l'appareil d'Etat et aux opérations de clientélisme menées depuis des mois en province par le général Prayuth, lui donne de bonnes chances de l'emporter dimanche, malgré le ras-le-bol d'une partie de la population.

Il a participé lui aussi vendredi soir à un dernier grand meeting de campagne à Bangkok. "Merci à tous les Thaïlandais qui ont collaboré avec moi lors des cinq dernières années... Je promets de conduire les 77 provinces du pays vers un meilleur avenir", a-t-il lancé.
 

0 Commentaire (s)Réagir