Claire Keefe, directrice de l’Alliance française sur le départ

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 29/08/2013 à 22:00 | Mis à jour le 29/12/2018 à 13:07
Claire Keefe

Après quatre ans au poste de directrice de l’Alliance française de Bangkok, Claire Keefe passe la main. Elle sera remplacée à partir 1er septembre par Christian Merer, qui arrive de Manille où il était Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle depuis 2009. Elle a bien voulu répondre aux questions du PetitJournal.com

Quel bilan faites-vous de ces 4 ans à la direction de l’Alliance Française de Bangkok ?
Bilan très positif, à titre professionnel comme personnel. Avec une politique de communication renforcée, l’Alliance française en Thaïlande jouit désormais d’une plus grande visibilité avec une réputation d’excellence pour son enseignement et une image moderne et conviviale.

Qu’est-ce qui a marqué ces 4 ans (vos meilleurs souvenirs, vos plus grands regrets) ?
Pour mes meilleurs souvenirs, l’année  du Centenaire !
Nous avons eu des manifestations tout au long de 2012, commençant par "24 heures de la vie d’une femme", le Gala, les Etats généraux d’Asie et d’Océanie de l’Alliance française, et bien sûr, le bal populaire du 14 juillet qui est immédiatement devenu une tradition incontournable.
Et quant à mes regrets, le seul est de ne pouvoir accompagner le passage vers le nouveau bâtiment, et de manquer cela de quelques semaines seulement…
Quels auront été les principaux chantiers auxquels vous avez participé ou que vous avez initiés, où en sont-ils ?
Evidemment, le chantier du nouveau bâtiment, qui marquera un nouveau départ pour l’établissement. Et également  l’harmonisation de notre action avec les annexes de province, qui disposent désormais des mêmes outils administratifs et de communication que nous.
Il y a aussi la modernisation des outils d’enseignement qui va se continuer et se renforcer dès le déménagement, avec des tableaux blancs interactifs dans toutes les salles de cours.

Que pouvez-vous nous dire sur le déménagement de l’Alliance ?
Le nouveau bâtiment sera infiniment plus fonctionnel, et ce que l’Alliance perdra en charme désuet, elle le gagnera en beauté moderne, en commodité et en confort.
Il faudra sans doute quelques mois pour que de nouvelles habitudes se créent, et que les étudiants et tous nos amis qui fréquentent l’Alliance française investissent les lieux, mais ils s’y trouveront bien vite chez eux.
Y a-t-il de grands changements à venir à l’Alliance, en dehors de ce déménagement, lesquels ?
Le changement principal est l’arrivée d’un nouveau directeur, Christian Merer, ce sera à lui d’annoncer ses projets !

-- Christian Merer nouveau directeur en fonction à partir du 1er septembre
Christian Mérer arrive des Philippines où il occupait le poste de Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle (COCAC) depuis 2009.
Diplômé en philosophie et lettres (agrégation et doctorat), il est entré au ministère des Affaires étrangères en 1995 où il a exercé dans les domaines de la coopération culturelle, de l’enseignement français à l’étranger et du développement.
De 1996 à 2001, il dirige des Service culturels et de coopération en Chine (à Canton) avant de partir au Viêt Nam (Hô-Chi-Minh-Ville) au même poste de 2001 à 2005. De 2005 à 2009, il occupe la fonction de chef de service, Asie Moyen Orient, Océan Indien, Océanie à l’Agence pour l’Enseignement du Français à l’Etranger (AEFE), relevant du Ministère des Affaires Etrangères
Il avoue dans le programme de l’Alliance de septembre que si l’Asie ne lui était pas prédestinée, la région est devenue une destination privilégiée au fil des postes, tout en soulignant qu’il s’agit d’une des zones les plus dynamiques du monde.
"Je suis très heureux d'arriver en Thaïlande comme Directeur de l'Alliance française de Bangkok. J'avais déjà eu l'occasion d’y venir essentiellement dans le cadre de missions de travail. J'y ai toujours apprécié la qualité de vie et le riche héritage culturel", a-t-il confié.

Qu’est-ce que cette expérience en tant que directrice d’une Alliance comme celle de Bangkok vous a apporté ?
Ces quatre années ont été très riches pour moi, et j’ai adoré faire ce travail. J’ai eu une équipe formidable, avec laquelle j’ai entretenu des rapports d’amitié, et je sais qu’ils resteront  proches. L’expérience du suivi d’un projet immobilier m’a beaucoup appris aussi, et c’est là quelque chose que je n’imaginais pas faire en prenant mon poste ici !
Quelle relation pensez-vous entretenir avec la Thaïlande après votre départ ?
Je continuerai sans aucun doute de venir en Thaïlande, c’est un pays qui m’est cher, et où je me sens chez moi. Et j’ai encore un roman à finir, qui se déroule à Bangkok à la fin du XIXème siècle, et sur lequel je n’ai pas eu le temps de travailler…

Qu’allez-vous faire ensuite ?
Je suis nommée directrice de l’Alliance française du Val d’Aoste, une région autonome d’Italie traditionnellement bilingue, mais où l’usage du français est en perte de vitesse. Donc, charge pour moi de tenter de lutter contre cette érosion.
Je suis ravie d’aller en Italie, où je suis née, et où j’ai fait une partie de mes études universitaires.
Et puis, bien sûr, je vais continuer à écrire

Quelque chose à ajouter ?
J’ai une très grande reconnaissance vis-à-vis du Comité de l’Alliance française, à commencer par son Président, le Docteur Jingjai Hanchanlash. Tous les membres ont été d’un engagement et d’une disponibilité exceptionnels, et m’ont constamment soutenu dans tous mes projets. Mon successeur, Christian Merer, à qui je souhaite de prendre autant de plaisir que j’en ai eu à diriger un si bel établissement, ne peut souhaiter  avoir une meilleure équipe à ses côtés.

Propos recueillis par Pierre QUEFFELEC (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) vendredi 30 août 2013

Pierre Queffelec-square

Pierre QUEFFELEC

Pierre Queffélec a fait ses premières armes dans le journalisme à la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il a rejoint lepetitjournal.com l’année suivante avant de prendre la direction du bureau de Bangkok en janvier 2006
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale