COVID-19: nouveaux bilans, faits marquants, possibles mesures

Par Bernard Frontero | Publié le 14/04/2020 à 01:00 | Mis à jour le 14/04/2020 à 01:00
Déconfinement COVID-19 Espagne Andalousie

Plus de 1 853 300 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués et un total de 114.539 morts dans 193 pays depuis le début de l'épidémie. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 22 109 décès pour 557 590 cas. Viennent ensuite l'Italie avec 19 899 morts pour 156 363 cas, l'Espagne avec 17 489 morts (169 496 cas), la France avec 14 393 morts (132 591 cas), et le Royaume-Uni avec 10 612 morts (84 270 cas).  La ville de New York surpasse l'Espagne en ce qui concerne les infections à coronavirus et devient le principal foyer mondial de la pandémie, qui s'est déplacée d'est en Ouest. 

 

Reprise partielle du travail en Espagne

Lundi, le bilan de la pandémie en Espagne atteignait 3 477 infections et 517 décès supplémentaires, le chiffre le plus bas depuis le 20 mars, portant le total des décès dans le pays le plus endeuillé d'Europe après l'Italie à 17.489 tués.

 

COVID-19 Confinement Pays infectés

 

"Le déplacement vers le lieu de travail ne peut s'effectuer que lorsqu'il est autorisé et que le télétravail est impossible"

Pour relancer une économie fragile tout en évitant un rebond des contagions, le pays a autorisé une reprise partielle du travail ce lundi 13 avril. Lors de cette reprise, dans les métros et les gares dix millions de masques ont été distribués pour les personnes obligées d'emprunter les transports en commun – essentiellement des employés de l'industrie et de la construction qui ont repris leurs activités.

Les 46,6 millions d'Espagnols restent toutefois soumis au strict confinement imposé depuis le 14 mars. "Le déplacement vers le lieu de travail ne peut s'effectuer que lorsqu'il est autorisé et que le télétravail est impossible", a souligné le ministre de la Santé Salvador Illa.

L’Andalousie 

Le nombre de personnes infectées par un coronavirus en Andalousie s'élève à 10 187 cas, seulement 181 de plus qu'hier, et le nombre de défunts est de 815, soit 16 de plus, un chiffre pas très positif, selon les données fournies par le ministère de la Santé. Les chiffres encourageants sont le nombre total de patients admis aux soins intensifs dans les hôpitaux andalous qui est de 621 (deux de plus), et le nombre total de patients guéris qui s’élève à 1967.

COVID-19 Andalousie #COnfinamiento

Premier jour sans décès par coronavirus à Malaga en trois semaines et une seule admission en USI. Les nouvelles infections ont à peine augmenté de 0,63%, 48 fois moins qu'à la mi-mars Les guéris augmentent de 4,48%

 

En France, se prépare le 11 mai

Selon le dernier bilan du Coronavirus en France lundi soir, 14 967 morts sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 574 de plus depuis dimanche. 9 588 personnes sont mortes dans les hôpitaux (335 de plus en 24 heures) et 5 379 dans les maisons de retraite et autres établissements médico-sociaux. 

 

"L'épidémie commence à marquer le pas" a assuré le président français Emmanuel Macron dans son allocution télévisée lundi soir. Il a annoncé que le 11 mai sonnerait le début du déconfinement partiel du pays. Une date suffisamment lointaine pour qu’on comprenne qu’on pourra alors commencer un début de déconfinement partiel, mais extrêmement progressif.

Les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriront "progressivement" à partir du 11 mai, a t’il annoncé. Mais cette déclaration a suscité l'inquiétude des syndicats enseignants.

 

Une idée pour le déconfinement et éviter la « question de vie ou de mort. »

On parle beaucoup depuis quelques jours, d’un déconfinement différent suivant les régions. Dans son allocution télévisée, le Président Macron à fait référence aux "personnes plus vulnérables" qui devront "rester confinées, même après le 11 mai".

Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild et publiée dimanche 12 avril 2020 Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, évoque, parmi d’autres, une autre piste de ce déconfinement. Les personnes âgées vivant en Europe notamment celles vivant en maisons de retraite, pourraient attendre la mise en circulation d’un vaccin contre le virus Covid-19 pour espérer voir leur confinement prendre fin. Ce qui ne pourrait survenir qu’en fin d’année 2020. « C’est une question de vie ou de mort. » selon elle, « les enfants et les jeunes jouiront plus tôt de davantage de liberté de mouvement que les personnes âgées et celles avec des antécédents médicaux ».

Attendons la suite...et #restonscheznous , #restonsalamaison !

bernard frontero

Bernard Frontero

Directeur de l’édition LePetitJournal.com/Andalousie. Ayant collaboré avec la presse francophone au cours de 25 passionnantes et dynamiques années en assurant la direction de centres culturels français à travers le monde
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'édition Andalousie.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale