Lundi 29 novembre 2021
TEST: 2238

A Bangkok, une armée de volontaires mène la bataille contre le coronavirus

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 19/08/2021 à 02:50 | Mis à jour le 19/08/2021 à 10:28
Photo : REUTERS/Soe Zeya Tu - Nuan, une dame âgée de 93 ans malade du Covid-19 est soignée par des bénévoles à Bangkok, le 5 août 2021
Volontaire-sante-Thailande-Covid

Alors que les pouvoirs publics thaïlandais sont débordés par la gestion des contaminés au Sars-CoV-2 et des malades du Covid-19, de nombreux volontaires se mobilisent pour combler les manques

Le moine Phrompong Kaino, 33 ans, travaille 24 heures sur 24 pour fournir des tests au coronavirus gratuits pour les personnes vulnérables dans les quartiers à haut risque de Bangkok, dans le cadre d'un projet de son temple qui a touché plus de 2.000 personnes en un peu plus d'un mois.

Il fait partie des milliers de personnes ordinaires qui se sont mobilisées pour essayer d'aider la Thaïlande à sortir de l’épidémie de coronavirus la plus forte que le royaume ait connu à ce jour, et qui a mis à rude épreuve les hôpitaux et les services de santé de la capitale, Bangkok.

Une personne sur cinq testée par le dispositif mis en place par le temple de Phrompong Kaino s’est trouvée être porteuse du Sars-CoV-2 et, même si la grande majorité des cas est généralement asymptomatique, toutes les personnes contaminées ont été prises en charge par le temple en isolement communautaire, ou ont trouvé un lit d'hôpital.

"Les équipes médicales ne peuvent pas répondre à la demande", explique Phrompong Kaino.

"Peu importe qu'il s'agisse de communautés bouddhistes, chrétiennes ou musulmanes, nous sommes tous des êtres humains et des citoyens qui méritent d'être traités équitablement et immédiatement."

La Thaïlande qui avait été épargnée en 2020 par la première poussée épidémique de Sars-CoV-2 bien qu’étant très exposée à l’épicentre, la Chine, a enregistré un peu plus de 7.600 décès depuis l’émergence en avril dernier d’une nouvelle épidémie alimentée par le variant Delta, qui a porté le bilan quotidien à son plus haut niveau mardi avec 239 morts.

Pairuch Sudtoop est bénévole pour une fondation financée par des dons qui a fourni des services gratuits de prise en charge et de crémation pour environ 350 personnes ces derniers mois.

"La nation est en crise maintenant, je n'ai jamais vu les Thaïlandais souffrir autant", confie Pairuch Sudtoop qui fait du bénévolat en plus de son travail d'entrepreneur et d'employé d'église.

"Lorsque l’on est la dernière personne à la porte entre le monde des vivants et l'au-delà, il est difficile de contrôler nos émotions et de ne pas être attristé."

Le gouvernement a mis en place des permanences téléphoniques pour que les personnes infectées puissent demander de l'aide, mais il est fortement critiqué pour ne pas avoir été en mesure de faire face à l’augmentation des demandes.

Un groupe d'ingénieurs en aérospatiale a créé une plate-forme pour mettre en contact des volontaires avec des personnes infectées ayant besoin d'aide, en suivant leur géolocalisation et leur temps d'attente. Elle fournit également des informations pratiques telles que les centres d'isolement communautaires disponibles et les endroits pour remplir les bouteilles d'oxygène.

Développeur bénévole, Wasanchai Vongsantivanich montre à l’écran les points rouges sur une carte de Bangkok indiquant les gens en attente d’une aide.

"Vous pouvez voir que la situation est assez mauvaise", dit-il, ajoutant que 9.000 volontaires se sont inscrits au cours des trois premières semaines.

"Ils essaient juste d'aider les gens de la communauté".
 

0 Commentaire (s) Réagir