Samedi 27 novembre 2021
TEST: 2238

"Bangkok Breaking", plongée dans le monde des secours volontaires et de la corruption

Par Catherine Vanesse | Publié le 04/10/2021 à 00:00 | Mis à jour le 04/10/2021 à 02:54
Photo : Netflix
bangkok_breaking_netflix_8

"Bangkok Breaking", la nouvelle série thaïlandaise Netflix, invite le téléspectateur à plonger dans le monde, pas toujours flatteur, des fondations privées de secours d’urgence des accidents de la route

Deuxième série thaïlandaise produite par la plateforme Netflix, Bangkok Breaking suit les aventures de Wanchai (Sukollawat "Weir" Kanarot), un nouvel arrivant à Bangkok qui rejoint un service de secouristes pour ramasser les corps et nettoyer les lieux après des accidents de la route. 

Avec l’aide de Kat (Suchar “Aom” Manaying), une jeune journaliste, Wanchai se trouve malgré lui embarqué dans un monde peu glorieux où la corruption est reine et où les accidents de la route cachent de sombres business lucratifs. Ensemble, le duo tente de démêler un complot à l’échelle de Bangkok. 

Loin de l’image de carte postale, la série montre différentes facettes de Bangkok, que ce soit son côté hypermoderne ou ses vieilles ruelles, la richesse à côté de la pauvreté, les accidents de la route, la corruption, ou encore la ferveur religieuse où les mérites pour protéger son karma compensent les mauvaises actions. Entre corruption, drogue et pression politique ou médiatique, tous les moyens sont bons pour maintenir les témoins sous silence. 

Disponible depuis le 23 septembre, Bangkok Breaking occupe déjà la troisième place des séries les plus populaires en Thaïlande sur la plateforme Netflix. Il faut dire que la série aborde un thème pour ainsi dire unique au monde : la gestion des services d’ambulance et de premier secours par des fondations et des équipes de volontaires. 

Un thème inconnu à l’étranger

Selon le réalisateur Prabda Yoon, la demande d’aborder une histoire liée aux secouristes de Bangkok vient directement de Netflix. “Nous avons reçu une commande de Netflix, car c’est quelque chose de nouveau pour les étrangers, les fondations de secouristes sont propres à la Thaïlande. De plus Netflix ne voulait pas faire une série où l’on voit Bangkok uniquement du point de vue des étrangers”, détaille Prabda Yoon. 

Bangkok est connue pour ses nombreux accidents de la route, et en Thaïlande, nous avons des secouristes volontaires pour gérer ces accidents. Cette profession n’existe pas dans d’autres pays”, ajoute le réalisateur et scénariste Kongkiat Khomsiri. 

À la base, ces services ont été mis en place avec de bonnes intentions, mais il y a aussi des côtés sombres qui ont inspiré la série. Certaines personnes utilisent ce travail comme une façade pour cacher leur mauvaise action. L’intrigue principale tourne autour d’une question : que se passerait-il s’il y avait un incident et que vous demandiez de l’aide aux volontaires... sauf que leur but premier n’est pas de vous aider ?”, ajoute Kongkiat Khomsiri. 

En Thaïlande, plusieurs fondations bouddhistes privées assurent la majorité des opérations de secours lors des accidents de la route, des noyades ou des incendies, ainsi qu’une grande partie des transports et des soins pré-hospitaliers. 

À Bangkok, les deux plus grandes fondations sont Poh Teck Tung, fondée au début du 20ème siècle, et Ruam Katan Yue, créée en 1969. 

À l’origine, ces fondations avaient pour objectif de récupérer les corps des personnes décédées à la suite d’un accident de la route afin de dispenser les rituels funéraires pour les corps qui n’auraient pas été réclamés par la famille. Aujourd’hui, leur mission s’est étendue aux services de premiers soins et de désincarcération sur les lieux d’accidents, ils se chargent également d’apporter les blessés dans les différents hôpitaux. Les volontaires espèrent ainsi améliorer leur karma. 

Mais malgré ces bonnes intentions, leur réputation n’est pas toujours flatteuse. Leur empressement à se ruer sur les lieux des accidents (en écoutant la radio de la police) pour récupérer les corps est parfois plus motivé par la perspective de récupérer l’argent ou les bijoux des personnes décédées que par celle de prendre soin de leur âme. 

Dans Bangkok Breaking, les deux fondations apparaissent sous les noms de Jaitham et Ruampalangjai. 

Ni tout noir, ni tout blanc

Plusieurs faits divers ont inspiré la série, pour autant celle-ci ne fait pas que dénoncer le travail des secouristes. Bangkok Breaking navigue plutôt dans une zone grise où les personnages, malgré certaines actions répréhensibles, ne le font pas uniquement par méchanceté gratuite. Le personnage principal, Wanchai, se retrouve souvent en lutte entre ses idéaux et les menaces d’un complot qui semble le dépasser. 

Le développement de Wanchai est intéressant”, explique Sukollawat Kanarot (Wanchai). “C’est un provincial naïf qui arrive à Bangkok dans l’espoir de travailler pour aider ses parents à éponger leurs dettes. Du premier au dernier épisode, on peut voir le changement d’une personne pleine d’espoir et dont la mort de son frère le force à changer, à s’adapter pour survivre dans les méandres les plus sombres de la capitale”, ajoute l’acteur. 

Après les séries Stranded ou Girl From Nowhere, les séries thaïlandaises sont en train de prendre une nouvelle direction avec des productions qui répondent plus aux standards internationaux du point de vue de la narration et des effets spéciaux ainsi qu’en abordant des thèmes réalistes inspirés de faits divers. 

Bande annonce

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir