Le conflit en Ukraine rabote un peu plus les perspectives de croissances en Thaïlande

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 06/04/2022 à 03:11 | Mis à jour le 06/04/2022 à 10:47
Photo : Reuters
Le JSCCIB, organisme représentant les milieux d’affaires thaïlandais, a abaissé mardi ses perspectives de croissance pour 2022, comme la Banque mondiale, invoquant les effets de la guerre en Ukraine

Le JSCCIB, organisme représentant les milieux d’affaires thaïlandais, a abaissé mardi ses perspectives de croissance pour 2022, comme la Banque mondiale, invoquant les effets de la guerre en Ukraine.

 

Le Comité mixte permanent du commerce, de l'industrie et du secteur bancaire (JSCCIB), a abaissé mardi ses prévisions de croissance pour cette année à 2,5%-4,0% contre une fourchette précédente à 2,5%-4,5%, invoquant l'impact du conflit russo-ukrainien sur la croissance mondiale et sur les prix de l'énergie.

De son nom officiel Joint Standing Committee on Commerce, Industry and Banking, le JSCCIB regroupe les trois principaux organismes privés thaïlandais des affaires, à savoir le Conseil du Commerce (BOT), la Fédération des Industries de Thaïlande (FTI) et l’Association des Banquiers de Thaïlande (TBA), agissant comme une sorte de Chambre de Commerce et d’Industrie.

Le JSCCIB a indiqué dans un communiqué qu'il avait relevé ses prévisions d'inflation sur l'année à 3,5%-5,5% contre 2,0%-3,0% auparavant, maintenant toutefois ses perspectives de croissance des exportations à 3,0%-5,0%.

L'inflation, qui a atteint son plus haut niveau en 13 ans en mars, pèse sur la reprise de la demande intérieure et du pouvoir d'achat, a indiqué le JSCCIB.

 

Perspectives d'inflation en hausse

L'indice global des prix à la consommation (IPC) de la Thaïlande a en effet bondi de 5,73% en glissement annuel en mars, poussé par la hausse des prix des biens et de l'énergie.

Le ministère thaïlandais du Commerce a relevé ses prévisions d'inflation à 4%-5% pour l’ensemble de l’année contre 0,7%-2,4% auparavant, a indiqué mardi Ronnarong Phoolpipat, un responsable du ministère lors d'une conférence de presse - en 2008, l'inflation était de 5,5 %.

Les mesures gouvernementales, notamment le contrôle des prix des biens essentiels, le plafonnement des prix du carburant et les subventions, devraient contribuer à ralentir la hausse de l'inflation, a toutefois souligné Ronnarong Phoolpipat.

"Les décideurs politiques ont estimé que la forte inflation actuelle doit être surveillée de près, mais elle n'est pas inquiétante au point de nécessiter de nouvelles mesures", a-t-il déclaré.

La Banque centrale a elle aussi relevé la semaine dernière ses perspectives d'inflation pour 2022 à 4,9%, contre 1,7% estimés précédemment, notant que cette poussée liée à l'offre devrait être temporaire.

 

Prévisions de croissance en 2022 sous les 3%, selon la BM

La deuxième économie d'Asie du Sud-Est a enregistré une croissance de seulement 1,6 % l'an dernier, l'un des taux de croissance les plus faibles de la région, après avoir dégringolé de 6,1% en 2020 en raison des mesures sanitaires qui paralysent aujourd'hui encore l'activité, jetant des millions de personnes et d'entreprises dans la précarité.

Mardi, la Banque mondiale a elle aussi abaissé ses prévisions de croissance pour la Thaïlande cette année à 2,9 % contre 3,9 % estimés précédemment.

Cependant, Warunthorn Puthong, économiste de la Banque mondiale, a déclaré lors d'une conférence de presse que l'économie ne pourrait croître que de 2,6% cette année si l'impact de la guerre devait s’aggraver et si les mesures fiscales n'avaient pas les effets escomptés.

Le taux d'intérêt de référence de la Thaïlande devrait rester à 0,50 %, son niveau le plus bas jamais atteint, car la reprise économique devrait être progressive avec un tourisme encore faible, a-t-elle ajouté.

Selon la Banque mondiale, l'économie devrait revenir aux niveaux pré-pandémique d'ici le début de l'annee prochaine, avec une croissance attendue de 4,3 % pour 2023.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale