TEST: 2238

3 questions à Pierre Séquier, associé et professeur du Smash Club

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 23/06/2011 à 00:00 | Mis à jour le 06/01/2020 à 17:19
Photo : Pierre Séquier fait partie d'une équipe d'une dizaine de professeurs, menée par l'Espagnol Gabriel Hernandez, l'un des deux coachs non Thaïlandais du club (photo courtoisie Smash Club)
smash_club_bangkok

Compagnon de Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon en tennis études, Pierre Séquier s'est associé fin 2009 avec deux autres Français, Marc Nussaume et Marc Hagelauer, pour fonder le Smash Club, un tennis club, à Bangkok. Egalement professeur, il dresse un bilan un an et demi après le lancement de la structure qui accueille de jeunes joueurs très prometteurs

Quel bilan faites-vous un an et demi après l'ouverture du Smash Club ?
Depuis son ouverture en janvier 2010, le club ne cesse de grandir avec aujourd'hui plus de 200 membres dont 70 enfants. La moitié d'entre eux sont des expatriés mais nous avons gardé une bonne base de Thaïlandais, qui venaient déjà jouer lorsque les terrains n'appartenaient pas encore au Smash Club. Les sept courts de tennis sont généralement bien utilisés dès 16h en semaine, et tous les après-midis du week-end.
Financièrement, si le club a eu quelques difficultés au début, il arrive aujourd'hui à l'équilibre et emploie une dizaine de personnes. Nous sommes l'une des rares structures qui offrent un enseignement de qualité pour de telles cotisations (ndlr : une cotisation à l'année coûte 9.500 bahts pour un adulte, 15.000 bahts pour un couple et 6.000 bahts pour un jeune).

Stages d'été au Smash Club
Le Smash Club organisera des stages d'été d'une semaine la première quinzaine de juillet pour les jeunes de tous niveaux.
Journée entière (du lundi au vendredi) : 7.500 bahts pour les membres, 8.500 pour les non-membres
Demi-journée  (les matins du lundi au vendredi) : 5.500 bahts, 6.500 pour les non-membres
Adresse : 499/213 Soi 64 Rama 3 Road, Bangkok 10120
Pour plus de renseignement, voir aussi le site Internet du Smash Club

Le Smash Club est-il plutôt un club de tennis porté sur la détente ou la compétition ?
Les deux. L'école de tennis est basée sur le loisir, mais des membres, souvent les hommes expatriés, ont un fort esprit de compétition. Pour créer une émulsion, nous avons mis en place un système de ligues mensuelles et de tournois calqués sur le calendrier des Grands Chelems. Au total, nous organisons une dizaine de tournois dans l'année, dont la moitié sont réservés à nos membres. Les entraînements mis en place prennent exemple sur ceux de la Fédération française de Tennis (FFT). Un membre de la famille de Marc Hagelauer, l'un des trois associés du club, est Patrice Hagelauer, le Directeur technique national (DTN) de la FFT, avec qui nous avons donc des contacts. Une dizaine de jeunes joueurs ont le potentiel pour faire de la compétition à bon niveau. Le club accueille d'ailleurs les entraînements de Katherine Westbury, une Néo-Zélandaise de 18 ans, 586e au classement mondial WTA, lorsqu'elle n'est pas sur le circuit ITF (ndlr : sorte de deuxième division du tennis féminin) pour faire des tournois.

Quels sont les grands projets de votre structure dans les mois à venir ?
Nos principaux objectifs sont de continuer à faire progresser l'école de Tennis, d'atteindre les 300 membres à la fin de l'année avec 100 enfants, et de faire participer régulièrement les meilleurs à des tournois de haut niveau dès le mois de septembre. Le Smash Club a lancé récemment des cours de yoga qui viennent s'ajouter aux activités spa et massage. Nous espérons continuer, à la rentrée prochaine, nos activités mini-tennis que nous avons organisées une après-midi par semaine à partir de novembre 2010 au Lycée Français pour une cinquantaine de jeunes enfants. Le bilan a été très positif puisqu'une dizaine d'entre eux sont, depuis, venus au club pour rejouer. Il y aura également sans doute une journée portes ouvertes en septembre pour faire découvrir le tennis et nos installations.

Propos recueillis par Yann Fernandez jeudi 23 juin 2011
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale