TEST: 2238

80 millions de bombes à sous-munition au Laos

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 26/09/2011 à 00:00 | Mis à jour le 11/08/2019 à 07:58
Photo : Une bombe à sous-munition trouvée à Phonsavan dans la province de Xieng Khouang dans le Nord-Est du Laos (photo Mines Advisory Group/Flickr)
bombe_a_sous_munitions_laos

80 millions de bombes à sous-munition prêtes à exploser seraient disséminées au Laos, considéré comme le pays du monde le plus affecté par ce type d'engins. Ces bombes, qui avaient été déversées par les Etats-Unis lors de la Guerre du Vietnam, ont déjà tué ou blessé plus de 50.000 personnes au Laos depuis 1964. 60% de ces victimes sont des enfants

31 villes françaises ont participé samedi aux 17èmes Pyramides de chaussures, événement annuel de protestation contre les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions (BASM). L'organisateur de la manifestation, Handicap International, a profité de cette occasion pour rappeler que le Laos était le pays le plus touché par ces armes avec 80 millions de BASM disséminées et non explosées. D'après l'ONG française qui milite entre autres pour le déminage et le "débombage" de la planète, les Etats-Unis avaient déversé lors de la Guerre du Vietnam plus de 270 millions de sous-munitions sur le Laos, qui n'était pas engagé dans le conflit, dont environ un tiers n'a toujours pas explosé et menace la vie de la population laotienne. Selon les données récoltées par Handicap International, ces armes font près d'une victime par jour, mort ou blessé. Entre 1979 et 2008, 60% d'entre eux étaient des jeunes garçons, confrontés aux bombes à sous-munitions dans leurs trajets quotidiens. Au total, plus de 50.000 personnes ont été tuées ou blessées au Laos entre 1964 et 2008 à cause de l'un de ces restes d'explosif. Lancées depuis le sol ou les airs, ces armes se séparent avant l'impact en plusieurs petites bombes, et se dispersent sur une large superficie. Celles qui n'ont pas explosé peuvent rester cachées durant des décennies.

98% des victimes de ces bombes sont des civils

Comme la France, le Laos fait partie de la centaine de pays partie prenante à la Convention sur les armes à sous-minutions. Ce texte ouvert à la signature en décembre 2008 demande à ses adhérents de ne pas employer, produire, stocker ou transférer les BASM et les engage également à retirer ces armes des zones où elles sont présentes, et à les détruire. Ce texte a néanmoins une portée limitée puisque les grandes puissances militaires comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou encore Israël ne l'ont pas ratifié et que les états signataires ne sont sous la menace d'aucune sanction internationale s'ils contreviennent au texte.

En avril de cette année, l'ambassadeur de Thaïlande auprès des Nations Unies avait admis que son pays, qui n'a jamais signé la Convention, avait utilisé, en état de "légitime défense", des bombes à sous-munition en février contre les troupes cambodgiennes situées près du temple de Preah Vihear. D'après Handicap International, 98% des victimes de ce genre d'armes dans le monde sont des civils.

Y.F. lundi 26 septembre 2011

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale