Sondage: 27,6% des Thaïlandais ne voient aucun Premier ministrable

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 28/03/2022 à 00:00 | Mis à jour le 28/03/2022 à 04:29
Photo : LPJ Bangkok.com
Bureau-de-vote-thailande-750-QUEFFELEC

Alors que les Thaïlandais seront en principe appelés à voter en mars 2023 pour élire leurs gouvernants, un sondage fait ressortir que 27,6% d’entre eux ne voient personne digne d’être Premier ministre

D’ici un an, la Thaïlande doit organiser des élections législatives, l’administration actuelle arrivant au bout de ses quatre années de mandat. Quatre années pour le moins troublées qui auront sérieusement érodé la popularité de ce gouvernement de coalition hétéroclite de plus d’une quinzaine de partis rassemblés autour des militaires putschistes qui avaient pris le pouvoir en 2014 en promettant de meilleurs lendemains. 

Selon un sondage réalisé par l’institut Suan Dusit entre le 10 et le 15 mars auprès de 2.020 adultes de diverses catégories sociales, 27,6% des personnes interrogées ont répondu ne voir personne à l’heure actuelle capable de remplir correctement la fonction de Premier ministre - et 3,61% n’ont pas du tout d’opinion ou ne sont pas intéressés par la question.

13,42% voteraient pour Pita Limjaroenrat, dirigeant du parti Move Forward, deuxième parti de l’opposition, tandis que 12,53% seraient favorables à la jeune Paetongtarn Shinawatra, fille de Thaksin Shinawatra et nièce de l’ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra dont le gouvernement avait été renversé par l’actuel chef du gouvernement, le général Prayuth Chan-O-Cha. 

Ce dernier se voit crédité de 12,67% d’intentions favorables seulement. 

Le Bangkok Post énumère dans un compte-rendu quinze autres personnalités citées par les sondées, dont treize sous les 5%.

En gros, environ 20% des répondants seulement se prononcent en faveur de personnalités plus ou moins proches du pouvoir actuel, près de 50% pour le camp de l’opposition, tandis que les indécis représentent environ 31% des sondés. 

Il est important de noter que ce "camp" de l’opposition est relativement morcelé avec des sensibilités relativement divergentes, loin de former un bloc cohérent capable de former une grande coalition en cas de besoin.

Toutefois, lorsqu’il s’agit de demander aux sondés de choisir un parti pressenti pour gouverner, les choses deviennent beaucoup plus claires. Les deux partis d’opposition se partageant en effet à eux seuls plus de 41% d’opinion favorable (25,89% pour le Pheu Thai, et 16,24% pour le parti Move Forward), face aux partis de l’actuelle coalition qui ne parviennent pas à atteindre les 25%.

Environ 29% des répondants n’en voient aucun et 2% ne se prononcent pas.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale