Mardi 16 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DOSSIER : Les femmes en Nouvelle-Zélande (1/2)

Par Maé Castellet | Publié le 08/03/2018 à 11:43 | Mis à jour le 21/09/2018 à 04:20
Photo : Photo par Hannah Grace, Unsplash
Place des femmes en Nouvelle Zélande

Première partie :  La Nouvelle-Zélande : le pays de la femme ?

 

A l’occasion de la journée dédiée aux droits des femmes, nous nous sommes intéressés à leur place, à leurs droits et à leurs difficultés en Nouvelle-Zélande. Une étude publiée par The Economist en 2013 démontrait qu’il s’agit du meilleur pays pour qu’une femme puisse faire carrière. Egalité salariale, accès à des postes à hautes responsabilités, droit de vote, on vous explique tout dans cette première partie de notre dossier consacré aux femmes. 

 

Droit de vote

Pour commencer, la Nouvelle Zélande peut se vanter d’être le premier pays au monde à avoir donné le droit de vote aux femmes. C’était en 1893, soit 51 ans avant la France… Pour obtenir ce droit, une pétition a été largement diffusée dans le pays et près de 32 000 femmes (soit un quart des néo-zélandaises) l’ont signée.

Pour informations, la pétition mesure près de 270 mètres de long et est la plus importante jamais présentée au Parlement. Les femmes ont pu s’exprimer dès novembre 1893 en votant aux élections nationales, cependant, elles n’ont pu être éligibles que plus tard, en 1919. 

Ce projet de loi est le résultat d'années de réunions de suffragettes dans les villes et les villages du pays, les femmes parcouraient souvent des distances considérables pour entendre des conférences et des discours, adopter des résolutions et signer les pétitions. Kate Sheppard fait partie des suffragettes à l’initiative de la lutte pour le droit de votes des femmes. Elle est devenue une personne emblématique et figure même sur les billets de 10 dollars néo-zélandais. Elle était membre de la Women’s Christian Temperance Union (WCTU), une association qui avait pour mission de protéger les femmes.

 

10 NZD
Un billet de 10 dollars NZ sur lequel figure Kare Sheppard

 

Les femmes dans le monde du travail 

« Si vous êtes une femme qui travaille, vous feriez bien de déménager en Nouvelle-Zélande », voilà les propos que l’on pouvait retrouver dans l’article de The Economist suite à son étude sur l’égalité homme/femme au travail.  En 2013, et à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le média a conduit une enquête en fonction de cinq critères, afin de déterminer les pays où les femmes bénéficiaient le plus d’un traitement égalitaire. Pour dresser ce classement, The Economist s’est basé sur :

- la différence salariale entre les hommes et les femmes

- une comparaison entre le nombre d'hommes et de femmes qui ont suivi une éducation d'études supérieurs

- la participation des femmes sur le marché du travail

- la proportion des femmes à des postes "senior"

- le coût net des frais de garde d'enfants par rapport au salaire moyen

La Nouvelle-Zélande est arrivée en tête, devant la Norvège et la Suède. 

 

The Economist
Les résultats de l'étude menée par The Economist

 

Egalité salariale

Le 1er septembre 2017, StatsNZ a annoncé que les femmes touchaient 9,4% de moins que les hommes (contre 24 % en France selon les chiffres donnés par Le Monde pour 2014). L'écart de rémunération entre les sexes compare les gains horaires médians des femmes et des hommes dans le travail, à temps plein et à temps partiel.

L'écart de rémunération entre hommes et femmes s'est réduit depuis 1998 (16,3%), mais il a stagné au cours de la dernière décennie. Malgré tout, il est toujours l'un des plus bas écart au monde lorsqu'on compare les travailleurs à temps plein.

D’après le gouvernement, les causes de l'écart de rémunération entre les sexes sont difficiles à expliquer. Dans le passé, une part importante de cet écart était due à des facteurs tels que les différences dans l'éducation, les professions et les industries dans lesquelles travaillent les hommes et les femmes ou le fait que les femmes travaillent à temps partiel. Nous savons maintenant que ces facteurs n'expliquent qu'environ 20% de l'écart de rémunération entre les sexes.

La majorité (80%) de l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes est maintenant motivée par ce que la recherche appelle des facteurs « inexpliqués ». Ce sont les facteurs les plus difficiles à mesurer, comme les préjugés conscients et inconscients - ayant un impact négatif sur le recrutement et l'avancement des salaires des femmes - et les différences dans les choix et les comportements des hommes et des femmes.

Accès à des postes importants

La Nouvelle-Zélande est connue pour avoir le gouvernement le plus féminin de la planète. C'est le seul pays au monde où tous les postes de premier rang ont déjà été occupés par des femmes, que ce soit chefs d'Etat (reines d'Angleterre et reine des Maoris), gouverneures générales, Premiers ministres, présidente de la Chambre des représentants ou présidente de la Cour suprême.

 

Elizabeth 2
Elizabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne, d'Irlande du Nord et des autres royaumes du Commonwealth

 

On peut également citer Jacinda Arden, actuelle première ministre, qui s’est faite remarquée dans le monde pour sa volonté de ne prendre que 3 semaines de congés pour sa grossesse. Ce choix a été vu comme une réelle avancée dans le monde du travail en ce qui concerne les femmes et leurs congés maternité.

Mais il faut aussi noter que le taux de chômage des femmes est plus élevé que celui des hommes (5,3% contre 4.1% pour les hommes, en mars 2015). Il est davantage élevé pour les femmes Maories.

La Nouvelle-Zélande peut donc être un exemple à suivre en termes de responsabilités données aux femmes.  Même si la parité n’est pas encore obtenue, le pays s’illustre en tant que bon élève, loin devant la France. Mais les droits des femmes sont-ils vraiment respectés dans tous les domaines ? Qu’en est-il du droit à l’avortement, des violences faites aux femmes ? Quelles sont les revendications des associations et des femmes en Nouvelle-Zélande ? C’est ce que l’on vous expliquera dans la suite de notre dossier. 

Nous vous recommandons

Maé Castellet Le Petit Journal Auckland

Maé Castellet

Étudiante en Journalisme à Lyon 2 et stagiaire au sein de la rédaction Lepetitjournal.com. Je suis passionnée de voyages avec un vif intérêt pour les questions de société.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet