TEST: 2238

FRONTIERES – La Thaïlande admet avoir utilisé des armes à sous-munitions

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/04/2011 à 00:00 | Mis à jour le 11/08/2019 à 08:02

La Coalition contre les armes à sous-munitions (CMC) a accusé mercredi la Thaïlande d'avoir utilisé ce type d'arsenal contre le Cambodge en février, lors du conflit frontalier qui a opposé les deux pays intensivement durant quatre jours, près du temple Preah Vihear.

Le groupe basé à Londres a par ailleurs déclaré que l'ambassadeur thaïlandais auprès des Nations Unies à Genève avait confirmé cette information mardi, affirmant dans un communiqué que la Thaïlande avait utilisé ces armes en "légitime défense". En réponse à ces accusations, le Ministère des Affaires étrangères a réagi hier en affirmant que l'armée avait n'avait pas utilisé d'armes à sous-munitions mais un autre type de bombes (DPICM). De son côté, la CMC a souligné que le litige frontalier entre la Thaïlande et le Cambodge est le premier conflit durant lequel des armes à sous-munitions ont été utilisées, depuis la signature d'un traité international en août 2010, que n'ont toujours pas ratifié les deux pays. Le groupe a ajouté que deux policiers avaient été tués en février et prévenu que des milliers de personnes le long de la frontière restaient exposées à des munitions non explosées. Lancées depuis le sol ou des airs, ces armes se séparent en de multiples mini-bombes avant l'impact, et se dispersent sur une large superficie. Celles qui n'ont pas explosées peuvent rester cachées durant des décennies.

P.B. vendredi 8 avril 2011

Lire aussi :
Notre article du 17 février 2011, Les Cambodgiens accusés d'avoir provoqué à coups de grenades
Notre article du 16 février 2011, L'ONU botte en touche mais demande un cessez-le-feu permanent 
Notre article du 14 février 2011, Le Cambodge boycotte les négociations bilatérales 
Notre article du 11 février 2011, La Thaïlande rejette l'aide proposée par la France 
Notre article du 8 février 2011, Nouveaux heurts malgré les appels au calme de l'ONU 
Notre article du 7 février 2011, Combats meurtriers malgré un cessez-le-feu 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale