TEST: 2238

Les Bangkokois aux urnes le 22 mai pour élire (enfin) leur gouverneur

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 15/03/2022 à 03:08 | Mis à jour le 15/03/2022 à 05:03
Photo : Pierre QUEFFELEC (archives) - Bangkok s’étend sur 1.569 kilomètres carrés, soit 15 fois la ville de Paris intra-muros, et compte 10 millions d'habitants répartis sur 50 districts
Bangkok-vue-Chao-Phraya-745

La commission électorale de Thaïlande a fixé la date des élections locales à Bangkok et Pattaya au 22 mai. Dans la capitale, la dernière fois que les résidents ont choisi leur gouverneur était en 2013

Neuf ans après l’élection de Sukkhumband Paribatra, évincé par la junte en 2016, les électeurs de la ville province de Bangkok vont enfin avoir la possibilité de choisir le dimanche 22 mai leur gouverneur et les chefs de districts, a annoncé lundi à la presse la Commission électorale, tout en précisant que l’annonce officielle ne sera faite que le 25 mars. 

La commission, qui a également fixé au même jour l’élection du maire de Pattaya et de ses 24 conseillers, ne pouvait pas choisir date plus symbolique d’un point de vue politique. Dans un pays connu pour ses coups d’Etats incessants, le 22 mai est en effet le jour où en 2014 l’actuel Premier ministre, Prayuth Chan-O-Cha, a renversé le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra, dernier d’une série de 18 tentatives de putsch dont 12 réussies depuis 1932 et la fin de la monarchie absolue.

Le grand favori issu du gouvernement déchu

C’est le même Prayuth Chan-O-Cha qui, en août 2016 alors qu’il était général à la tête de la junte militaire, a invoqué une loi d'exception pour suspendre le gouverneur élu de Bangkok, Sukhumbhand Paribatra, sur des présomptions de corruption. Ce dernier avait ensuite été remplacé par l’actuel gouverneur Asawin Kwanmuang, nommé par les putschistes.

Si le gouverneur sortant est candidat à sa propre succession, le grand favori est pour l’heure Chadchart Sittipunt, ancien ministre des Transports de Yingluck Shinawatra, qui se présente comme indépendant. Selon un sondage de l'institut Nida réalisé début février, Chadchart Sittipunt bénéficierait de trois fois plus d’intentions de vote (37,24%) que le gouverneur sortant (12,09%) qui est en deuxième position.

Le candidat indépendant base sa campagne sur quatre axes principaux : améliorer la qualité de vie des habitants, l’intégration des technologies au service de l’efficacité, les questions environnementales -notamment le traitement des déchets et la pollution- et développer les opportunités économiques.

Il multiplie sa fortune par presque 5 durant le Covid

En troisième position du sondage arrive le professeur Suchatvee Suwansawat, qui se présente sous la bannière du plus ancien parti politique de Thaïlande, le Parti démocrate.

Suchatvee Suwansawat a fait parler de lui en février lorsqu’une plainte a été déposée auprès du comité anti-corruption de la Chambre des représentants pour dénoncer l’explosion soudaine de sa fortune. Selon un porte-parole cité par le Bangkok Post, le patrimoine de cet ancien président du King Mongkut Institute of Technology de Ladkrabang serait passé de 44 millions de bahts en février 2016 à 74 millions de bahts en septembre 2020 avant de bondir à 342 millions de bahts en octobre dernier.

Pour prouver sa bonne foi, Suchatvee Suwansawat a déposé mi-février une pétition auprès de la Commission nationale anti-corruption (NACC) lui demandant de faire le clair sur ce point concernant son patrimoine.

Si cet étonnant enrichissement massif et soudain ne l’empêche pas de briguer le poste de gouverneur de la première ville du royaume, Suchatvee Suwansawat entend mettre à profit sa solide expérience dans l’ingénierie pour s'attaquer aux problèmes d'infrastructure de la gorgone et ainsi limiter les inondations, les embouteillages et le risque de fragilisation des bâtiments. Il insiste aussi sur l’importance d’améliorer la qualité des écoles publiques et les services de santé.

En tout cas, même si l’enquête sur son patrimoine finit en eau de boudin, le candidat du Parti Démocrate pourra compter sur le quatrième favori en lice, Wiroj Lakkhanaadisorn, pour rappeler aux électeurs que multiplier sa fortune par plus de 4,5 en une seule année, qui plus est une année Covid, est extrêmement suspect. Le candidat du parti Move Forward, qui est à 8% dans le sondage Nida, centre en effet sa campagne sur le problème persistant de la corruption à Bangkok.

Un mastodonte à gérer 15 fois plus grand que la ville de Paris 

Le gouverneur de la capitale thaïlandaise est à la tête de l’Administration Métropolitaine de Bangkok (BMA) qui se divise en 17 départements, et emploie près de 100.000 personnes pour gérer les 50 districts de la ville, ses quelques 437 écoles et 10 hôpitaux publics, 37 casernes de pompiers et postes de secours, six usines de traitement des déchets et 28 usines de traitement des eaux usées. 

Le budget de la BMA en 2022 est d'environ 80 milliards de baht, selon le média local ThaiPBS.

Bangkok s’étend sur 1.569 kilomètres carrés, soit 15 fois la ville de Paris intra-muros. Et si le registre des résidents ne compte que 5,7 millions de personnes, la population totale est estimée à environ 10 millions de personnes qui vivent ou travaillent dans la métropole thaïlandaise. 

Le 22 mai, les électeurs de Bangkok éliront en plus du gouverneur, ses 50 conseillers qui sont chacun à la tête d’un des 50 districts de la ville.

Dans un article du média thaïlandais en langue anglaise ThaiPBS sur les principaux candidats et les défis qui les attendent, Pongpayom Wasaphuti, un ex-secrétaire permanent du ministère de l'Intérieur aujourd’hui membre de la Public Policy and Good Governance Foundation, souligne neuf défis clés que le prochain gouverneur de Bangkok devra relever : l'urbanisme, la circulation, les inondations, la pollution, garantir la sécurité des biens et des personnes, la qualité de vie et le bien-être, des  réglementations problématiques, le manque de participation citoyenne et enfin les problèmes politiques.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale