Lundi 10 août 2020

A Bangkok, le Wat Pho refuse les étrangers, invoquant le risque Covid

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 12/06/2020 à 00:00 | Mis à jour le 12/06/2020 à 11:09
Photo : Jean-Louis Duzert
Wat Pho coronavirus

"Seulement les Thaïlandais. Pour le moment, pas ouvert aux étrangers" peut-on lire sur une inscription à l’entrée du fameux Wat Pho connu pour son immense Bouddha couché aux pieds incrustés de nacre.

Selon le journal Khaosod English, il s’agirait d’une initiative venant du temple, même si le journal en langue anglaise confirme que des responsables de la ville de Bangkok et du ministère du Tourisme en ont confirmé la légalité.

Pour justifier sa démarche, le temple invoque le risque lié au Covid-19, selon le journal en langue anglaise. Et cela a suscité un certain émoi sur les réseaux sociaux, notamment parmi les étrangers résidant en Thaïlande qui ne comprennent pas en quoi ne pas être Thaïlandais présente un risque particulier de propagation d’un virus quand quasiment aucun étranger ne peut entrer dans le royaume depuis plusieurs mois et que toute personne de retour au pays est automatiquement soumise à une quarantaine obligatoire de 14 jours.

Tout près du Wat Pho, le Grand Palais et le Wat Arun sont ouverts à tous.

La Thaïlande a enregistré un nombre relativement faible d’infections au Covid-19 depuis janvier qui ont entrainé 58 décès. Sur les 3.125 cas totalisés jusqu’ici, 2.788 concernent des Thaïlandais, soit 89% de l’ensemble. Le royaume n’a pas enregistré de cas d’infection local depuis le 25 mai, et les seuls cas d’infections importées proviennent de Thaïlandais rapatriés.

Si certains se sont empressés de taxer la démarche du Wat Pho de raciste, rien n’indique une ségrégation typiquement raciale, mais plutôt nationaliste, tout au plus xénophobe, puisqu’il est manifestement question des "étrangers" au sens de "non-Thaïlandais" sans aucune référence à une quelconque race.

Mais les esprits occidentaux ont été échauffés il y a quelques mois par une série de déclarations à l’emporte-pièce en mars par le ministre de la Santé à l’encontre des "farangs", terme populaire désignant les étrangers, le plus communément les Caucasiens, et qui peut prendre une connotation péjorative selon le contexte de son emploi et la prononciation du mot.

Le ministre, Anutin Charnvirakul, avait conspué dans des termes vulgaires les farangs qui ne portaient pas le masque au début de l’épidémie de Covid-19, alors que les autorités thaïlandaises avaient appelé toute la population à le porter systématiquement dans l’espace public, offrant même des distributions gratuites. Le ministre avait même menacé de signaler voire déporter les farangs qui refusaient de s’exécuter. 

Il avait réitéré quelques semaines plus tard, lors d'une visite dans la ville de Chiang Mai, se plaignant dans deux tweets que les farangs représentaient une plus grande menace de propagation du virus que les Asiatiques car beaucoup sont mal habillés et ne se lavent jamais.

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Jack lun 15/06/2020 - 05:04

Je serais curieux de voir la réaction des autorités thaïlandaises la semaine prochaine lors du prochain conseil "Covid" du gouvernement vis-à-vis de l'ouverture de couloirs aériens pour les touristes chinois, étant donné l'existence d'un début de re-confinement de Pékin avec 57 nouveaux cas ( déclarés !) ce 15 juin.

Répondre
Commentaire avatar

Tintin ven 12/06/2020 - 03:28

Désolant de n'être accepté que pour dépenser notre argent!!!! Certains aspects de la logique thailandaise commence à me contrarier sérieusement au point de me demander si un départ sous d'autres cieux ne mérite pas une certaine réflexion.

Répondre

Expat Mag

Chennai Appercu
TOURISME

10 choses qui rendent Chennai célèbre

4ème ville d'Inde, capitale du Tamil Nadu mais surtout petite pépite en mal de notoriété, Chennai, anciennement Madras mérite qu'on s'y attarde un peu !