Le ministre thaïlandais des Finances se veut rassurant sur la faiblesse du baht

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 27/09/2022 à 03:47 | Mis à jour le 27/09/2022 à 05:13
Photo : Reuters
Billet-banque-baht

La Banque de Thaïlande surveille de près l’affaiblissement du baht, mais sans pour autant avoir d’inquiétude particulière pour le moment, a déclaré lundi le ministre des Finances, alors que la monnaie thaïlandaise a atteint son niveau le plus bas en 16 ans face au dollar.

"En ce qui concerne la faiblesse du baht (…) il n'y a pas grand-chose actuellement. Rien de bien grave pour l’instant", a déclaré aux journalistes Arkhom Termpittayapaisith.

Le baht s'est déprécié d'environ 11,5% par rapport au billet vert jusqu'ici cette année et il s'échangeait à 37,75 pour un dollar à 07h23 GMT lundi.

Bien que l'inflation globale dépasse la fourchette cible de 1 à 3% de la Banque de Thaïlande (BoT), le gouvernement n'a toujours pas l'intention d'ajuster la fourchette pour 2023, a déclaré Arkhom Termpittayapaisith.

L'inflation a atteint les 7,86% en août, le taux le plus élevé depuis 14 ans.

Le ministère thaïlandais des Finances cherche à contrer l’inflation par des mesures sur les prix des biens et de l'énergie tandis que la BoT utilise sa politique monétaire.

Hausse légère des taux d’intérêts pressentie

La banque centrale thaïlandaise devrait d’ailleurs relever de nouveau son taux directeur mercredi après avoir consenti en août une hausse, la première en près de quatre ans.

Sur 25 économistes interrogés par Reuters, 22 prédisent que la BoT augmentera son taux de 25 points de base pour le porter à 1,00%, son niveau d’avant la pandémie de COVID-19, lors de la réunion de son comité de politique monétaire le 28 septembre. Les trois autres économistes voient une augmentation de 50 points de base.

Photo du ministre thailandais des Finances Arkhom Termpittayapaisith
Le ministre thaïlandais des Finances, Arkhom Termpittayapaisith, s'est voulu rassurant le 26 septembre sur la faiblesse du baht. Photo d'archives Reuters

"Le resserrement de la politique monétaire est plus lent que dans d'autres pays mais il est cohérent avec la reprise économique intérieure, toujours faible en raison de la dépendance de la Thaïlande dans la fréquentation touristique", estime Charnon Boonnuch, économiste chez Nomura.

"Etant donné la forte baisse des prix de l'énergie et de la récente baisse des perspectives d'inflation, nous ne voyons pas la nécessité pour la BoT d'être agressive dans l'augmentation de son taux directeur."

Attention aux revenus des ménages

Le gouverneur de la BoT, Sethaput Suthiwartnarueput, a déclaré au début du mois que les hausses de taux de la banque centrale seraient progressives et mesurées afin d’assurer une reprise de l'économie en douceur, prédisant un retour à des niveaux pré-pandémiques à la fin de cette année ou au début de l'année prochaine.

La Réserve fédérale américaine, qui a procédé à sa troisième hausse consécutive de 75 points de base la semaine dernière, devait poursuivre ses hausses agressives, propulsant le dollar vers des sommets et poussant le baht thaïlandais vers le bas.

Si un baht faible profite aux exportations et a l’attractivité touristique du royaume, une inflation persistante érode les revenus réels de la masse, exacerbant les inégalités et la pauvreté, un problème majeur pour le gouvernement avant les élections législatives prévues en mai.

Le ministre des Finances a déclaré lundi que si l'économie thaïlandaise s'améliore, le pays reste confronté au problème du fort endettement des ménages qui  rend nécessaire des mesures gouvernementales. La dette des ménages en Thaïlande représentait environ 89% du produit intérieur brut fin mars, l'un des taux les plus élevés d'Asie.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale