TEST: 2248

Miam box, des plats pour les Phnompenhois qui n’ont pas le temps

Par Virginie Vallée | Publié le 09/03/2020 à 11:22 | Mis à jour le 10/03/2020 à 09:33
Photo : Un plat préparé par Miam box. Photo fournie
miam box phnom penh

Depuis le 2 mars Alice et Sov, les fondateurs de Miam box, proposent à leurs clients de choisir chaque semaine entre 15 plats faits maison qui leur seront livrés à Phnom Penh. 

Trouver des idées culinaires, faire les courses, se mettre aux fourneaux, tout ça pour déguster des petits plats faits maison, l’idée est alléchante mais la flemme l’emporte souvent et on se retrouve avec un plat de pâtes au beurre. Miam Box offre la possibilité à ses clients de se rendre sur leur site internet et de choisir ses menus pour la semaine suivante. Les repas seront livrés une fois par jour, du lundi au vendredi, à l’endroit et à l’heure souhaités par le client à Phnom Penh. On retrouve sur la carte cinq plats à base de viande, cinq à base de poisson et cinq végétariens dans une fourchette de prix allant de quatre à sept dollars, livraison comprise. L’offre est renouvelée chaque mercredi. Les commandes peuvent se faire entre le mercredi et le samedi sans minimum exigé. Le site propose toutefois des offres promotionnelles aux clients les plus fidèles.

Miam box est née d’une coopération entre Sov Men et Alice Audren, deux jeunes Français qui développent leur concept depuis quelques mois. Après une étude de marché poussée, ils se lancent dans la livraison de plats préparés, en mettant l’accent sur le caractère sain de leur cuisine. En effet pour Sov qui est un entraîneur sportif particulier, il est important que les plats proposés soient équilibrés. L’équipe se fait conseiller par Arthur Planchenault, nutritionniste pour l’équipe de foot Phnom Penh Crown. Les apports nutritionnels de chaque plat sont précisés sur le site. « Mes clients sont très attentifs à leur forme et souhaitent compléter leur entraînement physique par une alimentation équilibrée. Ils me demandent souvent ce qu’ils doivent manger pour développer de la masse musculaire ou s’affiner. J’ai l’habitude de leur donner des recettes. C’est comme ça que j’ai eu l’idée de proposer des plats tout prêts livrés sur le lieu de travail ou à domicile » explique Sov. « Il faut aussi que les portions soient suffisantes et les recettes gourmandes pour que le client adhère au concept » précise le jeune Franco-Cambodgien.

Pour Alice, c’est le respect de l’environnement qui prime. Même si la jeune Normande est sensible au côté équilibre alimentaire, elle insiste davantage sur l’utilisation de conteneurs compostables. « Je ne voulais pas de récipient en plastique donc nous avons trouvé un fournisseur qui propose des produits en fibre végétale. Pour les couverts, nous demandons aux clients sur le site s’ils en ont ou pas pour ne pas distribuer inutilement les couverts en bois » explique celle pour qui il est important de minimiser l’impact écologique d’une telle entreprise.

La flexibilité est aussi un point important sur lequel se sont penchés les jeunes entrepreneurs. « Il faut que le client puisse annuler une commande si par exemple il décide de déjeuner à l’extérieur avec ses collègues », explique Alice. Miam Box offre la possibilité d’annuler une commande trois heures avant l’heure de livraison prévue une fois par semaine ou encore propose de modifier le lieu de livraison dans les mêmes conditions. « Nous devons être capable de livrer dans un créneau horaire précis de 30 minutes. Si notre client a sa pause déjeuner à 11h30 et que son plat arrive à 14h, il y a un problème », précise Sov.  

Les fondateurs de Miam Box tablent sur le bouche à oreille pour faire connaître leurs produits, et ont pour ambition d’investir les entreprises qui n’ont pas de cantine pour leurs salariés.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

2 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

fernand mar 10/03/2020 - 05:56

..et encore du plastique et dérivés ! les emballages à base de coco existent au Cambodge ! Pour le concept, après 40 ans dans le catering international, si ça avait été jouable ( 5 ans je suis resté à PP), je l'aurais déjà fait. Bonne chance

Répondre
Commentaire avatar

cambodge mar 10/03/2020 - 16:03

Si vous aviez lu l'article, vous auriez noté que les emballages sont faits à partir de matière végétale.

Répondre

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale