Start-up : ce Français de Nouvelle-Zélande révolutionne le monde de l'entreprise

Par Nicolas Roger | Publié le 11/02/2022 à 06:38 | Mis à jour le 11/02/2022 à 12:14
Photo : Vincent Vuillard est le co-fondateur de FutureWork Studio et de la plateforme Hive.
Vincent Vuillard

Après avoir débuté sa carrière comme Officier de Marine et passé près d'une dizaine d’années à être déployé dans de nombreux endroits à travers le monde, Vincent Vuillard se lance dans un MBA à Melbourne et rejoint ensuite le cabinet de conseil McKinsey & Company où il se spécialise dans les transformations rapides, et à grande échelle, des grande entreprises en Australie, Nouvelle-Zélande et Asie. En 2017, ce Français expatrié à Auckland rejoint Fonterra comme directeur des capacités stratégique du Groupe. Un rôle fascinant qui lui permet de preparer les 22 000 salariés basés dans 25 pays à l’évolution du travail. Une mission qui lui ouvre finalement les yeux sur un énorme challenge auquel de nombreuses entreprises sont confrontées aujourd'hui. Rencontre. 

 

Bonjour Vincent, peux-tu nous présenter FutureWork Studio ?

En 2019 avec ma co-fondatrice, Joanne Fair, nous avons décidé de lancer FutureWork Studio, pour aider les grandes entreprises et gouvernements à s’adapter au changement technologique et societal et comprendre l’impact que cela a sur notre façon de travailler.

Dans les différents roles que j’ai occupé j’ai toujours essayé d’améliorer la façon dont les équipes travaillent et les gens collaborent, et surtout comment diminuer au minimum la bureaucratie (red tape), pour que les gens puissent vraiment délivrer 100% de leur potentiel et s’épanouir au travail.

 

Concrètement, en quoi ça consiste ?

Notre plateforme (www.hiveapp.ai) permet aux entreprises d’accéder de façon immediate à toutes les compétences, experiences et savoir-faire de leurs salariés et permet aussi de faire du upskilling on the job au sein de leur entreprise mais aussi au sein de groupe d’entreprises.

Plus concrètement, celle-ci permet à n’importe quel employé d'accéder ou de partager sa connaissance et son experience, de bosser sur des projets et d’apprendre de nouvelles competences. Cela permet á chacun de mieux connecter, se developper, discuter et travailler sur des problèmes en dehors de leur travail de tous les jours.

 

Quels sont vos clients ? Et quels avantages représentent Hive pour eux ?

On a deux types de clients : les entreprises ou groupe d’entreprises qui veulent maximiser le potentiel caché de leurs employés et leur permettre un accès instantané aux connaissances, talents et experiences en interne pour pouvoir résoudre plus vide plus de problèmes et ressourcer plus de projets en interne mais aussi créer une force de travail connecté et beaucoup plus motivé.

Ou alors des grandes villes ou même des secteurs d’activités entiers - comme par exemple le secteur de l'énergie qui regroupe toutes les compagnies d’électricité et de gaz en Nouvelle-Zélande au sein de l'Energy Academy - qui utilisent Hive pour échanger leurs competences et capacités, former leurs employés et résoudre des problèmes ensemble comme la réduction d’émissions de gaz carbonique en collaboration totale et dirigé par les employés.

L’idée de Hive est vraiment de dissocier la personne et le poste que la personne occupe. Dans une entreprise, chacun a une fonction ou un role mais les employés ont beaucoup plus de compétences, de connaissances et d'experiences que ce qu’ils ou elles utilisent dans leurs rôles. La question qui se pose concrètement, c’est : comment peut-on faire pour utiliser tous les talents que l’on possède au sein de l’entreprise et non pas seulement le talent requis pour remplir un rôle ?

 

 

https://www.hiveapp.ai/
Hive permet à n’importe quel employé d'accéder ou de partager sa connaissance et son experience, de bosser sur des projets et d’apprendre de nouvelles competences.

 

 

Combien de clients avez-vous aujourd'hui ?

Hive a été lancé il y a un peu moins de 2 ans. Nous avons une vingtaine de grands groupes en Nouvelle-Zélande et Australie et nous commençons à nous étendre en Asie du Sud-Est. Nous sommes en discussions avec des clients pour lancer Hive aux États Unis et en Europe au cours de cette année.

Quel accueil vous réservent les entreprises ? Le COVID vous a-t-il pénalisé ou au contraire facilité la tâche ?

Les chefs d’entreprises et leur comité de direction comprennent tout de suite notre vision et l’impact rapide que Hive peut générer pour leur employés. Avec certaines entreprises, nous déployons Hive en 2 semaines, avec d’autres cela peut prendre plus de temps, car elles alignent leurs équipes en interne ou certains alignent Hive avec le lancement de leur transformation.

Concernant le covid, cela a mis le point sur le fait d’accélérer la transformation digitale qui était considérée comme nécessaire, mais pas urgente. Connecter les employés qui travaillent en remote, savoir où ils se trouvent pour pouvoir avoir accès à leurs compétences, leurs passions, leur donner des opportunités… Cela nous a aidé.

 

On parle beaucoup de flexibilité actuellement. Quelle est ta vision du travail en général ?

Au niveau flexibilité, je pense que le « d'où on travaille ? » n’est plus un gros problème. Il faut maintenant résoudre le « sur quoi on travaille ? ». La question qui se pose est la diversité des tâches et projets que chaque employé effectue. Comment faire pour que les gens soient toujours motivés ? Comment peuvent-ils se former et utiliser tous les atouts qu’ils possèdent, afin de pouvoir évoluer dans leur carrière de façon plus autonome, sans attendre que leur manager ou le département RH les guident? Le travail évolue constamment, il faut trouver un système qui permet aux gens de pivoter et faire d’autres choses. Cela permet d’augmenter la productivité.

 

Nicolas Roger en plein discours

Nicolas Roger

Responsable des éditions Australie et Nouvelle-Zélande @ lepetitjournal.com I Co-fondateur @ KIWIFRENCH.co.nz
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale