Jeudi 28 octobre 2021
TEST: 2238

Nouvelle récompense à Cannes pour le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul

Par Catherine Vanesse | Publié le 21/07/2021 à 02:14 | Mis à jour le 21/07/2021 à 16:54
Photo : Tilda Swinton, avec laquelle Apichatpong est ami depuis des années, joue dans Memoria le rôle d'une botaniste qui se retrouve prise d'hallucinations auditives.
Tilda Swinton dans Memoria, film d'Apichatpong Weerasethakul

Le film Memoria d’Apichatpong Weerasethakul a remporté ce week-end le prix du Jury au Festival de Cannes. Il s’agit de la quatrième récompense sur le festival français pour le réalisateur thaïlandais

Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul a remporté le Prix du Jury pour son film Memoria lors du 74ème Festival de Cannes qui s’est tenu du 6 au 17 juillet - Memoria a partageait le prix avec Ahed's Knee de l'Israélien Nadav Lapid.

Tourné en Colombie, cette production internationale met en vedette l’actrice écossaise Tilda Swinton dans le rôle de Jessica, une botaniste écossaise spécialiste des orchidées. Partie retrouver sa sœur à Bogota en Colombie, elle est confrontée à des images et des sons troublants qui remettent son identité en question. Pendant son séjour, elle se lie d’amitié avec une archéologue française (Jeanne Balibar) chargée de surveiller un projet de construction, et avec un jeune musicien (Elkin Diaz). Chaque nuit, elle est dérangée par des détonations de plus en plus fortes qui l’empêchent de dormir.

Avant la remise du prix, Memoria bénéficiait de critiques pour le moins favorables. “Apichatpong Weerasethakul et Tilda Swinton forment l’équipe idéale”, titrait jeudi Peter Bradshaw pour le journal britannique The Guardian, qui décrit Memoria comme "un film magnifique et mystérieux, un cinéma lent qui décélère votre rythme cardiaque", soulignant l’originalité et l’audace du réalisateur qui défie à sa manière les lois de la gravité. 

Pour Thomas Sotinel, du journal Le Monde, "Memoria reste une expérience sans équivalent dans le cinéma contemporain, un songe spéculatif qui ébranle les certitudes et met en mouvement aussi bien l’émotion que la pensée".

Quatrième récompense à Cannes pour Apichatpong

Memoria est le premier film tourné en dehors de la Thaïlande et avec un casting international. Un choix qui vient du fait que le réalisateur thaïlandais, qui réside la plupart du temps à Chiang Mai dans le nord du royaume, ressentait le besoin de prendre quelques distances avec son pays et son régime issu d'une dictature militaire, et de partir à la rencontre d'une autre culture.

Apichatpong Weerasethakul n’en est pas à son premier passage sur la croisette ni à sa première récompense. 

En 2002, le film Blissfully Yours, deuxième long métrage d'Apichatpong avait remporté le prix Un Certain Regard tandis qu’en 2004, le film Tropical Malady décrochait le prix du Jury. Et finalement, en 2010 il remporte la Palme d’or avec Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures. En 2018, le film Ten Years Thailand avait été présenté en avant-première mondiale lors d’une séance spéciale durant le Festival de Cannes. En 2021, dans la catégorie des courts-métrages, les festivaliers ont pu découvrir The Year Of The Everlasting Storm. 

Fondé en 1946, le Festival de Cannes est sans doute l’un des rendez-vous de l’industrie du cinéma les plus importants au monde. Mais le cinéma thaïlandais n’y a fait son entrée qu’en 2000 lorsque fut présenté le film Fah Talai Jone (Tears of the Black Tiger) de Wisit Sasanatieng.

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir